Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Des dysfonctionnements constatés dans le secteur maritime congolais


Brazzaville, 6 novembre – (CONGO-SITE) – Lancé le 29 octobre 2018 à Brazzaville, l’audit de l’organisation maritime international (OMI) s’est achevé le 5 novembre dernier. Il révèle des écarts et des dysfonctionnements dans le secteur maritime congolais.



Le ministre en charge de la marine marchande prononçant son discours lors de la clôture de l'audit de l'OMI.
Le ministre en charge de la marine marchande prononçant son discours lors de la clôture de l'audit de l'OMI.
L’audit mené par les experts de l’OMI a permis de mesurer l’efficacité de l’administration maritime congolais et d’entrevoir les mesures d’une meilleure gestion maritime. Il vise le renforcement des capacités et l’assistance de la partie congolaise par cette l’institution onusienne.
 
Le ministre des Transports, de l’Aviation civile et de la Marine marchande, Fidèle Dimou, qui a mis fins aux travaux de cet audit, a réitéré l’engagement du Congo de tout mettre en œuvre pour que les conclusions de ce rapport servent d’appui à l’amélioration des politiques et stratégies maritimes du pays. « Toutes les dispositions seront prises pour élaborer et adopter le plus vite possible les plans d’action  afin de parvenir à la correction de ces écarts », a-t-il déclaré.
 
Pour la responsable des experts de l’OMI, Caroline  Neuman, l’objectif de cet audit était d’évaluer la capacité du Congo, en tant qu’Etat membre de l’OMI, à appliquer ses aptitudes et à mettre en œuvre les instruments auxquels il fait partie ; à améliorer le contrôle de leur application ; à identifier et à cibler les domaines dans lesquels l’assistance technique de l’OMI pourrait être mise en place.
 
L’audit n’a pas seulement concerné la direction générale de la marine marchande, mais aussi d’autres structures impliquées dans l’application des dispositions édictées par les instruments de l’OMI. Il a concerné quatre domaines, à savoir : le domaine de responsabilité accordé à l’Etat ; les obligations du Congo en sa qualité d’Etat ; les droits et obligations du Congo en sa qualité d’Etat du port ; les droits et obligations du Congo en sa qualité d’Etat côtier.
 
Le Congo s’est engagé, depuis 2015, dans le processus de l’audit facultatif de l’OMI, rendu obligatoire en janvier 2016. Afin de garantir les meilleures conditions de l’opération, le pays a bénéficié d’une série de séminaires d’évaluation et des ateliers, grâce au concours de cette organisation.

Lionel Obargui



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 14221 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 8031 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces