Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Présidentielle au Congo : l'opposition hésite, quel leader, quelle stratégie ?

Dans tout système politique, l'étude des structures des partis politiques et leur articulation à l'environnement sociétal sont des objets fondamentaux de l'analyse politique. Au Congo Brazzaville, l’élection du 20 mars 2016 met en perspective pour la victoire les stratégies des membres de l’opposition et du parti majoritaire PCT qui soutient le Président Denis Sassou Nguesso.



L'opposition politique congolaise rassemblée dans la plateforme FROCAD-IDC  (FROCAD: Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique, IDC: Initiative pour la démocratie au Congo ), a beaucoup de mal à désigner un représentant à cause des problèmes structurels qui la configure.

Il faut être réaliste et l'observation actuelle du paysage politique congolais montre que, malgré leurs oppositions, le FROCAD et l'IDC ont ouvert le vendredi 8 janvier 2016 une convention pour aplanir leurs différences, renforcer leur unité et examiner les conditions de leur participation à l'élection présidentielle sur une base unitaire.

Personne ne met en doute l'honnêteté de André Okombi Salissa de l'IDC ou de Pascal Tsaty Mabiala du FROCAD. D'autres personnalités de l'opposition comme Mathias Dzon, Claudine Munari  et d'autres existent dans l'opposition congolaise. Ces opposants sont connus, certains d'entre eux ont travaillé avec le Président Sassou et lui doivent une partie de leur fortune. Ce n'est pas le problème essentiel.

En revanche, comment ces opposants réussissent-ils à faire exister de façon structurelle leurs partis politiques ? C'est bien la question que doit tout congolais qui souhaite l'alternance politique au Congo-Brazzaville. Ne pas se la poser, c'est demeurer dans des stratégies de convenance clanique ou de convenance personnelle. 

 

L’opposition congolaise existe à travers des individus, c'est un fait, et non des organisations établies durablement sur le terrain. La victoire politique n'est possible que dans l’hypothèse d’une mise en place de structures durables sur le long terme. Dans l’opposition congolaise il existe des hommes et des femmes tout à fait remarquables. Ces opposants ne sont connus de la population qu’un ou deux ans avant les échéances électorales.

Ensemble ils construisent des plateformes (comme c’est le cas du FROCAD-IDC) qui n’ont qu’une existence conjoncturelle et de combat. Ces plateformes érigées de manière circonstancielle recherchent une reconnaissance internationale surtout en France. Ces opposants, conseillés par leurs mentors français, s’installent dans une stratégie du coup politique visant à contester le pouvoir en place.

 

En ce moment au Congo il y a une mésentente entre les membres de la FROCAD-IDC (même s'ils sont en convention pour 3 jours). Certains souhaitent participer à l’élection présidentielle au nom de la vie démocratique, d’autres estiment que les conditions ne sont pas remplies et qu’un certain nombre d’éléments liés à la gouvernance électorale doivent être mis en place, comme:

  • une commission électorale dont l’indépendance est reconnue par tous,
  • un fichier électoral fiable préalablement expertisé par l’OIF et donc accepté de tous,
  • des cartes d’électeurs biométriques,
  • l’identification électronique des électeurs.

On peut rajouter à cette liste d’autres propositions, comme l’organisation d'élections strictement surveillées par des observateurs extérieurs qui vérifient la bonne tenue de celles-ci. Ces choix démocratiques sont acceptables mais on peut se demander à quelle opposition s’adressent-ils quand on sait que les membres éminents de l’opposition congolaise passent plus de temps à s’opposer entre eux et à essayer d’apparaitre comme démocratiques et recevables vis-à-vis du pouvoir majoritaire en place.

L’opposition est-elle capable de se ressaisir d’ici au 20 mars 2016, ou bien doit-on se contenter de ce qu’elle a toujours représenté : une opposition de circonstance en fonction des événements politiques du moment ?


Fr.BlastingNews.Com



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

13.Posté par James Massoumba le 11/01/2016 15:27
On se demande si même à huis clos cette opposition parviendra à choisir ou élire son candidat leader au prochain scrutin présidentiel du 20 mars pour qu'effectivement cette élection soit crédible, équitable et démocratique.

12.Posté par max goma le 11/01/2016 15:18
Faute d'un leadership et d'un projet de société adéquat, l'opposition radicale tergiverse et chancèle. Autant de revirement, de versatilité pour une fin connue d'avance: scission et implosion. Car, il n'y a pas de leader capable de conduire les troupes à la victoire en 2016. L'idc-frocad, est une association des politiciens du ventre, prêts à tout pour assouvir leurs intérêts égocentriques. Comment voulez-vous qu'on prête attention à ces gens là?

11.Posté par Eric Ntsa le 11/01/2016 15:04
Cette opposition est instable, indécis et souffre de beaucoup de maux dont l'immaturité, l'irresponsabilité et l'égoïsme. Evoluant dans cette posture de désordre et de non consensus, il est impossible de faire le résultat.

10.Posté par Pitch... le 11/01/2016 14:41
je suis d'accord avec vous paola jason, le groupement de tous ses leaders sont vraiment immature, par ce que jusqu'à présent ils sont dans l'embarra du choix cela revient à dire qu'ils ont tous une stratégie des bidons. Nous peuple, nous devrons avoir un discernement pour le meilleur candidat de notre pays.

9.Posté par Karim goma le 11/01/2016 14:36
Lorsqu'on est bien préparé je ne pense pas qu'on est du mal à trouver un candidat pour les élections. Cela revient à dire que l'opposition dite radical n'est toujours pas prêt pour la présidentielle, nous peuple congolais faisons très attention avec ce genre de personne. par ce que tout est clair ils sont là que pour leurs intérêts et non pour le peuple.

8.Posté par paola jason le 11/01/2016 14:20
embarra de choix, deux chemins!! la quelle de route faut il suivre? qui manque de choix manque de maturité, qui manque des décisions dans des moments cruciaux est un homme indécis, dans la politique congolais nous avons plusieurs indécis mais nous en citerons que deux à savoir le FROCAD autrement dit faux cadre et IDC c'est à dire idée des con. se regroupant, les deux plates formes donnent naissance au titre des opposants plastifiés alors que la présidentielle demande l'original l'opposition présente la photocopie. à vous de voir peuple congolais. vivra qui verra...

7.Posté par Bachus MOWOYA le 11/01/2016 14:09
Cette hésitation est la conséquence logique des contradictions qui les divisent dans leur groupe. Il est fort probable que chacun veut imposer sa loi.
Tant pis, s'ils ne se déclarent pas à temps.

6.Posté par BIANSOUMBA LOULENDO Piatov le 11/01/2016 14:08
Dans l'art de la guerre, SUN TZU affirme avec force, l'avantage d'être campé le premier.
Cette ne s'applique pas qu'à l'art militaire, elle peut inspirer aussi d'autre domaines, la politique en occurrence. Qu'ils y pensent. Tous les autres candidats ou presque sont déjà connus.

5.Posté par Mesmin Mbima le 11/01/2016 14:06
Ceci confirme que cette opposition n'est qu' une opposition de circonstance, bâtit sur du sable, ne disposant d'aucune vision claire et d'ambition commune, poursuivant chacun un objectif différent dans une plateforme commune.

4.Posté par Bachus MOWOYA le 11/01/2016 13:55
Cette hésitation est la conséquence logique des contradictions qui les divisent dans leur groupe. Il est fort probable que chacun veut imposer sa loi.
Tant pis, s'ils ne se déclare pas à temps.

3.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 11/01/2016 13:52
Ils tardent à se décider. Ils hésitent. C'est comme s'ils ne sont pas prêts pour le grand tournoi.
Quelque candidat du centre s'est pourtant déjà déclaré.
Ceux qui hésitent, développent une sorte de pessimisme, que je qualifie de lâcheté. S'ils ne peuvent pas désigner un seul candidat; je parle de l'opposition radicale, alors, qu'ils partent en rang dispersé.
Eparse ou groupé, le peuple souhaite que les élections du 20 Mars aient bien lieu.

2.Posté par Effort de paix le 11/01/2016 13:35
Ceci sous entend que cette opposition s'est constituée pour lutter contre un seul homme et comme elle a manqué sa cible lors du référendum, elle ne sait plus par où commencer car leur stratégie était limité que par le coup d'état et maintenant leur plan a été déjoué et que maintenant c'est la voie démocratique qui est le choix de prédilection du peuple congolais, elle est maintenant en difficulté car n'ayant pas prévu un plan B

1.Posté par Bango témbé le 11/01/2016 13:29
La politique est un art, l’art du compromis et si à deux du scrutin si les opposants n'arrivent à bâtir de stratégie et de choisir leur candidat c'est qu'ils ne luttent pas pour une vraie cause qui est celui du peuple mais par intérêt personnel

1 2 3
Nouveau commentaire :

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21098 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11979 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces