Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Lancement des préparatifs des assises nationales de la presse


Brazzaville, Congo (CONGOSITE) - Le ministre en charge de la communication et des médias, Thierry Lezin Moungalla, et le président du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication (CSLC), Philippe Mvouo, ont procédé le 28 mars 2017 à Brazzaville au lancement des assises nationales de la presse.



Le présidium
Le présidium
La cérémonie de lancement des travaux préparatoires qui annonçait la tenue très prochainement des assises nationales de la presse s’est déroulée en présence des acteurs du secteur de la communication en général, de la presse en particulier et des acteurs de la société civile.

Quelques 25 ans après la tenue des « Etats généraux de la presse Congolaise » et l’avènement du pluralisme médiatique, le ministère de la communication et des médias et le Conseil supérieur de la liberté de communication (CSLC) estiment qu’il est nécessaire d’en faire le bilan et de projeter l’avenir ; avec la création d’un cadre de concertation proactive pour s’interroger sur l’avenir de la presse en République du Congo en vue de diagnostiquer tous les maux qui minent ce secteur depuis la conférence nationale souveraine, pour trouver des remèdes appropriés.

Ces assises permettront de jeter un regard rétrospectif sur les pratiques de la presse et de la régulation et d’évaluer le cadre juridique, institutionnel et économique de la régulation des médias afin de dégager les perspectives d’avenir.

Ils ont rappelé que la conférence nationale souveraine tenue en 1991 constitue un tournant historique pour la presse congolaise et qu’elle a marqué une césure avec le passé en posant les bases de la liberté de la presse , qui rassemblèrent plus de trois cents délégués venus de tous les horizons et que au cours de ces assises plusieurs maux paralysant la presse congolaise furent mis en exergue, entre autres :l’altération du son et des images à la perception, pour la presse audiovisuelle ; l’irrégularité des parutions pour la presse écrite ; la précarité et le sous –équipement ; ainsi que le caractère libertaire et liberticide de cette presse libérée de la censure, de la méfiance et de la peur.

Les 2 institutions en charge du secteur de communication ont évoqué le fait que l’ouverture démocratique et la liberté de la presse ont plutôt servi, chez de nombreux professionnels de l’information et de la communication à exprimer des attitudes partisantes, foulant au pied la déontologie de leur métier, pour se mettre à défendre les intérêts des hommes politiques et pour mettre fin à cette dérives de la presse, les professionnels de ce secteur au cours de ces assises ont élaboré un code de bonne conduite de la presse congolaise, pour mieux encadrer la profession et y mettre de l’ordre d’où le code communément appelé « Charte des professionnels de l’information et de la communication ».

Ils ont fustigé les façons de faire qui n’honore pas ce métier, avec des faits tels que l’écriture sans maîtriser les règles élémentaires de l’écriture et sans jamais avoir appris à gérer les organes de presse.

Thierry Lézin Moungalla circoncit ces assises en trois mots « formation ;  déontologie et technologie » et pense que ces 3 aspects permettront de lutter pour ne pas que ce métier ne meurt.
 

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21145 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12010 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces