Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Brazzaville : le Parquet ordonne l’ouverture d’une enquête sur la mort subite de Marcel Ntsourou

Condamné à une peine de travaux forcés à perpétuité en 2014, l’ex-colonel et ex-commandant en second du Conseil national de sécurité (CNS), Marcel Ntsourou, est décédé ce 17 février 2017 de manière brusque. Le médecin général, directeur central des services de santé de l’hôpital des armées, Pascal Ibata, a nexpliqué les circonstances dans lesquelles Ntsourou a été accueilli à l’hôpital ; le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville, André Gakala Oko, quant à lui a annoncé l’ouverture d’une enquête.



Dans un communiqué, Pascal Ibata a déclaré : «Ce jour, vendredi 17 février 2017 à 11 heures 20 minutes, le service des urgences de l’hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville a reçu de l’infirmerie de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, le nommé Marcel Ntsourou. Après avoir examiné en urgence et relevé que le corps ne présentait aucune lésion externe apparente, il a été cliniquement constaté le décès du susnommé suite à un arrête cardiaque respiratoire».
 
André Gakala Oko, quant à lui, a fait une déclaration que voici :
 
«J’informe l’opinion nationale que, ce jour vendredi 17 février 2017, les services de santé de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, m’ont rendu compte du décès du nommé Marcel Ntsourou. Détenu à la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville où il purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité, le nommé Marcel Ntsourou avait sollicité et obtenu depuis plus d’une année, la possibilité de cohabiter dans sa cellule avec son neveu, le nommé Franck Mbani, condamné au même titre que lui,
 
Ce matin, aux environs de 11 heures, son neveu Franck Mbani a alerté le directeur de la Maison d’arrêt centrale de Brazzaville, de ce que son oncle et codétenu Marcel Ntsourou venait de faire un malaise. Arrivés sur les lieux, le directeur et le médecin de la Maison d’arrêt ont été informés par le nommé Franck Mbani du fait que tous les deux ont passé une nuit paisible et ont connu un réveil normal.
 
C’est ainsi que, constatant la gravité dudit malaise, ils l’ont conduit d’urgence, en compagnie du nommé Franck Mbani, à l’hôpital central des armées Pierre Mobengo de Brazzaville où il a été cliniquement constaté son décès.
 

André Gakala Oko lisant la déclaration
André Gakala Oko lisant la déclaration
Fort de ce qui précède, j’ai ordonné à la police judiciaire d’ouvrir une enquête et de procéder immédiatement à l’audition de monsieur Franck Mbani, neveu et codétenu de Marcel Ntsourou, pour élucider les circonstances de la survenue inopinée du malaise de celui-ci. Le parquet de Brazzaville tiendra informée l’opinion nationale de l’évolution de cette enquête».
 
Le procureur de la République près le tribunal de grande instance de Brazzaville a ajouté que les parents de Marcel Ntsourou qui lui avaient apporté de la nourriture la veille devraient être aussi auditionnés. «Marcel Ntsourou et Franck Mbani dormaient ensemble et mangeaient ensemble la nourriture que leurs parents leur apportaient», a-t-il ajouté.
 
En rappel, Marcel Ntsourou avait été condamné en septembre 2014 aux travaux forcés à vie, après avoir été arrêté le 16 décembre 2013 au terme de violents affrontements entre ses miliciens et l’armée à Brazzaville. Il avait été reconnu coupable de «rébellion, détention illégale d’armes de guerre et de munitions, assassinat, coups et blessures volontaires et association de malfaiteurs» par a cour criminelle

Gos-Gaspard Lenckonov


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces