Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Economie : Moody’s dégrade les notes du Gabon et du Congo-Brazzaville

L'agence de notation américaine a abaissé d'un cran, fin avril, les notes souveraines du Gabon (passée à "B1") et de la République du Congo ("B2"). C'est la deuxième dégradation de la note du Congo-Brazzaville en à peine deux mois. En cause : la détérioration des comptes publics et une pression sur la liquidité des États.



Comme le laissait présager la mise sous revue de leurs notes souveraines,  début mars, l’agence de notation américain Moody’s vient de dégrader les notes de long terme du Gabon et du Congo-Brazzaville.

La note de la dette souveraine du Gabon baisse d’un échelon, passant de « Ba3 » à « B1 », chutant ainsi de la catégorie des obligations dites « non-investment grade speculative » à celle, jugée plus risquée, des obligations hautement spéculative (« highly speculative »).

Dans son rapport, Moody’s met en cause la « détérioration des finances publiques », induite par la chute des cours du pétrole, qui représente un tiers des recettes publiques consolidées et deux tiers des exportations au Gabon.

Selon Moody’s, les recettes du Gabon en part du PIB ont chuté de 4,5 points entre 2013 et 2015. Une baisse des revenus qui affecte les équilibres financiers du gouvernement : en dépit des efforts du gouvernement pour maîtriser les dépenses, à travers notamment la baisse des subventions, l’agence américaine estime que le déficit fiscal, en termes de cash, devrait atteindre 6 % du PIB en 2016, contre 5 % en 2015 et 1 % en 2014, tandis que les besoins de financement du pays ont bondi à 10 % du PIB en 2015 et devraient se maintenir à ce niveau jusqu’en 2017. Aussi, la part des intérêts dans les revenus de l’État devrait atteindre 11 % en 2015, contre 5 % en 2014.

Détérioration « substantielle » des comptes publics

Dans le cas du Congo-Brazzaville, Moody’s note une dégradation marquée des comptes publics, qui pourraient d’ailleurs « se détériorer substantiellement en 2015-2016 dans un contexte de choc des prix pétroliers et en raison des capacités limitées [de réaliser] un ajustement fiscal à la mesure du choc », écrit l’agence dans son rapport publié le 29 avril.

De fait, la baisse de la note du Congo-Brazzaville actée vendredi dernier est la deuxième dégradation de la signature du pays en deux mois. Début mars, Moody’s avait déjà baissée la note du pays de « Ba3 » à « B1 ». Dégradée à « B2 », elle est désormais deux crans à peine au-dessus de la catégorie « C », qui rassemble les obligations comportant des « risques substantiels ».

Moody’s prédit que les réserves fiscales du Congo-Brazzaville risquent d’être épuisées à la fin 2017.

Parmi les signes inquiétants révélés par Moody’s figurent : la chute des revenus publics, qui ont reculé de -48 % en 2015, et la hausse des besoins de financements du gouvernement, qui ont grimpé à 23 % du PIB, en dépit des coupes drastiques dans les dépenses en capital (-52 %).

Cette difficulté à limiter les besoins de financements s’est traduite par une hausse du déficit public qui, en termes de cash, a atteint 16 % du PIB en 2016. La dette du pays a explosé. De 21 % du PIB en 2013, elle est attendue à 54 % en 2016. L’endettement public, net des réserves fiscales, a atteint 41 % du PIB en 2016, contre une position excédentaire de +17 % du PIB en 2013.

Plus inquiétant, note Moody’s, le gouvernement a dû puiser dans ses réserves pour financer ses activités. L’agence de notation prédit, qu’à ce rythme, les réserves fiscales du Congo-Brazzaville risquent d’être épuisées à la fin 2017.

Perspectives négatives

Moody’s a affublé les notes des deux pays pétroliers d’Afrique centrale de perspectives négatives. L’agence de notation estime qu’une amélioration des indicateurs fiscaux et des sources de financement externes pourraient l’amener à hausser ces perspectives.


JeuneAfrique.Com



Commentaires articles

1.Posté par max goma le 02/05/2016 16:45
LE CONGO COMME TOUS LES PAYS PETROLIERS DU MONDE SUBIT LES CONSEQUENCES DE LA BAISSE DU PRIX DE PETROLE. MAIS NOUS SOMMES CONVAINCU QU'AVEC LA POLITIQUE DE DIVERDSIFICATION DE L'ECONOMIE, LE CONGO SERA EN MESURE DE SURMONTER CETTE CRISE. VIVE LE CONGO.

2.Posté par max goma le 02/05/2016 16:47
LE CONGO DISPOSE DES RESERVES CAPABLES DE LUI PERMETTRE DE FAIRE FACE A CETTE CRISE FINANCIERE. NOUS FAISONS CONFIANCE A NOS AUTORITES.

3.Posté par Kokoriko le 03/05/2016 08:19
Des authorities illegitimes et incompetents qui savent d'abord dillider les derniers publics.

4.Posté par Le Dégoûté ! le 04/05/2016 08:07
NON MESSIEURS !!!

LE CONGO, CONTRAIREMENT A D'AUTRES PAYS, EST TRES MAL GERE PAR UN POUVOIR CLANIQUE, TRIBAL ET DICTATORIAL.
CES GENS-LA SONT DES JUISSEURS INDECROTTABLES ET SE FICHENT EPERDUMENT DE LA DESCENTE AUX ENFERS DU CONGO.
IL FAUT LES ENTENDRE : "Le travail ne doit pas s'arrêter"...et nia nia nia et bla bla bla...Mais de quel travail parlent-ils quand les notes souveraines du pays qui dégringolent chaque jour démontrent le contraire ?

IL FAUT ARRÊTER DE PRENDRE LES ENFANTS DU BON DIEU POUR DES CANARDS SAUVAGES !!!

5.Posté par Le Dégoûté ! le 04/05/2016 08:29
"MOODY'S PREDIT QUE LES RESERVES FISCALES DU CONGO-BRAZZAVILLE RISQUENT D'ETRE EPUISEES A LA FIN 2017". Et voilà le résultat du travail du "Chemin d'Avenir" , une belle arnaque !

VOTRE " La marche vers le développement" à la CON là, VOUS ALLEZ LA FAIRE A RECULONS !

6.Posté par Le Dégoûté ! le 04/05/2016 08:34
Ils vont encore crier au "complot de l'occident", nos "amis" du pouvoir et leurs cireurs de pompes. POV'CONS VA !!!

7.Posté par MBIMBU DIA MFUMU le 06/05/2016 13:32
Tout citoyen congolais sait pertinemment que les cours de l'or noir ont baissé.Alors on ne doit pas faire de celà un problème,et le gouvernement dans sa vision ne fera que des éfforts pour la diversification de notre économie.

8.Posté par Le Dégoûté ! le 07/05/2016 16:30
Plus de 32 ans à se glander et c'est seulement maintenant qu'ils réalisent qu'il faut "diversifier l'économie". Mais quels CONS !!!

9.Posté par bodouin madilou le 09/05/2016 15:14
la diversification est notre seul maniéré de redore notre image et regarnie notre place a Echelle

10.Posté par bodouin madilou le 09/05/2016 15:14
la diversification est notre seul maniéré de redore notre image et regarnie notre place a Echelle

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22361 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12666 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces