Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Discours du Président Denis Sassou N’Guesso devant La Douma d’Etat à Moscou


Brazzaville, 27 mai – (CONGO-SITE) - Le 22 mai dernier, alors qu’il effectuait une visite officielle en Russie, à l’invitation de son homologue russe, le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, a livré un message devant La Douma d’Etat, le Parlement russe. En voici l’intégralité.



Discours du Président Denis Sassou N’Guesso devant La Douma d’Etat à Moscou
« Monsieur le président de la Douma d’Etat,
Mesdames et messieurs les députés,

L’expression des peuples porte l’écriture des plus belles pages de l’histoire des humanités. Ainsi, la Douma, votre prestigieuse institution prend toute sa place au cœur des révolutions de notre planète. Si les représentants du peuple de la fédération de la Russie, vous êtes l’expression la plus affirmée, la force tranquille et le dépositaire authentique  du rayonnement de votre nation dans le monde.

La grande estime de mes compatriotes pour le peuple de la fédération de Russie est une richesse inaliénable gravée dans les meubles de la fraternité, la confiance, la solidarité et l’engagement historique humain.

Permettez moi donc, en cet instant combien solennel de vous traduire le sentiment de fierté du peuple congolais et de vous adressez  nos remerciement le plus chaleureux pour l’honneur que vous nous faites à travers la présente communication devant votre auguste Assemblée.

Votre institution, monsieur le président jouit d’une longévité remarquable  par sa noblesse et l’expérience accumulée, elle constitue d’inspiration au service dynamique d’échanges interparlementaire de choix. C’est vous réaffirmé des lors le privilège d’évoquer en ce lieu pétrie d’histoire et de symbole, le panorama de l’amitié entre la fédération de Russie et la République du Congo.

Monsieur le président,
Mesdames et messieurs les députés,

Le niveau atteint et les perspectives de coopération entre la fédération de Russie et la République du Congo sont certes encourageants. Cependant,  les enjeux géostratégiques au seul niveau continental et sous régional en Afrique appelle la fédération de Russie à densifier encore davantage son partenariat avec le Congo. mon pays est résolument tourné vers l’avenir. Il constitue on n‘en point douté  un ilots de paix en Afrique centrale, une sous région en proie à des conflits récurrents. En toute circonstance, le Congo, ami de longue date  de la Russie y compris dans les moments forts de la guerre froide  s’est toujours senti proche de votre pays.

L’excellence de nos relations repose sur un dialogue politique constant au niveau le plus élevé. L’élévation par le président Vladimir Poutine et moi-même de notre coopération au rang de partenariat stratégique gagnant-gagnant lors de ma dernière visite en Russie en novembre 2012 témoigne de cette volonté partagée et assumée d’accord-partie d’agir ensemble de manière concertée.

Notre ambition légitime est de donner une impulsion à cette coopération. Cette année, la République du Congo et la fédération de Russie célèbre le 55ème anniversaire de leurs relations diplomatiques  établies dès les premières années des indépendances africaines.

Ces 55 ans d’amitié ont évolué sous fond d’émancipation du Congo porté par des liens étroits entre nos deux peuples.  Ici, à la Douma d’Etat, nous sommes tous des acteurs d’une relation d’amitié et de coopération exemplaire entre nos deux pays. Le Congo, qui s’honore ce jour de votre accueille mémorable, est un pays en pleine mutation, engagé en toute responsabilité dans sa marche vers le développement.

Sur le plan socioculturel, jeune Etat indépendant en 1960, le Congo s’est préoccupé de la formation de ses cadres. Le capital humain reste, même dans notre Programme National de Développement, 2018-2022,  le levier essentiel de notre essor économique et social.
Pour palier au très faible nombre de cadres formés par l’école coloniale, le Congo a engagé avec l’appui de votre pays un ambitieux programme de formation.

Grace à cette option, nos premiers étudiants, en effectif plus important  à partir de 1964, se sont ouverts aux idées progressistes, articulées autour du patriotisme, du panafricanisme et de l’internationalisme. L’accueil de nos étudiants dans les universités  et autres écoles de la Russie a favorisé le développement de certains secteurs socioéconomiques au Congo.

De même, des missions d’appui technique russes ont permis au Congo de disposer des ressources humaines qualifiées  et de se constituer une réserve appréciable d’experts dans plusieurs secteurs d’activités.

Nous nous en félicitons d’autant plus que, du fait du séjour prolongé, de mixage des familles russes et congolaises s’est accru, par l’entremise de multiples unions et mariages.

Ainsi, dans les veines de plusieurs citoyens congolais issus de ce métissage heureux circule donc du sang russe. Beaucoup parmi eux parlent la langue russe et évoluent dans les hauteurs des structures étatiques. C’est le cas de certains membres de la délégation qui m’accompagnent dans cette visite. La langue russe affiche un intérêt croissant pour la jeunesse de notre pays. 

Les Olympiades nationales de la langue russe au Congo connaissent un engouement particulier.  Cette année, 80 jeunes congolais figurent parmi les candidats présélectionnés.  Pour sa part, l’environnement économique congolais présente de nombreuses potentialités qui structurent le socle du processus d’industrialisation amorcé.

L
e Congo regorge les vastes étendus de forêts équatoriales sur 22.500.000 hectares couvrant 65% du territoire national. La disponibilité foncière est effective avec 10 millions d’hectares de terres arables. Le sous-sol est particulièrement riche en pétrole, gaz, potasse, fer, phosphates et en poly-métaux. Les secteurs de l’agriculture, des nouvelles technologies de l’information et de la communication, de l’énergie atomique à des fins civiles laisse entrevoir des possibilités avantageuses de coopération.

Il en est de même de l’édification des Zones économiques spéciales dans notre pays,  qui déploieront leurs principales actions dans les industries pétrolières, chimiques et  du bois, la transformation des minerais, les services de logistique, des énergies renouvelables, la production des matériaux de construction, l’agriculture, l’agroforesterie et la pêche.

Dans cette option, j’annonce le projet de construction d’un oléoduc qui traversera le Congo  sur plus de 1000 kilomètres, pour la fourniture des produits pétroliers et gazeux à l’intérieur du pays. Ce projet pourrait offrir, à nos deux pays, l’opportunité d’une grande action qui s’inscrira durablement dans l’histoire de notre coopération.

C’est ici le lieu de lancer un vibrant appel,  à Mesdames et Messieurs les Députés de la Douma d’Etat, pour soutenir et accompagner la République du Congo par un traitement plus adéquat, d’un statut préférentiel plus actif, davantage solidaire et efficace, dans l’intérêt bien compris de nos deux Nations.

Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs 

Les questions internationales constituent le domaine dans lequel la convergence de nos prises de positions reflète à suffisance la confiance, l’engagement et la loyauté qui nous tendent notre politique étrangère. De la décennie 60 aux années 90, le Congo  et la Russie ont soutenu, en bonne intelligence et avec détermination, les luttes de libération nationale en Afrique, notamment en Guinée Bissau, en Angola, au Mozambique, au Cap-Vert, au Sao-tomé-et Principe, au Zimbabwe et en Namibie.

Dans cette mouvance, l’apartheid a été aboli en Afrique du sud. La libération de Nelson Mandela, le 11 février 1990, en a été la conséquence la plus marquante.  En dépit des mutations sociopolitiques profondes intervenues en Europe de l’Est à la fin des années 80, l’axe Moscou-Brazzaville est demeure opérationnel et au bon niveau. C’est tout aussi un rand plaisir de partager, avec vous, notre espérance en un monde où, malheureusement, la construction d’un avenir  harmonieux est aujourd’hui source d’inquiétudes justifiées.

Le monde est confronté à de nombreuses menaces. Le multilatéralisme recule alors qu’il facilité la valorisation des vertus du dialogue, du consensus et du juste milieu, pour parvenir à la compréhension partagée des grandes questions de dimension mondiale. Le retour de l’unilatéralisme ouvre la voie aux effets pervers d’une mondialisation indifférenciée qui, malheureusement, rythment chaque jour la vie des Etats.

Sur ce terreau, émergent et s’accentuent, depuis quelques temps, des phénomènes graves et dangereux tels que l’extrémisme, le populisme, le fondamentalisme religieux et le terrorisme. Aucun continent n’est épargné par ces fléaux à combattre sans merci. A son tour, l’urgence climatique défie le monde. a ce titre, la République du Congo œuvre inlassablement pour une préservation plus efficace de l’écosystème du Bassin du Congo, deuxième poumon vert du monde, après l’Amazonie.

La découverte récente de la tourbière tropicale la plus grande du monde, avec des réserves considérables de carbone sur une étendue humide et marécageuse de 145.000 kilomètres carrés, impose un cadre de dialogue incontournable à la communauté internationale. C’est ici le lieu d’appeler la Fédération de Russie à appuyer notre pays dans la protection de cet écosystème fragile, a l’effet de soutenir la mise en oeuvre opérationnelle de la Commission Climat du Bassin du Congo et du Fonds bleu pour le Bassin du Congo.
 
Ces deux instruments ont été mis en place par les pays d’Afrique centrale, pour le bien de l’humanité entière. Dans le registre de la paix et la sécurité, le Congo est régulièrement sollicité dans le règlement des crises en Afrique. De ce fait, notre pays assure  la Présidence du Comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye. Le Congo exerce aussi un double mandat à la tête de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et du Comité de haut sur l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en République démocratique du Congo et la Région. Notre volonté inébranlable au profit d’un marché apaisé, juste et prospère est le vecteur principal de notre disponibilité, au bénéfice de l’Afrique et du reste du monde.
 
Monsieur le président,
Mesdames et Messieurs les Députés,

Aujourd’hui, la Russie demeure un majeur, profondément ancré et très actif dans la régulation du concert des Nations. Lorsqu’on dispose, sur l’échiquier international, d’un grand ami de l’intérêt bien compris de nos deux pays.

Vive l’amitié, la solidarité et la coopération entre le Congo et la Russie !
Je vous remercie.»
 

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22890 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12961 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces