Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : le Chef de l’Etat de retour du sommet sur le climat

Le Président Denis Sassou N’Guesso est rentré ce martin de Paris (France), où il a pris par au One Planet Summit. Il a été salué à sa descente d’avion à l’aéroport international Maya-Maya, par les corps constitués nationaux.



Le 12 décembre 2017, à Boulogne-Billancourt, près de Paris, le Chef de l’Etat congolais a joint sa voix à celles des autres dirigeants du monde pour redynamiser la lutte contre le réchauffement climatique.
 
En sa qualité de porte-parole du Bassin du Congo, deuxième poumon écologique mondial, après l'Amazonie, Denis Sassou N’Guesso était vivement attendu à ces assises. En témoignent la poignée de main, les accolades et la séance de photo main dans la main sur le tapis rouge avec le Président français, Emmanuel Macron.
 
Au cours de cette réunion d'une journée regroupant des Chefs d'État, des responsables de grandes entreprises, des représentants des 'institutions financières et de personnalités engagées dans les actions pour le climat, des engagements de dégager de nouveaux financements ont été pris. Des promesses ont été faites concernant les investissements financiers et les garanties financières que doivent offrir les banques et les assurances.

Près de trente projets, regroupés en douze chapitres ont été présentés. Ces projets vont de la création d'un observatoire spatial sur le climat à la promesse de plafonner les émissions de CO2 liées aux transports maritimes, formulée par trente-quatre pays. La Banque mondiale, par exemple, s'est engagée à ne plus financer les projets d’exploration et d’exploitation de pétrole et de gaz dès 2019. 

Les pays du Nord avaient promis de porter à 100 milliards de dollars par an d'ici 2020 leurs financements climat aux pays du Sud pour les aider à s'adapter aux impacts des dérèglements. « L'Agence internationale de l'énergie estime qu'il faudra en moyenne 3.500 milliards de dollars (d'investissements dans le secteur énergétique) chaque année pendant 30 ans pour contenir l'augmentation des températures à un minimum de 2 °C »,

Il fallait, tout au moins, de tels engagements. Puisque, si l’on peut reprendre les propos du Président français : «On est en train de perdre la bataille. Le défi de notre génération est d'agir, agir plus vite et gagner cette bataille contre le temps, cette bataille contre la fatalité, pour mettre en œuvre des actions concrètes qui vont changer nos pays, nos sociétés, nos économies», a indiqué le président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, avant ce One Planet Summet.
 
L’Accord sur le climat, signé en 2015 à Paris lors de la COP 21, vise à contenir la hausse moyenne de la température sous le seuil critique des 2°C. Mais, sur la base des engagements pris par les États, on tend toujours vers +3 °C par rapport à l'ère préindustrielle.
 
A Paris, le Chef de l’Etat congolais a eu des entretiens avec le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire ; le patron du Groupe Bolloré, Vincent Bolloré. 

Gos-Gaspard Lenckonov


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 15958 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 8992 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces