Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Sommet de l'UA : quatre dossiers chauds à l'ordre du jour

La 26e réunion annuelle de l’Union africaine s’est ouverte mercredi 27 janvier à Addis-Abeba sur fond de crises politiques et de morosité économique avec le retournement des marchés de matières premières. Avant l’arrivée des chefs d’Etat et de gouvernement africains, attendus dans la capitale éthiopienne les 30 et 31 janvier pour leur Assemblée générale, les ministres des affaires étrangères ont commencé à débattre des dossiers chauds qui agitent le continent.



Photo de famille des chefs d'Etats de l'UA (Archive)
Photo de famille des chefs d'Etats de l'UA (Archive)

Lors de cette grand-messe, le Zimbabwéen Robert Mugabe passera le flambeau de la présidence de l’UA au Tchadien Idriss Déby Itno. En janvier 2015, la désignation à la tête de l’UA du doyen des présidents africains, presque 92 ans et trente-cinq ans de pouvoir, avait fait grincer des dents au sein de l’institution. « Tout le monde pensait que son mandat allait être une catastrophe pour l’UA, mais l’Afrique du Sud, représentée par la présidente de la Commission Nkosazana Dlamini-Zuma, a gardé le leadership, lâche un diplomate européen. Ses sorties publiques encombrantes n’ont finalement engagé que lui. »

L’entrée en scène du président tchadien sera observée de près alors que la question des droits de l’homme a été choisie comme thème principal de la réunion d’Addis-Abeba. La situation au Burundi devrait cependant occuper une grande partie des discussions. Parfois accusée d’être un « syndicat de 54 chefs d’Etat », souvent considérée comme déconnectée de son peuple, l’Union africaine, créée en 2002 pour succéder à l’Organisation de l’Union africaine (OUA), est très attendue sur ce dossier. Le sommet du Conseil de paix et sécurité, prévu vendredi 29, y sera entièrement consacré. « La qualité du leadership exercé par la Commission de l’UA est fortement dépendante de la marge de manœuvre que les Etats veulent bien lui accorder, analyse Yann Bedzigui, chercheur à l’Institut d’études de sécurité (ISS) Africa. L’Union africaine essaie de passer de la défense de la souveraineté des Etats à la protection des droits des citoyens. A elle de transformer l’essai. »

Trouver une issue à la crise au Burundi 

L’Union africaine est-elle en mesure d’aller à l’encontre de la volonté d’un chef d’Etat africain en déployant une force de maintien de la paix au Burundi ? La question est sur toutes les lèvres, alors que la situation sécuritaire ne cesse de se détériorer dans ce petit pays d’Afrique des Grands-Lacs.

Le 17 décembre 2015, le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA a voté le principe de l’envoi de la Mission africaine de prévention et de protection au Burundi, la Maprobu, composée de 5 000 hommes. Mais le président burundais Pierre Nkurunziza, dont l’annonce de la candidature à un troisième mandat en avril 2015 a précipité le pays dans une crise meurtrière, a immédiatement réagi en la qualifiant de « force d’invasion et d’occupation » et en se réservant le « droit d’agir en conséquence » en cas de déploiement militaire. Le chef d’Etat, réélu en juillet 2015, a réitéré son refus de toute ingérence internationale lors du passage à Bujumbura des ambassadeurs du Conseil de sécurité de l’ONU le 22 janvier.

Du côté du CPS, on continue d’espérer que le président burundais renoue le dialogue lors du sommet de l’UA. Un dialogue au point mort, tout comme la médiation ougandaise qui n’a porté aucun fruit. Et si M. Nkurunziza campe sur sa position ? « L’heure n’est pas aux spéculations », élude un membre du CPS.

L’UA est juridiquement en mesure d’intervenir au Burundi sans l’aval du président Pierre Nkurunziza, en vertu de l’article 4-h de l’Acte constitutif de l’UA, qui encadre légalement une telle intervention dans « certaines circonstances graves, à savoir : les crimes de guerre, le génocide et les crimes contre l’humanité ». Un terme que les membres du CPS n’ont pas hésité à employer en décembre 2015 en affirmant que « l’Afrique ne permettra pas un autre génocide sur son sol ».

Une telle intervention serait une première pour l’organisation panafricaine. Mais encore faut-il que les chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA confirment cette décision par un vote à la majorité des deux tiers lors de l’ Assemblée générale. « La question de la souveraineté reste vivace au sein de l’UA, explique Yann Bedzigui, chercheur à l’ISS Africa. Même si, sur le fond, bon nombre d’entre eux ne sont pas d’accord avec le président burundais, sur la forme, l’action de l’UA peut être perçue comme une forme d’ingérence. Certains peuvent craindre [de créer]un tel précédent. »

La montée du terrorisme 

Le terrorisme a sévèrement frappé le continent africain ces derniers mois et entaché le début de l’année 2016 avec les attaques de Ouagadougou le 15 janvier. Etat islamique, Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI), Chabab en Somalie, la menace concerne tout le continent devenu « l’épicentre mondial du terrorisme », selon Cheikh Tidiane Gadio, le président de l’Institut panafricain de stratégie (IPS). En 2015, 4.523 attentats ont endeuillé 44 des 54 pays africains, selon ACLED (Armed Conflict Location and Event Data Project).

Le sujet sera au cœur des discussions du sommet des chefs d’Etat. En marge de celui-ci, le président tchadien Idriss Deby Itno devrait en outre convoquer une réunion du G5 Sahel (Mali, Niger, Burkina Faso, Mauritanie, Tchad) pour réfléchir aux moyens de coordonner leurs actions et de mobiliser les ressources pour lutter plus efficacement contre le terrorisme.

La Somalie sera également à l’agenda après l’attaque d’un camp de la mission de l’UA en Somalie (Amisom) dans le sud du pays le 15 janvier, qui a causé la mort de militaires kényans et de soldats somaliens.

L’impasse au Soudan du Sud 

Les dirigeants de l’Union africaine vont-ils prendre le dossier sud-soudanais à bras-le-corps ? C’est en tout cas ce qu’espère le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon, qui a invité les pays de l’IGAD, l’organisation sous-régionale chargée de la médiation, et de l’Union africaine à « saisir l’occasion du prochain sommet de l’UA pour traiter cette impasse politique ».

Les négociations pour former un gouvernement d’union nationale ont une nouvelle fois échoué dans le plus jeune Etat du monde. La décision du président Salva Kiir de redécouper le territoire en portant le nombre de régions à 28 au lieu de 10 a irrité le camp rebelle. Lors d’une conférence de presse dans sa résidence d’Addis-Abeba, dimanche 24 janvier, leur leader, l’ancien vice-président Riek Machar, a fait savoir que cette mesure unilatérale compromettait l’application de l’accord de paix signé le 26 août 2015. Actuellement à Kampala, il a affirmé qu’il souhaitait que l’Ouganda joue un rôle accru dans les pourparlers de paix.

Tedros Adhanom, ministre des affaires étrangères de l’Ethiopie, pays hôte des pourparlers de paix, a fait savoir qu’il souhaitait convoquer une nouvelle réunion de l’IGAD en marge du sommet. Le vote de sanctions à l’encontre des belligérants est toujours évoqué.

Droits de l’homme et Constitutions bafouées 

Cette année, le 26e sommet de l’UA est placé sous le signe des droits de l’homme avec une attention particulière portée aux droits des femmes, qui est une priorité de la présidente de la Commission de l’UA, la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma. Mais le directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique de l’Ouest, Alioune Tine se fait peu d’illusion :« Le paradigme sécuritaire est une brèche dans laquelle de nombreux présidents africains vont s’infiltrer pour brimer les libertés fondamentales, analyse-t-il. En invoquant la nécessité d’une union sacrée contre l’ennemi extérieur, ils détournent l’attention et évitent d’évoquer les dérives internes. »

Parmi celles-ci, selon Alioune Tine, les modifications de la Constitution pour se faire réélire, comme c’est le cas au Congo-Brazzaville et au Rwanda.« Nous avons un leadership défaillant sur le continent en matière de droits humains, de gouvernance et de démocratie, regrette-il. Vouloir rester président à vie et instrumentaliser la Constitution participent à la déstabilisation de nos pays. » L’Union africaine a toujours été discrète sur la longévité au pouvoir. Son président sortant, le Zimbabwéen Robert Mugabe, cumule à lui seul six mandats. Son successeur, est au pouvoir depuis vingt-cinq ans et devrait présenter sa candidature à l’élection présidentielle d’avril.

« L’UA joue sa crédibilité en plaçant le curseur sur les droits de l’homme, conclut Alioune Tine. Une première avancée serait peut-être la levée de l’immunité des présidents en exercice. Les chefs d’Etat soupçonnés de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité doivent répondre de leurs actes et ne plus être protégés par l’organisation panafricaine. »


MediaCongo.Net



Commentaires articles

1.Posté par Junior olembo le 29/01/2016 15:10
Nous savons tous que si l'UA failli quelque peu c'est à cause de manque de confiance entre les chefs d'État,or pour que l'Afrique soit un,il faudra d'abord que l'intégration soit effective et ainsi sa sécurité sera forte.Mais du moment où chacun voudrait faire ce qu'il veut à son avantage sans se soucier de son frère africain rien ne marchera.

2.Posté par Moustapha le 29/01/2016 15:52
L'UA est organisation qui a été creer par unanimité pourquoi lors des prise de décision cela ne fait plus l'union. Les dirigeants de ce continent ne parlent pas souvent le même langage, nous les implorons de faire preuve de valeur intégré pour lutter tous contre les manigance des occidentaux

3.Posté par BIJOU MALOKO le 29/01/2016 15:56
Les temps sont durs et les analystes ne prévoient pas l'amélioration de la situations pour maintenant or la plus des économies africaines dépendent des matières premières qui sont en baissent , les conflits pullulent de partout en Afrique et le dossier brulant est le Burundi qui est menacer de génocide selon un spécialiste de l' ONU .
Il y'a vraiment du pain à la planche des dirigeants africains qui devraient avoir des molaires solides avant d' avaler ces dossiers au risque de se coincer la gorge .
" j ' ai dit " !

4.Posté par Ousmane Diawara le 29/01/2016 16:36
Faudrait que l'UA intervient vite sur la situation du Burundi car le pays est aux désarrois total génocidaire, il faut que l'UA trouve une solution plus vite que ça et permettra au deux camps politiques de dialoguer immédiatement pour un intérêt commun.

5.Posté par FABIOLA la fifille au grand (stade) le 30/01/2016 10:34
Effectivement Mr Ousmane il est nécessaire que l'Union Africaine intervient sur quelconque situation qui minent la stabilité en Afrique surtout en Burundi la solution doit être trouvé le plus vite possible pour un bon développement de paix.

6.Posté par Bristina Duciel le 30/01/2016 10:46
Je crois qu'il est temps qu'une grande réflexion soit menée au sein de l'Union africaine pour que tous les pays membres répondent aux mêmes standards. Il n'est pas normal qu'au 21ème siècle qu'on parle encore sur le continent africain du non respect des droits de l'homme, ou des chefs d'Etat qui ordonnent le massacre d'une partie de leurs peuples pour la simple raison qu'elle s'opposerait aux violations des constitutions. Pour que l'Union africaine soit plus efficace, il faut qu'elle se fixe des règles imposables à tous sur le nombre de mandat, le respect des droits humains, la lutte contre le terrorisme, la place de l'opposition politique, la lutte contre la prolifération des armes de guerre...

7.Posté par Bernard Godar MPIO INOGNY le 30/01/2016 12:51
Traiter toutes ces questions nécessitera un programme long et détaillé, des ressources colossales.

8.Posté par Bachus MOWOYA le 30/01/2016 12:53
Ces préoccupations demandent chacune: stratégies, tactiques et temps.
L'heure est grave, vraiment très grave. Il faut frapper vite et fort.

9.Posté par Bernard Chopin NGHORO NGAKOSSO le 30/01/2016 12:57
Nous avons temps et ressources pour attaquer ces problèmes comme il se doit. Tous ces problèmes sont prioritaires.

10.Posté par Bénédicte KOUAKOU le 30/01/2016 12:59
L'Afrique devra se montrer solidaire face à ces questions. Elle doit faire preuve d'intelligence dans l&a gestion de cette question.

11.Posté par didier vungu le 03/02/2016 11:53
Le sommet c est clôturer les priorités du sommet de l union africaines ne sont que favorable a la cloture les quatre points le Burundi a été une priorité .

12.Posté par Lefervre LEFER le 19/08/2016 02:17
RETOUR AFFECTIF DE DE MON EX ET PLUS
JE TÉMOIGNE EN FAVEUR DE CE MARABOUT VOYANT QUI MA REDONNER LE SOURIRE
JE M APPEL LEROUX
il y a de cela deux ans, j'avais une vie très misérable et très soucieux , après mes recherches sur le net je suis tombé sur un GRAND MARABOUT VOYANT qui a totalement changé ma vie. aujourd'hui j'ai un bon travail, mon Mari qui m'avait quitté est revenu mon foyer est stable ,il a fait une porte monnaie magique à mon mari, je vous assure que depuis ce temps, on ne s'est plus plaigne de l'argent, nous avons une vie très heureuse.
Il est capable de beaucoup de choses.
Retour Affectif - Retour de l'être aimé en 2 jours / Porte feuille magique /chance au boulot évolution de poste au boulot / ,chance en amour / - chance partout Désenvoutement.

LES 3 PORTE FEUILLES MAGIQUE

1- Porte feuille magique qui donne 1.000€ par jours pendant 15 mois

2-Porte feuille magique qui donne 5.000€ par jours pendant 12 mois

3-Porte feuille magique qui donne 10.000€ par jours pendant 9 mois

Résultat efficaces. Travail rapide et double efficacité.
contactez le et vous allez revenir témoigner, je vous le promet.
voici ces contacts :
E-mail : olaitanvodounongan@hotmail.fr
TEL : 002 29 98 56 93 10

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22303 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12633 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces