Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Sassou Nguesso annonce un référendum dans une zone de turbulence

Les lampions des jeux africains se sont à peine éteints que Sassou a dévoilé son jeu. Pendant que l’opposition du Congo-Brazzaville observait la trêve des confiseurs, histoire de présenter à l’international l’image d’une opposition responsable et respectable, les vieux démons de la politique ont vite repris leur droit. Le premier à être saisi de cette pathologie est le tsar d’Oyo.



Denis Sassou Nguesso a dégainé. C’est « Django tire le premier  » dans le film constitutionnel qui se joue au Congo-Brazzaville, lequel trouvera son dénouement en 2016 et dont le metteur en scène est le tyran de Mpila. En politique, il n’y a pas de cadeau. Le locataire de Mpila vient d’en administrer la preuve. C’était soit lui soit le peuple : « Pecos tire ou meurs » aurait dit Maurizio Lucidi.

Même pas peur

Denis Sassou Nguesso, qui n’a décidément peur de rien, a annoncé le mardi 22 septembre 2015 la convocation d’un referendum qui lui permettra de briguer un troisième mandat, défiant ainsi la communauté internationale. Le mot referendum brûlait les lèvres de Sassou Nguesso depuis plusieurs mois. Au journal de Télé Congo de 20 heures, il a craché le morceau, selon l’expression de Thierry Oko (congopage.com, 23 septembre 2015). .

Referendum

Faisant fi de la chute de Blaise Compaoré, des événements du Burkina Faso et le contexte international, sur Télé Congo, pétri de mauvaise foi et après une lecture tronquée de l’avis du Conseil constitutionnel, Sassou Nguesso a tempêté : « J’ai décidé de donner la parole directement au peuple afin qu’il se prononce sur le projet de loi énonçant les principes fondamentaux de la République  » . Denis Sassou Nguesso a sauté une étape. Les populations du Congo-Brazzaville seront-elles consultées par referendum sur le changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002 ?


Source : CongoPage.Com



Commentaires articles

1.Posté par leslie obomadoki le 25/09/2015 18:56
Je pense pas qu'il est une zone de turbulence quelconque. L'annonce du referendum arrive au moment ou les congolais était dans un doute, ou nombreux s'interrogeaient sur la question du changement de la constitution du 20 janvier 2002.Aujord'hui les congolais se préparent pour la tenue de ce referendum. Les deux tendances qui s'opposent pourraient désormais être séparer par ce referendum qui sera libre et transparent.

2.Posté par Jean OKONY le 28/09/2015 12:34
L'annonce de ce référendum arrive à un grand moment je dirai même historique de notre nation en vue de la conjoncture Socio-politique actuelle de notre pays, car les politiques congolais de différentes obédiences politiques ont montré au peuple congolais leurs incapacités de pouvoir faire d'unanimité sur une question donnée et qui semble être très épineuse et considérable voire poignante pou l'avenir de notre patrie.Et bien, que celle-ci commence a gagné toute l'étendue du territoire congolais d'une manière ici et là, le moment était donc venu à mon avis de pouvoir recadrer ce débat et de mieux l'orienter en donnant directement la porale aux peuple qui est détenteur du pouvoir pourra donc user de ce pouvoir pour pouvoir mettre un terme à ce débat aussi longtemps que les camps comptent énormément sur ce peuple.

3.Posté par max goma le 29/09/2015 14:44
Le référendum est une consultation démocratique et tous ceux qui s'opposent le font par par intéret personnel et non par amour de la nation et du peuple congolais. Laisser le peuple décider de son avenir dans la paix.

4.Posté par karim goma le 29/09/2015 17:33
Le référendum est un procédé de démocratie par lequel tout congolais est appelé à s' exprimer une position sur la question proposer par le chef de l'état qui est le référendum.

5.Posté par Terry Will le 30/09/2015 16:28
Le Burkina s'est retrouvé dans une situation de crise parce qu'il a voulu l'alternance pour l'alternance. L'alternance par les manifestation populaire se fait toujours suivre d'une période de trouble dont les conséquences sont imprévisibles. Si nous voulons une alternance dans l'apaisement, nous devons le faire savoir par le moyen des urnes.

6.Posté par Terry Will le 30/09/2015 16:28
Le Burkina s'est retrouvé dans une situation de crise parce qu'il a voulu l'alternance pour l'alternance. L'alternance par les manifestations populaires se fait toujours suivre d'une période de trouble dont les conséquences sont imprévisibles. Si nous voulons une alternance dans l'apaisement, nous devons le faire savoir par le moyen des urnes.

7.Posté par SAMOS PACKA le 30/09/2015 16:30
La paix et la stabilité du Congo, est aux mains du peuple. De tous ces hommes politiques qui parlent personne n'a la légitimité du peuple comme Denis Sassou Nguesso. Pourquoi vouloir analyser le message du chef de l'état dans un mauvais sens? Appeler le peuple au referendum est - il un péché ? Non chers compatriotes. La classe politique vit des divergences, pour mettre fin à cela, le président ne peut que faire recours au peuple seul détenteur du pouvoir souverain pour décider sur le OUI ou le NON. La majorité comme l'opposition doivent montrer aux yeux du monde qu'ils ont des militants capable de dire Non ou OUI ,le combat actuel n'est pas celui des armes létales mais des urnes en demandant au peuple de le faire sans passion. Le Congo est fatigué des violences. Les morts que LE Burundi à connu et le Burkina, ne sont plus comptés aujourd'hui; et la perte reste au niveau de la famille, car c'est toujours la famille qui perd. La sagesse doit habiter en nous.

8.Posté par Richard Balhossa le 17/10/2015 15:48
Pourquoi Moungalla est le meilleur en communication ?

http://www.dac-presse.com/actualites/a-la-une/politique/2671-moungalla-se-demene-pour-sassou-comme-goebbels-pour-hitler-.html

9.Posté par DIEU MERCI le 04/11/2015 19:41
pensons a la chute de Blaise Compaoré, des événements du Burkina Faso une lecture tronquée de l’avis du Conseil constitutionnel,Denis Sassou Nguesso a sauté une étape. Les populations du Congo-Brazzaville seront-elles consultées par référendum sur le changement ou non de la Constitution du 20 janvier 2002 ? voila ou était tout le problème mais l'homme a su comment le contourné en faisons ce que les autre redoutai

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21011 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11927 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces