Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Pool : accord de cessez-le-feu, Ntumi souffle le chaud et le froid

Selon RFI, Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntumi aurait, à travers un message enregistré hier 28 décembre, dit que le texte de l’accord de cessez-le-feu signé le 23 décembre dernier à Kinkala par Jean-Gustave Ntondo qui l’a représenté et le gouvernement ne tient pas compte de ses préoccupations majeures et qu’il n’avait pas été soumis à son examen avant sa signature.



Le chef des ninja-nsiloulou n’a pas rejeté l’accord. Mais, il étonne l'opinion nationale et internationale quand il dit de n’avoir pas pris connaissance du document avant sa signature. «Nous prenons acte de la volonté de deux parties de désamorcer la crise en jugeant nécessaire d'arrêter les hostilités. Mais, compte tenu du fait que le texte avant sa signature ne nous a pas été soumis et ne fait pas ressortir nos préoccupations majeures, nous exigeons la mise en place d’une commission mixte et paritaire de travail», a-t-il déclaré.

Aussi réclame-t-il la mise en place d’une commission qui, selon lui, doit être composée de ses émissaires et de représentants du gouvernement, dont la mission serait de «corriger» cet accord de Kinkala.

 «Cette commission aura vocation de revoir et de corriger le corps de tout le texte en prenant en compte les points suivants : le règlement politique de la situation sous l’observation internationale, les levées des mandats d’arrêt, l’adoption de la loi d’amnistie générale, la réinsertion politique et la réinsertion socio-économique, le retrait de troupes dans les zones où il n’y avait pas leur présence avant la guerre, la libération de tous les détenus politiques, l’assistance multiforme des populations sinistrées du département du Pool, l’organisation du dialogue national inclusif sous l’observation internationale (…) La roue de la paix, nous en sommes convaincus, conclut-il, va tourner dans un sens positif si nous nous y mettons sincèrement», a souligné Ntumi.

Parmi les questions posées à Jean Gustave Ntondo, le représentant de Ntumi, lors de sa conférence de presse après la signature de l'accord, était de savoir s'il avait bel et bien reçu mandat du chef rebelle pour parler en son nom.

«Nous ne nous serions pas permis de venir signer un tel accord par fantaisie», avait-il répondu, citant au passage son propre nom et celui de son collègue, Franck Euloge Mpassi, comme étant les deux délégués mandatés par Ntumi. Dés lors, on ne sait pas exactement à quel jeu joue Ntumi.

Cet accord laissait déjà défiants les membres de l’Action pour le Congo-B avec Jean-Marie Michel Mokoko-France (ACB-J3M). Cette association a exprimé son inquiétude à l’annonce par le gouvernement de cet accord et a exigé «des préalables à tout accord, à savoir : la libération de tous les prisonniers politiques, l’arrêt des bombardements et le retrait des forces armées congolaises, des milices et mercenaires tous azimuts engagés dans le Pool, etc.».

Entre Ntumi et Jean Gustave Ntondo, on ne sait pas encore finalement qui dit la vérité. Entre-temps, certains Congolais pensent que M. Ntondo est manipulé par le pouvoir, d’autres disent que Ntumi fait, comme d’habitude, la politique de l’opposition.  

Valère Lékoumou


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 1754 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 1527 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces