Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Le Congo conclut un projet d'accord avec le FMI

Brazzaville, 21 avril (CONGO-SITE) - Le Congo se réjouit d’avoir conclu un projet d'accord avec le Fonds Monétaire International (FMI). Le document sera soumis au conseil d’administration du Fonds. S'il est approuvé, le Congo bénéficiera du financement de son programme économique et financier par le FMI et ses partenaires internationaux.



Le ministre Calixte Nganongo et le chef de la mission du FMI (au micro), lors de la  3ème phase des négociations en vue de la signature du Programme économique et financier de trois ans.
Le ministre Calixte Nganongo et le chef de la mission du FMI (au micro), lors de la 3ème phase des négociations en vue de la signature du Programme économique et financier de trois ans.
La directrice générale du FMI, la Française Christiane Lagarde, a annoncé la conclusion « positive » d’un accord entre le Fonds et le Congo, sur un programme visant à relancer l’économie congolaise. Elle a précisé que la conclusion de cet accord était soumis des exigences de gouvernance pour « rompre » avec « les pratiques du passé ».
 
«Je suis contente qu'au terme de longues discussions et de laborieux travaux, l'équipe chargée de travailler sur le projet de programme ait conclu de manière positive sa mission hier», a-t-elle lors d'une conférence de presse à l'occasion des réunions de printemps du FMI.
 
Elle a signifié que ce projet d'accord devait être ratifié par le conseil d'administration du FMI. «C'est à l'issue du conseil d'administration que l'on saura exactement quels sont les financements et quelles sont les conditions associées à ce programme», a ajouté Mme Lagarde.
 
A propos des conditions, elle a dit : «Nous avons des exigences en matière de gouvernance qui devront être mises en place très vite après l'approbation du conseil d'administration et qui nous paraissent de nature à garantir une bonne utilisation des finances publiques et la bonne réalisation des objectifs du programme».
 
La mission du FMI a salué «les efforts des autorités pour améliorer la transparence du secteur pétrolier, en vue d'accroître de manière significative la part de l'Etat dans les ressources naturelles de la nation», a déclaré le chef de cette mission, Abdoul Aziz Wane.  
 
Il s'est félicité aussi de «l'intention des autorités congolaises de donner à toutes les entreprises exploitant les ressources naturelles un délai pour déclarer tous droits dont elles pourraient se prévaloir sur la part du gouvernement dans ces ressources», après avoir annoncé que «la première étape sera de développer la capacité de l'État à réconcilier systématiquement toutes ses transactions relatives aux ressources naturelles».
 
L’accord conclu par le Congo avec le FMI vise à appuyer son programme de réformes économiques et financières et à assurer la reprise de la croissance économique du pays, fondée sur un équilibré budgétaire pérenne et la restauration de la viabilité de la dette à court terme.
 
Il est soutenu par d’autres bailleurs multilatéraux, particulièrement la Banque mondiale (BM) et la Banque africaine de développement (BAD). La France, par exemple, a annoncé récemment qu’elle apporterait un soutien de 135 millions d’euros au Congo, après conclusion par le Congo d’un programme avec le FMI.
 
Le programme s’articule autour de cinq piliers : l’ajustement budgétaire supporté par une restructuration de la dette publique pour la rendre soutenable et permettre la protection des populations vulnérables, y compris les femmes ; la sauvegarde de la stabilité du secteur financier ; le renforcement de la gouvernance, y compris la transparence dans la gestion des ressources naturelles ; le renforcement des capacités statistiques ; des réformes structurelles pour l’amélioration du climat des affaires, la diversification économique et l’intégration régionale.

Le ministre des Finances et du Budget, Calixte Nganongo, a précisé que «cet accord avec le FMI et ses partenaires multilatéraux s’inscrit dans l’initiative CEMAC dont les pays ont tous sollicité l’assistance de l’institution afin de rétablir la stabilité économique de la région. Il permet à la République du Congo de bénéficier de financements conséquents dans l’objectif de renouer avec une croissance inclusive et durable».

Il a ajouté que «ce programme est fondamental pour l’économie du pays : il vise à maintenir un environnement macroéconomique stable, compatible avec la viabilité de la dette publique, tout en tenant compte des plus faibles».

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso