Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Voici pourquoi le référendum fait peur à l’opposition au Congo-Brazzaville

L’idée de la tenue d’un référendum, donnant l’occasion aux Congolais de se déterminer sur l’avenir institutionnel de leur pays, semble de plus en plus emballer les consciences. Nombre de concitoyens qui, au départ, donnaient l’impression de ne pas y comprendre grand-chose commencent à en saisir la portée et l’utilité. Dans les bus, les rues, les lieux de travail, bref les endroits de grandes rencontres publiques, un seul mot domine les conversations. C’est le référendum en perspective. Seulement voilà ! Plutôt que de se réjouir de l’adhésion progressive de la majorité de la population congolaise à cette ingénieuse idée de référendum, parce qu’elle aime souvent parler au nom du peuple même sans en avoir reçu mandat, l’opposition congolaise est, comme on le dit vulgairement, mal à l’aise. Elle s’agite. Elle gesticule. On dirait qu’elle est en désespoir de cause. Cette attitude ne peut s’expliquer que par des turpitudes dont a fait preuve ces derniers temps cette même opposition, sans en mesurer les conséquences. C’est l’effet boomerang.



Le référendum n’est pas un mot savant.  Il s’agit simplement  de la consultation du corps électoral sur une mesure proposée par le gouvernement ou le Parlement. Selon l’esprit de la Constitution du 20 janvier 2002. Le devoir des partis politiques ou des leaders d’opinion consiste à expliquer aux électeurs l’intérêt de voter pour ou contre le projet soumis à leur appréciation. Pour y parvenir, les partis politiques ou les leaders d’opinion doivent être capables de grande mobilisation. Ils doivent avoir l’assurance d’être écoutés et compris par l’électorat au sein duquel ils veulent passer leurs idées.  Or, la triste réalité que vit l’opposition congolaise est qu’elle est déconnectée d’une large majorité de l’opinion nationale.

En clair, elle n’a pas le soutien de la majorité de la population congolaise. Le premier indice qui permet de le constater est le fait que parmi les membres de cette opposition, très peu sont détenteurs d’un mandat du peuple. L’écrasante majorité des têtes d’affiches de cette opposition n’ont jamais pu être élus ni députés, ni sénateurs, ni conseillers locaux. Certains ont des partis qui ne sont même pas connus dans leurs quartiers résidentiels.

L’écart entre l’opposition et l’électorat se creuse de plus en plus pour des raisons évidentes. La plus remarquable est le manque de sérieux de certaines personnalités se réclamant de cette opposition.  Nous pouvons épingler en premier lieu leur manie de tout boycotter. Nous avons affaire à une race d’opposants qui s’arrange toujours à être absents lors des grands rendez-vous où les questions d’intérêt national sont débattues et réglées. En guise d’exemple, cette opposition regroupée sous le label Ard (Alliance pour la République et la Démocratie) ne fait que boycotter, depuis 2009, tous les dialogues initiés par le gouvernement pour l’amélioration du processus électoral.

Les derniers faits en date étant le refus de participer aux consultations organisées par le président de la République au mois de mai et au dialogue républicain tenu à Sibiti du 13 au 19 juillet dernier. Pourtant, même les novices savent que la politique de la chaise vide ne  produit pas de bons résultats. «Les absents ont toujours tort », dit un adage populaire. Cela est aussi valable en politique.

L’autre raison qui fait que la majorité des Congolais ne veulent plus espérer en cette opposition est l’inconstance de ses leaders qui ne font que changer d’opinion au gré de circonstances. L’impression négative qu’ils suscitent dans l’opinion, à travers leur comportement, est qu’ils manquent de conviction. Voici d’ailleurs un fait pour étayer ce propos. Ces leaders ont été les premiers à lancer publiquement le débat sur le changement de la Constitution en 2009.

En qualité de candidats à l’élection présidentielle de cette année-là, ils proposaient de soumettre à référendum un autre projet de texte constitutionnel car la Constitution du 20 janvier 2002 comprend beaucoup de failles, avaient-ils constaté. Aujourd’hui que le débat est relancé, ces opposants ont subitement  changé d’avis. Ils estiment que la Constitution du 20 janvier 2002 est, dorénavant, la plus vertueuse. Ces opposants veulent  donc d’une chose et de son contraire.

En plus de leur inconstance d’opinion, les leaders de l’opposition manquent de vision politique claire. La politique ne se résume pas à l’art de critiquer ; elle est plus intéressante lorsque l’opposition propose un projet de société alternatif.

Un projet réaliste, qui convainc. L’opposition congolaise est habile dans la critique. Cependant, elle n’a jamais proposé de projet alternatif qui puisse faire rêver les Congolais. A défaut de ce que l’on veut, on se contente de ce que l’on a. A défaut d’un autre projet de  société plus ambitieux, les Congolais se contentent des réalisations que leur procure le Chemin d’Avenir. Au nombre desquelles nous pouvons citer la construction des infrastructures, bases sûres du développement,  la mise en œuvre d’une politique d’amélioration de la qualité de la santé, la création d’emplois pour résorber le chômage, la formation qualifiante de la jeunesse.

Par ailleurs, la plupart de ces hommes politiques qui se réclament aujourd’hui de l’opposition, modérée ou radicale, ont eu à occuper, à un moment de leur parcours, des hautes fonctions au sein de l’administration publique ou du gouvernement. Sous le président Denis Sassou Nguesso ou sous d’autres dirigeants. Leur gestion des affaires publiques n’a pas été élogieuse.  Le peuple en est bien conscient ; il n’est pas naïf. Il sait pertinemment que tous ces hommes politiques qui se disent opposants ne sont que de bons parleurs. Dans la pratique, ils ne valent presque rien. Telle est, peut-être, la raison fait que ces opposants évitent de rencontrer le président de la République quand l’occasion leur est offerte. Ils craignent que le président de la République, qui connaît chacun d’eux, ne leur fasse certains rappels qui pourraient les déranger.

Et comme ces opposants tiennent à leur survie politique, en dépit du contexte ci-dessus décrit qui ne leur est pas favorable, ils tentent d’explorer d’autres pistes. Un moment, ces dirigeants politiques comptaient sur des prétendus soutiens de l’extérieur. En premier lieu  celui de la France. Malheureusement,  après le dernier voyage en date du président Denis Sassou Nguesso à Paris, ils ont fini par déchanter. Ils ont compris que La France, patrie des droits de l’homme, observe scrupuleusement le principe de non-ingérence dans les affaires internes des Etats. Et que la France qui a des intérêts économiques importants à préserver au Congo ne saurait soutenir des politiciens en mal de popularité dans leur propre pays, qui ne cherchent qu’à semer des  troubles qui ne profiteraient ni à la France ni au Congo. Au sujet du changement de la Constitution, le point de vue de la France est clair.

En effet, Paris soutient toute idée d’évolution des constitutions, pourvu qu’elle se fasse de manière consensuelle. La recherche du consensus, c’est la démarche empruntée par le président Denis Sassou Nguesso, initiateur du dialogue républicain de Sibiti. L’opinion de la France sur les évolutions constitutionnelles est partagée par l’ensemble de la communauté internationale dont font partie l’Union africaine, l’Union européenne, les Etats-Unis d’Amérique…

Ayant perdu tout espoir de soutien extérieur, cette frange de l’opposition s’est constituée un autre label dénommé Frocad. Entendez Front Républicain pour le Respect de l’Ordre Constitutionnel et l’Alternance Démocratique. Sur ce Frocad se sont greffées de nombreuses petites associations et individualités, qui n’ont aucune assise réelle sur l’échiquier politique national. C’est ainsi qu’ils s’emploient depuis quelque temps à inoculer dans la population, par petites doses, un discours antipatriotique  dans l’espoir de susciter une révolte populaire.

Fort heureusement, le peuple congolais est un peuple mûr. Un peuple qui sait d’où il vient, les épreuves redoutables qu’il a traversées, où il se trouve et vers où il va. Le peuple congolais aime vivre dans la paix et la concorde. Ce qui permet à chacun de travailler, d’éduquer ses enfants, de construire sa vie et de préparer l’avenir de sa progéniture. La jeunesse congolaise en particulier est une couche sociale très respectée en Afrique du fait de son niveau d’instruction, de ses capacités créatives, de ses ambitions de bâtir un pays de rêve. A l’ère où le monde devient un village global, où, grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, les jeunes congolais veulent se faire une place de prestige aux côtés d’autres jeunes du monde, un leader politique qui s’amuse à leur proposer des schémas insurrectionnels (pendant que ses propres fils étudient dans de bonnes écoles en Europe, aux Etats-Unis ou au Canada) n’a simplement pas compris que les époques ont changé. Les enjeux aussi. Autre époque, autres mœurs...

Brice Aristide Benza (Cap2016.club)



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

39.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 14/12/2015 08:42
La peur dont fait preuve l'opposition radicale congolaise a conduit ses tenants à des comportements inhabituels. Ils sont pour la plupart incapables de proposer des arguments captivants.

38.Posté par Amphas Mampoua le 25/10/2015 17:19
Mr. President Barak Obama

President of the United States of America

The situation that prevails a few days of the popular consultation in Congo (Referendum) the unique opportunity that is given to the people to express themselves and to take their destiny into their workforce this leads me to write you personally and straighten some information: There is no political crisis in Congo, however the opposition is systematically against the referendum. It's not a bad thing, because the people are called upon to choose between yes and no. Why the opposition does not fight for the no to prevail?
The Congolese people want to take their destiny in hand and no one can prevent him. Whatever the reasons behind this referendum, what counts at present it is the will to build a peaceful and prosperous society that has benefited all Congolese. From this perspective, there is no doubt that President Sassou Nguesso has contributed tremendously to the pacification of the country and plays a major role for the stability of Central Africa .We can say that in the fight against terrorism, united states need men which demonstrate the qualities of securing their nation in order to prevent the hatching of terrorism. From this point of view, President Sassou Nguesso is an ally of the United States. In the most optimistic hypothesis that prevailed yes no one could be opposed to popular will. And the opposition must accord with the popular will. Similarly the international community should respect the verdict of the people. This is not the fault of President Sassou Nguesso if the people want him because the opposition lacks a major leader. The opposition needs to school and must avoid to improvise. You even you had invested sixteen years of preparation to be president of the United States and you have learned to roll with the punches and give blows to the right place in your opponents. To have been a member of your campaign team in the state of Virginia, I was impressed by your optimism and your charisma. Equally important, I’m impressed with president Sassou Nguesso leadership qualities. Although you are advocating strong institutions in Africa, I would like to add strong institutions must be tied with strong leaders because democracy is still fragile in Africa. Please Mr. President encourages the opposition to understand the popular will is the prerequisite of democracy.
With my deep respect and my highest consideration.


Amphas Mampoua


37.Posté par peguy sita le 07/09/2015 12:25
Il existe un véritable déficit de vision au coté de l'opposition congolaise qui, par leur esprit de division et du tribalisme incite le peuple à s'entretuer entre eux. Nous disons non! tous ces donneurs de leçons en sont conscients de leurs mauvaises fois en voulant détruire et mettre le pays à feu.

36.Posté par max goma le 02/09/2015 14:07
Quand on n'a rien à dire, on se tait. C'est ce que l'opposition congolaise devrait faire aujourd'hui parce qu'elle n'a rien. Si son combat c'est inciter les gens à la violence et au soulèvement pour revenir aux affaires, eh bien elle se trompe d'époque. Car le peuple congolais rejette toutes idées de violences et de soulèvement. les élections se gagnent dans l'urne et non par la violence. CEUX qui comptent sur les plans de violence en boycottant tout dialogue ne sont pas des exemples à suivre.

35.Posté par max goma le 02/09/2015 13:56
cette opposition a peur parce qu'elle sait maintenant que le peuple congolais ne votera jamais pour les aventuriers. refuser ou boycotter le référendum est un déni de démocratie. Car la démocratie c'est le pouvoir du peuple. Le Congo ne peut pas faire fi de cela.

34.Posté par bimoko justin Lazard le 31/08/2015 18:34
Le referendum est la vraie justice finale pour le changement de la constitution congolaise. Seul le peuple doit juger. Quant à l'opposition et la majorité présidentielle, elles doivent convaincre le peuple à voter librement le "OUI" ou le "NON" .

33.Posté par paul humble le 24/08/2015 16:40
Cela est évident que l'opposition puisse avoir peur du referendum car, ce qui intéresses ses hommes, c'est le pouvoir et non le bien être de tout le monde et comme ils savent que le peuple ne peut les soutenir si et seulement si ils suivaient la voie du referendum, voilà pourquoi ils veulent créer des violences pour accéder au pouvoir par force. Ainsi méfions nous de ces monsieur nous jeunes de ce pays, car c'est nous qu'ils veulent exploiter en nous demandant de faire toutes sortes de violence pour qu'ils accèdent aux pouvoir. Ce qui est plutôt préférable pour nous jeunes Congolais c'est de faire ce qu'on appelle le choix de l'excellence qui peut dire choisir ce qui est indispensable pour un avancement de notre pays et cette chose très capitale n'est que la paix car je ne voix aucun moyen où un vieux tel que ces opposant sont, soulèvent des armes lourdes qu'elles sont pour menacer la paix régnant dans ce pays si ce n'est plutôt nous mêmes les jeunes. Comme sa nous vous prions de faire ce choix très excellent celui de sauvegarder la paix en tout prix dans notre pays.

32.Posté par max diafouka le 21/08/2015 20:31
C'est a nous peuple de décider qui mérite de gagner notre confiance, nous n'avons pas à admettre la pression de qui que soit , que ca soit du pouvoir en place ,ou de l'opposition ne nous laissons pas influencer et embarquer dans la bêtise , il s'agit bien là de notre avenir , l'avenir de notre nation .Ce choix doit se faire avec beaucoup de réflexion pour ne plus regretter comme l'avait été autre fois .Adoptons tous cette CULTURE DE PAIX pour que le tout se fasse d'une manière pacifique ,avec transparence et en toute honnêteté comme le veut la démocratie .Ainsi nous préserverons nos acquis et nous verrons ce changement si tant voulu de tous s'accomplir .

31.Posté par BETOU DE SAMOS le 20/08/2015 17:02
Il est temps de voir qui de l'opposition ou du pouvoir en place à la confiance du peuple. La validation par l'opposition d'un referendum sur une éventuelle révision ou changement de la constitution du 20 janvier 20002 réconforte ce peuple qui ne veut plus vivre dans la tourmente d'une quelconque guerre. Ce referendum né par la non participation de l'opposition à la concertation nationale de Sibiti ,est la meilleure voie à suivre pour la vie de nos institutions que personne de l'opposition ou de la majorité n'influence la décision du peuple. Il est donc question que les partis politiques de la majorité et de l'opposition rencontrent leur base pour que le referendum se fasse dans la paix et la stabilité et que le meilleur gagne. NON à la désinformation, NON à l'intimidation et NON à l'intoxication.

30.Posté par Samos Packa le 20/08/2015 16:45
En démocratie le peuple souverain est seul détenteur des pouvoirs que lui confère la loi fondamentale. Mais l'opposition qui a toujours parlé au nom de ce peuple est abasourdi par l'idée d'un referendum qui départagera les partisans du NON aux partisans du OUI. L'opposition radicale congolaise fait des insomnies sur la question du referendum parce que n'ayant pas une base sure pour faire triompher le NON, pour preuve ,ses appels au boycott du dit referendum se multiplie à chacune de ses rencontres. Le peuple qui sera appelé à se prononcer sur la question attend de pied ferme pour dire son dernier mot. Ce comportement barbare de l'opposition qui cherche à tout prix de faire appel à la violence ne sera pas la bienvenue car le souverain primaire n'est pas de son coté.

29.Posté par Abel Girolde le 19/08/2015 16:35
Victoire Hugo ne disait-il pas que quand un peuple n'a plus le pouvoir de dire oui ou non on le plie dans une vie sordide.? l'opposition qui s'oppose au referendum est t-elle consciente du mal qu'elle fait au peuple?
on en déduit donc de par son comportement que l'opposition ne pense pas servir les intérêts du peuple car si l'opposition ne se préoccupe pas de l'avis du peuple quand elle a besoin de ses voix, alors c'est pas quand l'opposition sera aux affaire que la souffrance du peuple interpellera son attention. alors peuple congolais ne nous laissons pas séduire par des discourt mensonge et pseudo révolutionnaire car pour tout ceux qui s'oppose au referendum notre avis ne compte pas, à l'heure ou nous sommes l'avis de tous est vivement souhaité afin de bâtir une solide nation et que le Congo devienne ce que nous voulant qu'il soit

28.Posté par junior olembo le 19/08/2015 12:03
La peur pour les opposants d'aller au référendum est du d'abord par leur manque de projet de société et en plus leur manque d'unanimité du au problème de leadership, parce qu'on ne comprend pas si vraiment ce peuple déteste le pouvoir actuel au contraire c'est dans les urnes qu'il faudra en découdre

27.Posté par junior olembo le 19/08/2015 12:03
La peur pour les opposants d'aller au référendum est du d'abord par leur manque de projet de société et en plus leur manque d'unanimité du au problème de leadership, parce qu'on ne comprend pas si vraiment ce peuple déteste le pouvoir actuel au contraire c'est dans les urnes qu'il faudra en découdre

26.Posté par fontaine le 18/08/2015 21:22
J E VOUS rassure chers compatriotes de partout ou vous êtes; que le mot émergence qui était comme un slogan ou un rêve mais ce n'est plus le cas car les œuvres sont là dans tous les coins du pays je vous invite à être contient et honnête grâce à la paix

25.Posté par fontaine le 18/08/2015 21:00
A mon avis le referendum reste inévitable car il permettra au train qui conduit la bonne gouvernance du pays d'aller de l' avant et ceci nécessite l implication de touts congolais car l' heure n' est plus aux vaines discussions et aux divisions ni aux distractions

24.Posté par pepinette de lova le 18/08/2015 14:09
le référendum leur fait peur par ce qu'il ne savent ni quoi dire et leur opposition est du a la haine , pour gagné une élection il faut avoir un projet et une personnalité j'insiste car se sont ces deux aspect que le peuple juge lors des élection, ce qui n'est pas le cas des opposant dits radicaux dans notre pays.

23.Posté par george massa le 17/08/2015 14:00
moi, je pense c'est au peuple de décider pas a ceux qui refusent tout dialogue d'en décider .
Et après tout les articles de notre constitution nous empêchent-ils d'aller au dialogue?
est ce que les normes de notre constitution nous interdises le referendum?

22.Posté par Denis Antoine Malela le 14/08/2015 17:37
parce que l'opposition na pas une base importe à travers le pays

21.Posté par mimiesse lékaka le 14/08/2015 15:56
le référendum est plus que jamais aux yeux de tous le choix le plus raisonnable pour qu'il n'y ait point de rapport de force. le peuple devra elle même jeter son dévolu sur l'avenir de notre constitution par le chemin de la paix. que se soit la majorité, l'opposition ou le reste de la population. ce pays nous revient tous de droit. c'est pourquoi, nous tracerons l'avenir par la voie qui nous donne à tous un choix.

20.Posté par carles Tomba le 13/08/2015 18:57
cette peur est du face au peuple puis qu'ils n'ont aucun projet en tête pour nous et en plus jusqu'aujourd'hui personne ne maîtrise la position du président SASSOU ,même devant l'assemblé et le sénat ,les partis au centre et autres il ne la pas révélé. Donc l'opposition ne peut qu'avoir la peur.

1 2

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22264 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12613 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces