Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Denis Sassou N'Guesso souligne la nécessité d’accélérer le règlement des conflits dans les Grands Lacs

La 7ème Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) s’est tenue ce 19 octobre 2017 à Brazzaville, en République du Congo. A cette occasion, le Président congolais a souligné la nécessité pour les Etats membres d’accélérer le règlement des conflits dans la région.



Six Chefs d’Etats ont pris part à ce Sommet, notamment Denis Sassou N’Guesso du Congo ;  Faustin-Archange Touadera de la République Centrafrique (RCA) ;  Joao Manuel Gonçalves Lourenço d’Angola ; Edgard Lungu de la Zambie, Joseph Kabila Kabange de la République démocratique du Congo (RDC), et Paul Kagamé du Rwanda.

Etaient aussi présents : le Secrétaire Exécutif de la CIRGL, Zachary Muburi-Muita ; le président de la commission de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat ; et l’envoyé spécial du Secrétaire Générale des Nations unies pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit.

 Des interventions du Secrétaire Exécutif de la CIRGL, Zachary Muburi-Muita ; du président de la commission de l’Union Africaine (UA), Moussa Faki Mahamat ; et de l’envoyé spécial du Secrétaire Générale des Nations unies pour la région des Grands Lacs, Saïd Djinnit, il ressort la volonté pour les Etats de trouver des solutions aux crises qui affectent la région.

Le président sortant de la CIRGL, Joao Manuel Gonçalves Lourenço, a appelé au respect des compromis pour trouver des solutions durables et garantir la protection et l’assistance aux populations affectées par les conflits politiques ; des catastrophes humanitaires, sociales et environnementales dans la région des Grands Lacs, tout en mettant en œuvre un programme cette matière.

Le Chef de l’Etat congolais, qui compte sur la confiance renouvelée et réciproque, ainsi que le soutien inestimable de tous les Etats pour assumer ses responsabilités à la tête de la CIRGL, a mentionné la nécessité d’évaluer les actions déjà menées en vue de définir, de manière exacte, les articulations les plus efficaces des futures options.

«Ne perdons jamais de vue le fait que les difficultés d’un côté de chaque frontière traverseront inévitablement les séparations artificielles, pour se répercuter dans les pays limitrophes. Nous devons accepter nos disparités et les transformer en leviers de progrès par, entre autres, la complémentarité des politiques nationales de développement et l’efficacité de la libre circulation des biens et des personnes », a déclaré Denis Sassou N’Guesso.

Il a insisté qu’il s’agit de promouvoir une véritable intégration régionale qui profite à chaque pays membre de la Conférence

Gos-Gaspard Lenckonov



Commentaires articles

1.Posté par Coco le 19/10/2017 14:39 (depuis mobile)
DSN le messager dla paix, nous ne pouvons qu' encourager les boes oeuvres surtt qu' on il s agit du problème de paix et sécurité, si nous faisons face à nos problèmes nous même Africain et nous oublions tout conflit tout sera rentré en ordre ceux q

2.Posté par Séraphin MBAYA le 20/10/2017 08:37
L'engagement qu'a pris le Président Denis Sassou-Nguesso de placer son mandat sous le signe de l’accélération du règlement des conflits dans la région est fort louable.

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces