Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

ZLEC : l’entrée en vigueur n'est pas réussite


Brazzaville, 8 juillet (CONGO-SITE) – Le 33ème sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine (UA) tenu les 7 et juillet 2019 à Niamey, au Niger, a été consacré à l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continental en Afrique (ZLEC). Pour Moussa Faki Mahamat, le chef de la commission de l’UA, il s’agit d’ « avancée historique ». Son optimisme ne fait pas oublier que les points de vue divergents sont souvent en Afrique quand il s’agit de respecter les engagements.



Une vingtaine de dirigeants africains ont pris part à cette rencontre. Parmi lesquels, Denis Sassou N’Guesso du Congo, Alassane Ouattara de Côte d’Ivoire, Patrice Talon du Bénin, Macky Sall du Sénégal, Alpha Condé de Guinée, Paul Kagame du Rwanda, Faure Gnassingbé du Togo, Félix Tshisekedi de la RDC, Abdel Fattah al-Sissi d’Égypte, Muhammadu Buhari du Nigeria, Nana Akufo-Addo du Ghana, et Idriss Déby Itno du Tchad.

Les dirigeants africains affichent leur optimisme quant au changement que la ZLEC va apporter sur le continent, tant elle va créer les conditions d’industrialisation et de la libéralisation de l’économie.

Le traité constitutif de la ZLEC a été soumis à la signature et à la ratification dès mars 2018. Par ce traité, les pays s’entendent pour baisser les barrières commerciales qui existent entre eux. La ZLEC vise à aller vers un marché commun caractérisé par la libre circulation des investissements et des travailleurs ; vers une union douanière impliquant une politique commerciale commune à l’endroit des pays extérieurs à la zone.

Le but visé par les fondateurs de la ZLEC est de donner un coup de fouet au commerce intra-africain, qui est de 15%, contre environ 47% en Amérique, 61% en Asie et 67% en Europe. Grand pourvoyeur de matières premières pour les pays industrialisés, l’Afrique ne réussit toujours pas à changer sa position dans le commerce international.

Les dirigeants africains estiment que l’entrée en vigueur de la ZLEC facilitera le commerce intra-africain, qui pourrait rapporter 16,1 milliards de revenus supplémentaires au continent. Elle  sera aussi bénéfique aux petits pays, parce que les usines des grands pays vont s’approvisionner chez eux, relançant l’économie et l’emploi.

Cependant, certains économistes pensent qu’il serait imprudent d’affirmer que la mise en place de la ZLEC favoriserait rapidement la création des industries diversifiées, afin que les pays puissent bénéficier de la libéralisation commerciale. Pour eux, la ZLEC devrait intervenir après l'industrialisation, et le développement des infrastructures routières, ferroviaires ou maritimes, etc.

Il semble que tous les pays ne profiteront pas de la ZLEC. « Ce sont les grandes économies du continent qui sont susceptibles de tirer leur épingle du jeu », a déclaré Jean-Joseph Boillot, économiste et spécialiste du monde émergeant, sur les antennes de RFI.

Gos-Gaspard Lenckonov & Lionel Obargui



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22332 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12647 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces