Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Les victimes du 4 mars, sept ans après


Brazzaville, 1er mars– (CONGO-SITE) – 4 mars 2012 - 4mars 2019, il y a sept ans, la ville de Brazzaville, a été frappée par la catastrophe éprouvante suite à un incendie dans le magasin d’armes du régiment blindé, situé à Mpila. Bilan : d’énormes dégâts matériels, de perte en vies humaines, laissant de nombreux des traumatises physiques et morales.



Que des familles ont été décimées par cette terrible tragédie. Pourtant, le gouvernement annonçait ce jour-là un bilan de 4 morts, alors que les conséquences étaient considérables, visibles et palpables.
 
Les victimes de cet incident s’identifient trois catégories : ceux qui n’ont pas encore construit leurs maisons ; ceux qui ont construit sur fonds propres ; les victimes corporelles. Une allocation d’urgence de 3.000.000 francs CFA a été accordée par l’Etat aux populations ; des soins médicaux d’urgence ont été administrés ; des camps aménagés érigés pour accueillir les sinistrés ; une cérémonie d’inhumation collective organisée.
 
Aujourd’hui, sept ans après, on compte toujours des personnes sans abri, alors que le gouvernement avait garanti un relogement à ces victimes avec la construction de 5000 logements, qui demeurent non habiter en 2019. Pendant que des sinistrés vivent encore dans des tentes à Mpila, l’éloignement des logements offerts par l’Etat à Kintélé ne leur permettant pas d’assurer leur déplacement pour vaquer leurs occupations en ville.
 
Après administration des soins d’urgences, les victimes du 4 mars 2012 n’ont plus reçu les soins adéquats. Certains attendent toujours des interventions chirurgicales ; d’autres des rééducations, des traitements et autres. Il n’a pas eu de suivi médical pour eux après tout ces désagréments.
 
Les commerçants touchés par ce sinistre sont abandonnés à leur triste sort. Aucune proposition alternative n’a été faite à leur profit, alors qu’ils espéraient percevoir des dédommagements afin de redémarrer leurs activités.
 
Le 4 mars 2012 reste dans les mémoires de tous les Congolais, une journée noire : des larmes ne cessent de couler. Il suffit de passer par le quartier Mpila pour revivre s’en souvenir. Les habitants qui ont regagné ce quartier ont en mémoire tous ces faits et les sorts qui leurs ont été réservés. Drôle de situation.

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 19153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 10884 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces