Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Préservation de l’environnement : les initiatives du Congo méritent un soutien

Prélude à la 3e Conférence de l’initiative internationale sur les tourbières, qui se tiendra du 21 au 23 mars, à Brazzaville, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, a appelé la communauté internationale à appuyer les efforts du Congo dans la préservation de l’environnement.



Le ministre Jean-Claude Gakosso à la tribune la 37ème  session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève
Le ministre Jean-Claude Gakosso à la tribune la 37ème session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies à Genève
«Pour la bonne cause de notre survie collective, je voudrais, du haut de cette tribune, lancer un vibrant appel à toutes les nations de la terre, à tous les décideurs du monde, à toutes les personnes de bonne volonté, par-delà les continents, afin qu’ils soutiennent les initiatives que prend mon pays dans le cadre de la conservation et de la préservation du Bassin du Congo», a déclaré le ministre Gakosso, lors de la 37ème  session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies, tenue le 28 février dernier à Genève (Suisse). 

Dans le cadre de la promotion de l’environnement, précisément du Bassin du Congo que la capitale congolaise va abriter la 3e Conférence de l’initiative internationale sur les tourbières. Selon les spécialistes, les tourbières du Bassin du Congo, précisément de la partie centrale comprise entre le Congo-Brazzaville et le Congo-Kinshasa, peuvent contenir jusqu’à 30 milliards de dioxyde de carbone.

Raison pour laquelle Jean-Claude Gakosso a sollicité un appui de la communauté internationale au Congo en vue de l’organisation de la prochaine conférence. «J’appelle au même élan de solidarité, de générosité et de responsabilité pour soutenir la proposition que vient de formuler mon pays, proposition d’abriter, en terre africaine, au cœur du Bassin du Congo, 2e poumon de notre planète, la deuxième édition de la Conférence internationale sur la finance-climat », a-t-il lancé.

Pour Jean-Claude Gakosso, « le temps est plus que jamais à l’action, sinon la bataille est perdue »,comme cela a été souligné lors de la précédente conférence sur le climat à Paris, en décembre dernier. « Mais, comment oserions-nous envisager perdre la bataille pour la vie, de perdre la bataille pour le précieux de tous les droits humains, le droit à la vie ! C’est là toute la responsabilité, devant l’histoire, des gens de notre époque », a-t-il souligné.

Le Congo : un pionnier de la lutte contre le changement climatique

Le 29 novembre 2015, à Paris (France), lors de la 21ème Conférence des Nations-unies sur les Changements climatiques COP21, le Président Denis Sassou N’Guesso avait présenté les efforts du Congo dans la lutte contre les changements climatique. Il avait soutenu que le niveau des gaz à effet de serre émis par son pays était inférieur à la moyenne mondiale. Le Congo a conservé, jusque-là, une couverture forestière importante, soit 65% du territoire national, constituant un puits de carbone et un réservoir de biodiversité inestimable pour l’ensemble de la planète.
 
Les efforts du Congo, basés sur une politique de gestion durable de ses ressources forestières. Avec ses 342.000 km², le Congo se présente comme un modèle de la lutte contre les changements climatiques. Depuis la décennie 80, le pays a voté une loi instituant la ’’Journée nationale de l’arbre’’, qui est célébrée le 6 novembre de chaque année.

A cette journée s’ajoutent d’autres initiatives importantes dans la préservation des écosystèmes forestiers. On peut citer, entre autres,  le Programme national d’afforestation et de reboisement (PRONAR), qui vise à planter un million d’hectares de forêt. Grace à cette politique de reboisement, un arbre coupé en terre congolaise est remplacé par un autre.
 
Le Congo détient le taux de déforestation le plus faible au monde, avec 0,08%. Il possède 2,5 millions d’hectares de forêts certifiés, selon les standards internationaux, représentant 32,5% des forêts mondiales certifiées. 


Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 1771 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 1543 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces