Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

L’Afrique s’est engagée pour une meilleure couverture vaccinale


Le 31 janvier dernier à Addis-Abeba (Éthiopie), lors du 28e Sommet de l'Union africaine (UA), les Chefs d'État et de gouvernement africains ont adopté un document appelé «Déclaration d’Addis-Abeba sur la vaccination» ou «Déclaration ministérielle sur l'accès universel à la vaccination». Cet engagement historique des dirigeants africains vise à permettre que chaque personne en Afrique, qui qu'elle soit et d’où qu'elle vienne, tire pleinement profit des avantages liés à la vaccination.



L’Afrique s’est engagée pour une meilleure couverture vaccinale
 L'Afrique a enregistré d’énormes progrès en matière d'accès à la vaccination au cours des 15 dernières années. De nos jours, ces avancées ayant commencé à stagner, le continent africain reste à la traîne en ce qui concerne la réalisation des cibles mondiales de vaccination. Pour preuve, un enfant sur cinq en Afrique n'a toujours pas accès aux vaccins salvateurs de base ; les maladies évitables par la vaccination continuent de causer de nombreux décès : la rougeole à elle seule cause chaque année près de 61,000 décès évitables sur le continent.
 
«Nous savons que l'accès de tous à la vaccination en Afrique est un objectif que nous pouvons atteindre. La Déclaration d'Addis-Abeba sur la vaccination est un engagement sans précédent ; avec le soutien politique au plus haut niveau des États, nous sommes plus que jamais près de faire en sorte que tous nos enfants bénéficient de chances égales pour une vie saine et productive », a déclaré la présidente sortante de la Commission de l'UA, Nkosazana Dlamini-Zuma.
 
La Déclaration d'Addis-Abeba sur la vaccination invite les États à investir davantage sur le plan politique et financier dans leurs programmes de vaccination. Elle contient dix engagements : l'augmentation des fonds destinés à la vaccination ; le renforcement des chaînes d'approvisionnement et des systèmes de prestation, tout en faisant de l'accès aux vaccins un élément fondamental des efforts consentis en matière de santé et de développement.
 
Selon la Directrice régionale de l'OMS pour l'Afrique, Dr Matshidiso Moeti, «la vaccination compte parmi les mesures les plus efficaces disponibles au service de la santé publique. En donnant à chaque enfant un début de vie sain, nos communautés prospèrent et nos économies connaissent une croissance plus forte. Un tel soutien de la part des chefs d'État est une avancée significative dans nos efforts pour la réalisation d'un accès universel à la vaccination et, partant, pour l’amélioration de la santé infantile et pour l’impulsion donnée au développement durable partout en Afrique. »
 
Moins de quinze pays africains financent plus de 50% de leurs programmes nationaux de vaccination. Alors que l'Afrique tend vers l'éradication de la poliomyélite, on s'attend à une baisse des fonds essentiels alloués à la vaccination à travers le programme d'éradication de cette maladie. En outre, dans les années à venir, les pays qui aspirent au statut de pays à revenu intermédiaire cesseront de bénéficier du soutien de l’Alliance du vaccin (Gavi) en matière de vaccination. Par conséquent, les États doivent redoubler d’efforts pour faire de la couverture vaccinale nationale une priorité.
 
Le Directeur du Bureau régional de l'OMS pour la Méditerranée orientale, Dr Ala Alwan a dit : «Notre travail ne sera pas achevé tant qu'un seul enfant africain n'aura pas accès à la vaccination. Par un savant dosage entre volonté politique, ressources financières et prouesses techniques, l'Afrique peut, et endiguera certainement la vague de maladies évitables par la vaccination ». 
 
En effet, grâce à un leadership fort et un investissement accru, l'amélioration de l'accès à la vaccination est à portée de main. Par exemple, en 2010, l'Éthiopie a construit 16.000 nouveaux centres de santé, a acheté des réfrigérateurs solaires sans batterie pour la conservation des vaccins et a bâti un réseau d'agents de santé et de volontaires communautaires pour accroître l'accès à la vaccination dans tout le pays. Depuis que ces investissements ont été réalisés, l'Éthiopie a fait des progrès remarquables et le taux de couverture vaccinale y est passé de 61% en 2010 à 86% en 2015.
 
La Déclaration d'Addis-Abeba sur la vaccination a été rédigée et signée par les ministres de la Santé, ainsi que d'autres ministres concernés lors de la Conférence ministérielle sur la vaccination en Afrique (MCIA) qui s’est tenue en février 2016 à Addis-Abeba.
 
 «En adoptant cet engagement historique qui permettra à un plus grand nombre d'enfants africains d'accéder à des vaccins salvateurs où qu'ils se trouvent, les dirigeants africains font preuve d'un sens élevé de leadership», a déclaré le Dr Ngozi Okonjo-Iweala, présidente du conseil de Gavi.
 
Il a indiqué qu’il ne reste plus qu'à traduire cet engagement dans les faits sous la forme de financements durables en faveur de la vaccination. 

Valère Lékoumou



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces