Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Mandat d’arrêt international contre Compaoré pour l'assassinat de Thomas Sankara

La justice militaire burkinabè a lancé un mandat d'arrêt international contre l'ancien chef d'Etat Blaise Compaoré, pour son implication présumée dans la mort de Thomas Sankara. Ce dernier avait été assassiné en 1987 lors du Coup d'Etat qui avait porté Compaoré au pouvoir.



Un mandat d'arrêt international contre l'ex-président Blaise Compaoré a été établi, selon une source proche du dossier, dans le cadre de l’affaire de l'assassinat de Thomas Sankara. Il a été émis depuis le 4 décembre 2015 et transmis aux autorités ivoiriennes  qui n’ont pas encore réagi à la demande de la justice burkinabè.

Selon l’avocat des accusés, ce mandat figure déjà dans le dossier judiciaire. Les principaux inculpés dans cette affaire, dont le général Gilbert Diendéré, qui fut l’homme de confiance de Compaoré, sont poursuivis pour « assassinat, attentat et recel de cadavre ». L’ancien président Blaise Compaoré est visé par les mêmes chefs d’accusation.

Le président ivoirien Alassane Ouattara est attendu à Ouagadougou pour la cérémonie d’investiture du président Roch Marc Christian Kaboré. Il y a de fortes chances pour que ce dossier soit abordé par les deux hommes, ainsi que celui des écoutes téléphoniques. Le directeur de la justice militaire a prévu une conférence de presse mercredi prochain.

« Je pense que c’est l’avancée la plus notable dans l’instruction du dossier Thomas Sankara, a estimé Prospère Farama », l'un des avocats de la famille.

Selon lui, Blaise Compaoré a « clairement dit à certaines occasions que [le soir de l'assassinat], il était question de l’arrêter personnellement et que ses éléments à lui avaient pris les devants. »

Vingt-sept ans d'attente

Ces soir-là, le jeudi 15 octobre 1987, le capitaine Thomas Sankara est en réunion avec des ministres, lorsqu’un commando prend d’assaut le bâtiment du Conseil de l’Entente, le siège du gouvernement. Le capitaine Thomas Sankara et douze responsables sont tués.

Sur le coup, aucune enquête n’est menée. Officiellement, les autorités concluent à « une mort naturelle ». Quelques jours plus tard, Blaise Compaoré, le bras droit de Thomas Sankara, le remplace à la tête de l’Etat.

Il a fallu attendre 27 ans et le départ de Blaise Compaoré pour qu’une enquête soit ouverte, en mars 2015. Car jusque-là, les circonstances de la mort de Sankara restaient un sujet tabou.

Depuis, les restes du corps présumé du capitaine Thomas Sankara ont été exhumés. L’autopsie a révélé que la dépouille était « criblée de balles  ». Et ces dernières semaines, la machine judiciaire semble avoir pris un coup d’accélérateur.


■ Les tests ADN ne donnent rien 

Concernant les analyses pratiquées sur la dépouille présumée de Thomas Sankara, les résultats de ses tests ont été portés lundi à la connaissance des familles. Mais ils n'ont pas permis de détecter un ADN et de confirmer que ces restes appartiennent bien à l'ancien président burkinabè.

L’atmosphère était tendue au tribunal militaire de Ouagadougou ce lundi. A la sortie de l’audience, aucun membre des familles n’a souhaité réagir aux résultats des tests ADN pratiqués sur les dépouilles présumées de l’ancien chef de l’Etat burkinabè Thomas Sankara et de ses compagnons. « Je suis tellement fâchée que je ne peux pas vous parler », a lâché la fille d’une victime.

Pendant que les autres proches quittaient le palais au pas de course, certains avocats ont tout simplement lancé un laconique « les résultats n’ont rien donné », avant de s’éclipser. « Le laboratoire national de police de Marseille a effectué trois essais, pour emprunter un jargon scientifique », a expliqué l’un des avocats de la famille Sankara. « Les premier et deuxième niveaux confortent les résultats de l’autopsie. Mais au troisième niveau, l’expertise scientifique conclue qu’il n y a pas d’ADN détectable » a poursuivi Me Benewendé Stanislas Sankara.

En d’autres termes, l’état des dépouilles exhumées en mai dernier ne permettaient pas au laboratoire de certifier l’existence d’ADN. Les résultats d’expertise ne confirment donc pas que les restes retrouvés dans les tombes sont ceux du capitaine Thomas Sankara et des douze personnes à ses côtés au moment de sa mort. Les familles devront donc se contenter des résultats d’autopsie  et des objets retrouvés après les exhumations.

Les inculpés dans le dossier ont assisté à la présentation des résultats. Détenus à la maison d’arrêt et de correction des armées, le général Gilbert Diendéré et les autres sont arrivés ensemble, dans un fourgon sous très haute surveillance. « Les inculpés n’ont pas été entendus. Ils sont venus juste pour la présentation des résultats », a indiqué Me Mathieu Somé, l’avocat du général Diendéré.


rFI (http://www.rfi.fr)



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

77.Posté par Dodo MINGNON le 06/09/2016 01:48
Bonjour
Pour tout vos problèmes de : Téléphonique:(00229) 61770133 ou E-mail: marabout1er@gmail.com
1-Retour d'affection 2 -Crise conjugale 3-Retour de l’être aimé 4 -Prise de bec 5-Evolution dans votre travail 6-Désenvoûtement de tout sortilège 7-Vision 8-Problème de fertilité chez l'homme 9-Problème de fertilité chez la femme 10-Problème d'enfant 11-Règle douloureuse 12-Ejaculation précoce ;
Outre, vous voulez avoir :
1-Chance en amour 2-La puissance sexuel 3-Gros pénis 4-Amulette contre accident 5-Poudre amaigrissement 6-Savon pour la chance 7-Amulette pour la chance 8-Protection contre les esprit mauvais 9-Protection contre les mauvais sorts 10-Evolution en affaire 11-Amulette pour attirer l'homme ou la femme 12-Amulette pour succès à l'école , au collège ou à l'université etc... 13-Autres
Travail très rapide et efficace
Téléphonique:(00229) 61770133
E-mail: E-mail: marabout1er@gmail.com
Merci

76.Posté par Du bois MOMPASSANT le 23/12/2015 17:22
La Côté d'ivoire n'a pas le droit de protéger un exilé quand ses compatriotes demandent à ce qu'il revienne pour répondre de ses actes devant les instances de la justices et le peuple congolais. La côté d'ivoire doit faire preuve de beaucoup de responsabilités en écoutant la voix du peuple Burkinabè en général et celle de la veuve Mariam SANKARA car quelque soit la durée de la nuit, le soleil finira par apparaitre et la vérité doit triompher.

75.Posté par hugor Mbele le 23/12/2015 14:52
L'ex-président est en exil en Côte d'Ivoire depuis sa chute du pouvoir, protégé par l'un de ses plus fidèles alliés : Alassane Ouattara. Le Beau Blaise comme il se faisait appelé est bel et bien dans de beaux draps cette fois-ci, lui qui avait soigneusement évité la polémique sur la mort du capitaine Sankara pendant ses années au pouvoir.

74.Posté par justice Pemba le 23/12/2015 14:51
La mère des enfants de Thomas Sankara laisse du reste entendre que le nouveau président burkinabè devrait écouter la voix de son peuple : « Depuis qu’il y a eu l’insurrection, le peuple burkinabè a émis certains souhaits : plus d’impunité dans ce pays. Et donc ce que Kafando (le président de la transition, ndlr) a commencé, je pense qu’il va être difficile pour Roch Kaboré de ne pas continuer dans ce sens ».

73.Posté par paola jason le 23/12/2015 14:41
monsieur HILLAIRE BOBO hier à la presse internationale la veuve sankara avait remercier le président Roch Marc Christian Kabore peut importe sa relation avec blaise Compaoré, du fait que le président Roch Marc Christian Kabore se mis à fond dans ce dossier afin que la justice puisse établir la cause et rendre justice bien que le dossier existait bien avant, moi personnellement je trouve que l'implication du président Roch Marc Christian Kabore dans cette affaire est un bon départ pour lui parce que le peuple ne s y attendait même pas et la maintenant il vient de gagner la confiance de ses citoyens. mais cependant il ne doit pas s'arrêter la il doit conduire à bon terme cette façon de faire afin que demains ou après demains le monde environnant sache que le président Roch Marc Christian Kabore était un homme qui a marqué l'histoire du pays dans le monde. donc voila ce que nous pouvons retenir de cette réalité qui anime les politiques et les juristes burkinabés.

72.Posté par sahra pambou le 23/12/2015 14:31
Roch Marc Christian Kaboré prendra bientôt les rênes du Burkina, mais Mariam Sankara ne doute pas que ce dernier veillera à la bonne conduite du dossier. Elle se base pour cela sur ses déclarations où il indiquait, se rappelle la veuve Sankara, que l’ancien président Blaise Compaoré n’était pas au-dessus de la loi et que s’il était inculpé, il devra répondre comme tout justiciable.

71.Posté par sahra pambou le 23/12/2015 14:24
Mariam Sankara a donc lancé un appel aux autorités ivoiriennes, et plus particulièrement au président Alassane Dramane Ouattara afin de donner une réponse positive au mandat lancé par la justice burkinabè. « C’est le peuple burkinabè qui veut la justice. Et le peuple ivoirien et le peuple burkinabè sont des peuples frères », plaide-t-elle, en espérant par ailleurs que « les autorités ivoiriennes ne cautionnent pas l’impunité ». La veuve Sankara estime en outre que le président ivoirien ne devrait pas que mettre son amitié avec Blaise Compaoré dans la balance. « Il y a les intérêts aussi des peuples. Il y a l’amitié et la justice. Je pense que même en amitié, la justice doit aussi exister. (…) Le président Ouattara devrait faire ça pour le peuple burkinabè, pour les bonnes relations entre les deux pays », dit-elle.


70.Posté par Docteur Al le 23/12/2015 14:24
Son seul souhait, désormais, c’est que Blaise Compaoré revienne de son exil en Côte d’Ivoire pour s’expliquer devant les tribunaux. « J’attendrai le jour où je le verrai comparaître devant les tribunaux burkinabè, dit-elle. J’attends donc son rapatriement (…). Il nous dira enfin pourquoi. Il nous dira la vérité (…) pourquoi il a fait ça et qu’il nous explique ».

69.Posté par HILAIRE BOBO le 23/12/2015 14:23
Un mandat d’arrêt international a été lancé par la justice burkinabè contre l’ancien président Blaise Compaoré dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat du président Thomas Sankara en 1987. La veuve du président, Mariam Sankara, souhaite que le président ivoirien Alassane Ouattara permette à son « ami » de revenir au Burkina afin de pouvoir « dire la vérité ». Cela fait près de 30 ans que Mariam Sankara attend le jour où Blaise Compaoré expliquera pourquoi son mari a été assassiné un certain 15 octobre 1987. Elle déclare être « contente » du mandat d’arrêt délivré par la justice militaire.

68.Posté par makita japhet le 23/12/2015 14:18
les choses sont arrivée au bon moment pour connaitre réellement ce qui se passer et qui est derrière le meurtre du président thomas sankara. si les autorités burkinabés, le peuple et la famille du défunt fige le regard envers blaise compaoré c'est parce que il est l'auteur de cet acte, or pour justifier cette cause il convient d'avoir les témoins sure qui doivent dire que la vérité rien que la vérité, afin que le monde entier qui s'attend sache et connait le coupable de l'assassinat de ce leader africain mort dans des conditions anormales en plein exercice de ses fonctions comme président de la république .en effet, La justice constitue l’un des piliers du pacte citoyen et républicain du burkinafaso sa dépendance . Son impartialité, sa capacité est d'assurer un équilibre entre prévention, sanction, réparation et protection des libertés individuelles sont au cœur du bon fonctionnement de la société. Elle est un rempart qui protège les personnes, garantit les règles du vivre ensemble, les droits et donc les devoirs de chacun, les conditions d’une société apaisée et est une réponse à la légitimité. il convient pour nous les citoyens de voir ou nous conduira cette déclaration de la justice burkinabé.

67.Posté par HILAIRE BOBO le 23/12/2015 14:18
Ces nouveaux éléments sont un défi pour le nouveau président burnikabé, Roch Marc Christian Kaboré, dont l’investiture est prévue le 29 décembre. L'enquête sur l'assassinat de Sankara n'a été ouverte qu'après la chute de Blaise Compaoré, chassé par une insurrection populaire après vingt-sept ans au pouvoir, alors qu'il espérait briguer un nouveau mandat. On ne sait pas quelle sera la position du nouveau président dans cette affaire. Ni si le pouvoir ivoirien, dont Compaoré est proche, donnera suite à ce mandat.

66.Posté par serge Kiouaninguina le 23/12/2015 14:18
Simultanément, les résultats des analyses ADN pratiquées sur les dépouilles présumées de Sankara et de ses compagnons sont décevants : aucun ADN n’est détectable sur les cadavres exhumés fin mai, enterrés depuis vingt-huit ans. «L’état des restes ne permettaient pas au laboratoire de certifier l’existence d’ADN» sur les corps, a indiqué lundi l’avocat de la famille Sankara, Me Bénéwendé Stanislas Sankara. Les tests ont été réalisés par le laboratoire de police de Marseille. La famille a quinze jours pour demander une contre-expertise ou des analyses complémentaires.

65.Posté par J. J. Paka le 23/12/2015 14:17
Une demi-douzaine de personnes au moins, majoritairement des anciens soldats du Régiment de sécurité présidentielle (RSP), l’ancienne garde prétorienne de Blaise Compaoré, ont déjà été inculpées pour les mêmes raisons dans cette affaire. Parmi elles figure le général Gilbert Diendéré, ancien chef du RSP, et auteur d’un putsch manqué en septembre 2015.

64.Posté par J. J. Paka le 23/12/2015 14:17
Ce mandat intervient donc dans le cadre d’une enquête, ouverte fin mars 2015, sur l’assassinat de Thomas Sankara. Cette icône africaine, ainsi que douze de ses hommes, ont été tués le 15 octobre 1987 lors d’un putsch qui a permis à Blaise Compaoré d’accéder au pouvoir. Ce dernier, frère d’armes de Sankara, est depuis le début soupçonné d’avoir commandité le meurtre de son ami, ce qu'il a toujours démenti.

63.Posté par lenga bantou le 23/12/2015 14:16
J’espère, cependant que le Président Alassane Dramane Ouattara respectera le peuple burkinabè et la relation entre le peuple ivoirien et le peuple burkinabè en ne manifestant pas un refus d’extradition de Blaise Compaoré au Burkina Faso pour qu’il réponde à la justice. En tout cas, si Alassane aime réellement le Burkina Faso comme l’a dit son président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro et si il a vraiment un désir profond de voir l’arbre de la paix fructifier au Faso, qu’il accepte que cet arbre soit réellement arrosé par l’eau de la justice que le peuple burkinabè a eu au lendemain de son insurrection des 30 et 31 octobre 2014 et du putsch manqué du 16 septembre 2015 en respectant le processus de justice enclenché.

62.Posté par Benoit kolo le 23/12/2015 14:16
Notre Justice, à mon avis, vient de prendre une célèbre décision du siècle qui est celle du mandat d’arrêt international contre l’homme que tout un peuple pense être à l’origine de la fin d’un rêve d’indépendance véritable. Blaise Compaoré doit répondre sans condition à la justice parce que personne n’est au-dessus de la loi. Et la justice pour Thomas Sankara est la justice pour le peuple burkinabé dans toute sa composante. Je tiens à affirmer qu’aucun burkinabè n’est contre la personne de Blaise Compaoré car avant tout il a travaillé pour le pays. Mais, à ce que je sache et je reste convaincu, tous les burkinabè attendent que justice soit faite sur cette affaire. Si la mort du capitaine Thomas Sankara vient de lui qu’il le dise ou si c’est quelqu’un d’autre qu’il nous le dise aussi.

61.Posté par Joseph Bado le 23/12/2015 14:16
Ce mandat d’arrêt international vient montrer clairement que c’est le passé qui est entrain de rattraper Blaise Compaoré. Depuis cette date – le 15 octobre 1987 précisément-, son nom est régulièrement cité dans l’assassinat de Thomas Sankara. Il faut le dire, la majorité des Burkinabè croit qu’il est derrière cet assassinat politique qui a changé le cours de l’histoire du Burkina Faso. Il aura fallu attendre sa chute du pouvoir suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, pour que l’affaire refasse surface. La chute de Blaise Compaoré, mais aussi celle du Général Gilbert DIENDERE (bras droit et la personnalité la plus informée) suite au putsch manqué du 16 septembre 2015 a permis que des brises de lumière planent sur le dossier Sankara.

60.Posté par Josias Dabiré, journaliste à Burkina Infos le 23/12/2015 14:15
Le dossier Sankara ne peut avoir un dénouement sans la présence de Blaise Compaoré. Parce que tout le monde sait que c’est à l’issue de l’assassinat de Thomas Sankara que Blaise a accédé au pouvoir. Et depuis lors, le dossier était dans les tiroirs. Sa chute en octobre 2014 aura permis de faire le dossier avec l’exhumation des restes du corps de son ami. Dès lors qu’il est vivant et qu’il n’est pas mort, il doit venir répondre de ce qu’on lui reproche. Bien avant sa chute, on l’a entendu intervenir sur certaines chaines d’information où il disait qu’il n’a pas donné de tuer, mais plutôt de l’arrêter. On attend donc plus d’explications. Et si le mandat est émis en bonne et due forme, il faudra que la Côte d’Ivoire le livre au risque d’avoir elle-aussi des problèmes. Je pense que la Côte d’Ivoire ferait mieux de livrer Blaise Compaoré, car les hommes passent, mais les institutions restent.

59.Posté par Serges Téhégohi, journaliste le 23/12/2015 14:14
Pourquoi un mandat d’arrêt ? C’est là que se trouve la question. Alors que pour arriver au mandat, on convoque d’abord. Certainement que la justice burkinabè a été demander à Blaise de venir afin qu’on l’entende mais qu’il n’a pas voulu venir, d’où ce mandat. A mon avis, la justice burkinabè sait ce qu’elle fait. Il n’y a même donc pas de commentaire à faire. Je ne sais pas si c’est parce que Blaise est l’ancien président du Faso qu’on veut en faire des choux-gras car il n’est pas la première personne qui est impliquée dans le dossier. Quant à la décision de la Côte d’Ivoire de le livrer, pour moi, tout Etat qui se respecte et qui a signé des accords au niveau international se doit de respecter les textes. Aussi les intérêts de l’Etat doivent être au-dessus de l’intérêt des individus. En clair, la Côte-d’Ivoire a tout intérêt et vu les liens séculaires qui unissent les deux pays, vu le nombre élevé des ressortissants burkinabè en Côte-d’Ivoire, à préserver ces relations de bon voisinage. En livrant bien entendu Compaoré.

58.Posté par Adama Kouyaté le 23/12/2015 14:14
« Nul n’est au dessus de la loi », dit-on. Blaise Compaoré a été le Président du Burkina pensant 27 ans. 27 ans d’impunité et d’injustice mais le temps de la vérité a sonné. Il doit rendre compte de sa gestion notamment de ce qui l’a amené au pouvoir après l’assassinat de son ami Thomas Sankara. A mon avis, la justice ne fait que son travail, et j’apprécie très positivement ce mandat d’arrêt international contre Blaise Compaoré. Je pense par ailleurs que ça ne doit pas se limiter qu’à Blaise seul. Ils sont nombreux, tapis dans l’ombre qui sont impliqués dans le dossier et dans bien d’autres dossiers de crimes de sangs et économiques. Ils doivent tous répondre. Et la Côte d’Ivoire a intérêt à livrer leur grand ami.

1 2 3 4
Nouveau commentaire :

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces