Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Situation du Pool : les natifs du département appelés à se ressaisir

Le journal ’’Les Dépêches De Brazzaville’’ a publié dans son numéro 2737 de ce 14 octobre 2016, une interview qui lui a été accordée par le président du Conseil départemental du Pool, Michel Bouboutou Mampouya. Dans cette interview, ce dernier appelle les fils et filles du Pool à prendre conscience du retard que connait le développement de ce département à cause, entre autres, des actes barbares que commettent certains de ses originaires.



Des victimes du terrorisme de Ntumi et ses ninjas
Des victimes du terrorisme de Ntumi et ses ninjas
«J’appelle à la conscience de tous les natifs du Pool et des résidents à s’abstenir de s’enrôler dans toute démarche freinant la stabilité et le développement de notre département», a-t-il indiqué.
 
Michel Bouboutou Mampouya a fustigé le comportement des ninjas de Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntumi qui, après avoir attaqué des postes de police, des positions de la force publique et le siège de la mairie de Makélékélé dans les quartiers sud de Brazzaville, le 4 avril dernier, continuent à perpétrer d’autres attaques dans le département du Pool, où ils se sont retranchés avec leur chef.
 
«En l’espace de quelques jours, nous avons enregistré une longue série d’attaques dans le département (…) Tout cela a occasionné un déplacement massif des populations. A ce jour, le département compte plusieurs sites pour les recueillir : Kinkala, Mbanzandounga, Boko, Mindouli, Kindamba, Nkoué, Mbamou, Kibouendé», a affirmé M. Boboutou Mampouya.
 
Il a expliqué que d’autres populations fuyant les exactions de Ntumi et ses miliciens sont parties pour le département de la Bouenza et de Brazzaville, où elles vivent auprès de leurs familles respectives.
 
Au total, le nombre des personnes déplacées peut se situer entre 7000 et 10.000, a estimé le président du Conseil départemental du Pool.
 
Il a salué les efforts qu’entreprend les pouvoirs publics pour s’occuper des déplacés localisés dans les sites.

Mombeti Gall



Commentaires articles

1.Posté par Le Dégoûté ! le 15/10/2016 11:17
Il est marrant Mr BOUBOUTOU MAMPOUYA !

Et à la conscience de l'armée mbochi de SASSOU-NGUESSO qui tue les enfants du Pool depuis plusieurs années déjà, vous dites quoi : de continuer leur besogne macabre ?
Vous êtes le préfet de la mort ou celui de la vie dans le Pool ? HONTE ET MALHEUR A VOUS !!!

2.Posté par S.Manunta le 15/10/2016 18:12
@ LE DEGOUTE

Ne racontes pas n'inporte quoi, SASSOU n'ait pas entrain de tuer les enfants du pool. C'est ce dégénéré et drogué N'TOUMI qui tue ses propres freres, parents et amis. Les pooliens abondonnent leur region à cause de N'TOUMI pas de SASSOU. HONTE ET MALHEUR A TOI LE DEGOUTE.

3.Posté par Le Dégoûté ! le 16/10/2016 03:18
@ S.Manunta

"Le dégénéré NTOUMI" tue les militaires de SASSOU. Ils le méritent après tant d'exactions commises depuis des années sur des civils désarmés.

Par contre, la mort des civils dans le Pool est imputable à l'armée tribale de SASSOU qui croit venger les cobras tombés sous les balles des "nsilulus". QUELLE LÂCHETE !!!

4.Posté par piri le 16/10/2016 22:46
OUI SASSOU TUE AU SUD

Présidence de la République

du Congo

Cabinet du Chef de l’Etat

Brazzaville le 07 janvier 2000



Le Président de la République

N° 019/000/PR-CAB



Diffusion strictement limitée aux membres du CMAS

Orientations générale à la réunion du Comité Mixte d’Actions Spéciales

du 07 janvier 2000 à Brazzaville

Chers membres du Comité Mixte d’Actions Spéciales,

Comme je le fais traditionnellement depuis octobre 1997, après tous les discours officiels que j’ai tenus ces derniers temps, lesquels comme vous le savez bien, sont destinés aux chancelleries étrangères et au grand public mais non aux hommes du pouvoir que vous êtes, je tiens à réaffirmer devant vous, les grandes orientations qui doivent guider notre action pour cette années 2000.

Celles-ci résultent des engagements que nous avons pris ensemble lors de notre première réunion du 10 novembre 1996 sur la prise du pouvoir, sur les techniques de sa consolidation et les moyens de sa pérennisation. Il vous appartiendra au cours de cette première réunion annuelle d’y réfléchir et d’en déterminer les modalités d’application. Je dois vous rassurer que les accords signés ça et là s’inscrivent dans le cadre des diversions prévues dans notre stratégie, nécessaires pour notre image et ne doivent en aucun cas entamer votre moral. Nous devons continuer de nous appuyer sur la force comme moyen essentiel de la conservation du pouvoir.

Au demeurant, je ne peux manquer de vous rendre un vibrant hommage pour les victoires remportées jusqu’à ce jour. Malgré un environnement caractérisé par un tintamarre médiatique contre régime, vous avez su appliquer le célèbre précepte de Mao Zedong : « Le pouvoir est au bout du fusil ».

Nous n’avons pas droit à l’erreur d’analyse. Quand il s’agit de l’Afrique, les Occidentaux ne respectent que la force tout en prenant le soin de se cacher derrière la reconnaissance des états et non des régimes. Le slogan « Le pouvoir ou la mort » doit être gravé dans la conscience de chacun de nos hommes. Je ne vous rappellerais jamais assez que le retour de la paix signifie la perte de notre pouvoir.

Vous réalisez à présent à quel point l’arsenal militaire de l’Angola nous est précieux. Peu importe que, politiquement, nous ne représenterons que 15% de la population. Le peuple n’est ni plus ni moins qu’un bouclier dont il faut se servir habilement. L’essentiel est d’avoir la force militaire de notre côté. Nos deux ans de règne contre la volonté de la majorité du pays et d’une bonne partie de l’opinion internationale en sont la preuve.

Le maintien de l’étatd e guerre à l’instar de l’Angola, l’extermination progressive des populations qui nous sont hostiles, la répression conséquente de toute velléité d’opposition intérieure, le musellement de la presse nationale, la traque de tous nos opposants partout où ils se trouvent à l’étranger, la déstabilisation des associations et des personnalités étrangères critiquant notre régime, la désinformation de l’opinion nationale et internationale grâce aux puissants moyens de presse dont nous disposons doivent demeurer les principaux axes de notre politique. L’application rigoureuse de celle-ci est le seul gage de la survie de notre régime.

C’est pourquoi, pour cette première réunion annuelle du Comité Mixte d’Actions Spéciales élargie aux chefs d’antennes territoriales et socioprofessionnelles, je vous invite à réfléchir profondément sur les points suivants :

t Poursuivre l’opération Mouebara dans les nouvelles conditions des accords de Pointe-Noire et de Brazzaville, parachever impérativement le dépeuplement des 430 000 personne prévu dans sa dernière phase dont l’exécution a été perturbée par les accords précités, car si les résultats sont très satisfaisants dans le Pool, qui aujourd’hui vidé d’environ trois quart de sa population, ils restent cependant très modestes pour les autres régions ciblées, utiliser pour cette mission uniquement des hélicoptères de combat et en faire porter la responsabilité de la provocation aux partisans de l’ancien régime ;

t Recenser les membres de nos pelotons d’exécution qui menacent de révéler l’existence et l’emplacement des charniers à la presse étrangère et les mettre sous haute surveillance jusqu’à nouvel ordre tout en les tenant suffisamment éloignés des étrangers et de certains mouchards nationaux ;

t Veiller à ce que les Organisations humanitaires étrangères devant intervenir dans les zones prévues par l’accord de Brazzaville ne tombent sur aucun des 16 charniers dissimulés ; des itinéraires obligatoires devront leur être indiqués et des escortes par nos hommes les plus fidèles devront leur être imposées ;

t Préparer la tenue d’un séminaire de sensibilisation sur le thème : « Le pouvoir ou la mort » auquel devront participer tous nos hommes les plus fidèles et aptes à occuper un poste de responsabilité dans l’Armée, la Police, l’Administration territoriale, la Douane et les Impôts, insister sur l’importance de l’inspiration de cette devise pour notre pouvoir à un moment où les chantres de la démocratisation redoublent d’ardeur à travers le monde ;

t Prendre toutes les dispositions nécessaires pour que l’aide humanitaire soit prioritairement livrée aux populations favorables au pouvoir et maintenir celles qui nous sont hostiles dans un état de précarité qui les oblige à se soumettre ;

t Se servir de l’Accord de Brazzaville, notamment en ses articles 5 et 6 pour insérer les Hutus rwandais, les miliciens interhamwés, les anciens membres de la garde présidentielle de feu le Maréchal Mobutu, les tchadiens qui combattent avec nous dans les forces armées congolaises y compris même les angolais et les afro-cubains qui le désireraient ;

t Interdire strictement la délivrance du passeport national à tout ressortissant du Sud et aux nordistes qui refusent de se rallier afin d’empêcher leur sortie à l’étranger où ils se transforment en témoin à charge contre nous auprès des organisations de défense des droits de l’homme et des tribunaux ;

t Renforcer les réseaux de l’étranger afin de mieux traquer les opposants et déstabiliser efficacement les organisations hostiles à notre pouvoir ;

t Organiser l’exécution des détenus politiques se trouvant encore dans nos geôles et en faire porter le chapeau aux éléments incontrôlés ;

t Réaliser coûte que coûte au cours de l’année un référendum et empêcher par tous les moyens le retour des exilés politiques influents.

Je reste à l’écoute de vos remarques et suggestions.

Le Général d’Armée

Denis SASSOU NGUESSO

Version PDF_Lettre-Programme de Sassou au CMAS pour la purification et l'épuration ethniques dans le Pool et la Bouenza (pdf, 1.5 MB)

__________________________________________

Opération Mouebara



Présidence de la République République du Congo

Unité – Travail – Progrès

Comité Mixte d’Actions Spéciales

N° 023/99/PR/CMAS

Vu et approuvé par le président de la république, chef de l'Etat, chef suprême des armées.



PLAN D'ACTIVITES DU TRIMESTRE IV

DE L'OPERATION « MOUEBARA »

(01/10 – 31/12/99)

Zones cibles du trimestre :

Pool-Nord,

Bouénza-Nord,

Lékoumou – Niari-Forestier (cf. cartes tactiques jointes au plan)



SECRET DEFENSE



Vu et approuvé par le président de la république, chef de l'Etat, chef suprême des armées.



N° D'ORDRE : 01 POOL-NORD



ACTIONS :

- Pilonnage de Kibouéndé; -Bombardement de Mayama;

- Empoisonnement des sources d’eau de la zone du Pool-Nord.



OBJECTIFS :

- Dépeupler les pays de Mpangala;

- Donner la mort aux personnes se trouvant dans les secteurs des tirs;

- Maintenir les fugitifs dans les forêts par la terreur du pilonnage et les pousser à la mort lente par la famine et les maladies;

- Pousser à l'exil forcé au Gabon et en RDC;

- Terroriser les résistants de l'étranger.



NORMES D’APPRECIATION DES OBJECTIFS :

- Passable (25000 tués, 15000 déplacés);

- Bien (30000 tués, 20000 déplacés);

- Excellent (45000 tués, 70000 déplacés).



NOTA BENE :

Brûler tout jeune en âge de combattre en provenance des zones àforte résistance.



DELAI ou PERIODE :

Mi-octobre début novembre selon conditions météorologiques (absence pluie et brouillard).



MOYENS D'EXECUTION - MATERIEL :

2 Mig-21,

4 hélico,

112 bombes,

81 missiles,

37 lance-flammes,

12 canons 122,

20 véhicules 4x4,

280 rockets,

1000 menus,

20 blindés,

5000 grenades.

1 million 7,62.



MOYENS D'EXECUTION - PERSONNEL :

468 hommes (344 expatriés, 124 nationaux).



MOYENS D'EXECUTION - FINANCES (CFA) :

carburant (108 millions),

internement (160 millions),

Prestations (646 millions),

Imprévus (98 millions) : total = 1016 millions.



RESPONSABLE : Général de brigade Blaise ADOUA.



OBSERVATIONS :

- Pilonner et bombarder les lieux à forte concentration humaine (marchés, églises, écoles, terrains de sport, etc).

- Utiliser les signaux externes des ONG humanitaires pour attirer les foules et faire des tirs groupés.





N° D'ORDRE 02 BOUENZA-NORD



ACTIONS :

- Bombarder la zone de Mouyondzi ;

- Bombarder la zone de Mabombo.



OBJECTIFS A ATTEINDRE :

-Dépeupler les plateaux Babémbés ;

-Donner la mort aux personnes se trouvant dans la zone de bombardement ;

-Maintenir les fugitifs dans les forêts par la terreur des bombardements et leur causer la mort à petit feu ;

-Pousser à l'exil forcé vers le Gabon;

-Terroriser les résistants de l'étranger.

- Mêmes normes que le n°1.



DELAI OU PERIODE :

mois de novembre - décembre.



MOYENS D'EXECUTION - MATERIEL :

2 Mig-21,

4 hélico,

22 blindés,

21 véhicules 4x4,

120 bombes,

109 missiles,

300 rockets,

23 lance-flammes.

1 million 7,62.



MOYENS D'EXECUTION - PERSONNEL :

524 hommes (446 expatriés, 78 nationaux).



MOYENS D'EXECUTION - FINANCES (CFA) :

carburant (150 millions),

hébergement (168 millions),

Prestations (699 millions),

Imprévus (106 millions) : total = 1123 millions.



RESPONSABLE : Général de brigade Longonda Philippe.



OBSERVATIONS :

- Bombarder le marché de Mouyondzi-centre, l'hôpital de Moukala, les champs et le village Louboto proche du barrage Moukoukoulou ;

- Préparer une action médiatique avant, pendant et après les raids (Voir avec Jean-Paul PIGASSE) (1).



N° D'ORDRE 03

LEKOUMOU-NIARI FORESTIER



ACTIONS :

- Bombarder la zone de Sibiti et Zanaga;

- Bombarder la zone de Mossendjo et Mayoko.



OBJECTIFS A ATTEINDRE :

- Dépeupler le Niari forestier et la Lékoumou;

- Donner la mort aux personnes se trouvant dans la zone de bombardement;

- Maintenir les fugitifs dans les forêts par la terreur des bombardements et leur causer la mort à petit feu;

- Pousser à l'exil forcé vers le Gabon;

- Incendier le village natal de Lissouba.

- Mêmes normes que le n°1.



DELAI OU PERIODE :

mois de octobre - novembre - décembre.



MOYENS D'EXECUTION - MATERIEL :

2 Mig-21,

4 hélico,

13 blindés,

14 véhicules 4x4,

115 bombes,

98 missiles,

271 rockets,

14 lance-flammes.

1 million 7,62.



MOYENS D'EXECUTION - PERSONNEL :

415 hommes (346 expatriés, 69 nationaux).



MOYENS D'EXECUTION - FINANCES (CFA) :

carburant (140 millions),

hébergement (138 millions),

Prestations (662 millions),

Imprévus (95 millions) : total = 1035 millions.



RESPONSABLE : Général de brigade ESSONGO B.



OBSERVATIONS :

- Bombarder le marché de Mossendjo-centre, l'hôpital de Makabana, les champs et alentours de MBinda;

- Préparer une action médiatique avant, pendant et après les raids (Voir avec Jean-Paul PIGASSE).



BILAN PREVISIONNEL POUR LE IVeme trimestre :

Nombre de tués (125.000 hommes),

nombre de fugitifs (275.000 hommes),

nombre de départs en exil forcé (40.000 hommes).

Soit un dépeuplement total de 430.000 hommes.



COUT TOTAL DES OPERATIONS

POUR LE IVème trimestre :

1016.000.000 + 1123.000.000 + 1035.000.000 = 3.174.000.000 F CFA.



MODALITES DE DOTATION :

529 millions (1/6 du montant) par quinzaine.



Fait à Brazzaville, le 27 Septembre 1999.

Pour le Comité d'Actions Spéciales,

Le Général de brigade ESSONGO

--------------------------------------------------

Commentaire



L'opération "Mouebara", du nom de la mère de Sassou Nguesso, était officiellement une opération de manœuvres militaires entre la France, le Gabon, le Tchad et le Congo-Brazzaville, etc...

En fait, avec le recul du temps, il semble qu'il s'agissait donc de la mise à exécution d'un plan macabre d'extermination des populations du sud du Congo-Brazzaville, après les opérations Colombe I et II, Hérode et Hadès.

Il faut noter que toutes les opérations d'extermination ethnique dans toutes les guerres successives du Congo ont été financées par la France, via ELF.

L'on notera également la présence des troupes françaises dans les opérations dites "Colombe I et II".

Des milliards de Francs CFA et des millions de Francs Français (Euro aujourd'hui) sont perpétuellement dilapidés pour l'exécution de programmes d'extermination humaine. La Communauté internationale comprendra-t-elle ? Et jusqu'à quand continuera-t-elle d'accorder des financements sous forme d'aides à un Etat dont les dirigeants kleptocrates, installés par la France, se livrent à des génocides, des crimes contre l'humanité ? Quelques preuves ont été ici fournies.

(Extrait de l’ouvrage de Jean-Claude MAYIMA-MBEMBA, « Assassinats politiques au Congo-Brazzaville – Rapport de la Commission ad hoc « Assassinats » de la Conférence Nationale Souveraine – 25 Février – 10 juin 1991, Ed. ICES, 2004, épuisé)

------------------------------------------------------------------

5.Posté par piri le 16/10/2016 22:48
Je n'ai pas pu.Je vous aurai mis la lettre signée par Sassou en 2000.

6.Posté par le fils du pays le 17/10/2016 12:14
La survie meme du peuple Congolais,sa quietude et sa liberte ont un prix.
C’est par la doctrine de la guerre de tout le peuple(une guerre ou participle tout le peuple) que le peuple se liberera du systeme qui detruit son patrimoine commun et ses oppresseurs.
Quarante huit ans de la demolition du Congo par Mr Sassou et ses amis.
Les Congolais doivent absolument deloger par la force brute cet indecrottable et mercenaire de l’empire francais,sa famille,son clan et ses amis de tous bords,toutes nationalites confondues

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces