Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

La Chine annule la dette congolaise


Brazzaville, 4 mai (CONGO-SITE) - La Chine vient d’annuler près de vingt millions de dollars de la dette congolaise. La confirmation a été donnée le 3 juin 2019, à Brazzaville, par l’ambassadeur de Chine au Congo, Ma Fulin, lors d’une audience qui lui a été accordée par le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso.



L’annulation de cette dette de plus de 10 milliards de francs CFA s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale entre les deux pays. Elle intervient quelques mois après le rééchelonnement de la dette commerciale du Congo envers Eximbank, qui détient l'essentiel des 35%(sur 9,2 milliards de dollars) du stock de la dette de Brazzaville envers Beijing.

L’accord du rééchelonnement de la dette a été signé précisément le 29 avril, à Pékin, entre le gouvernement congolais et Exim bank, après deux années de négociations entre les autorités congolaises et chinoises.

Le document a été paraphé par Calixte Nganongo et Peng Hao, respectivement ministre congolais des Finances et du Budget et Chef de département du Crédit souverain auprès d’Export et Import Bank of China (Exim Bank), principal créancier chinois de la dette congolaise.

L’accord visait le rééchelonnement des quelque 3,15 milliards dollars de dette congolaise détenus par la Chine, soit 35% de l’endettement total du Congo, évalué par le FMI à 9 milliards de dollars (90,2% du PIB).

Selon le diplomate chinois au Congo, l'annulation de cette dette s’inscrit dans le cadre de la coopération bilatérale qui lie les deux pays et permettra au Congo d’apporter une bouffée d’oxygène à  son économie, qui traverse quelques difficultés.

La partie congolaise a affirmé que cet accord «augure des perspectives intéressantes quant à la suite des négociations avec nos partenaires techniques financiers, notamment le Fonds monétaire internationale et la Banque mondiale ».

Or, il semblerait que l’État congolais devra encore trouver des accords de restructuration pour les prêts contractés par la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) auprès des traders internationaux Glencore et Transfigura, qui représentent environ 30% de la dette de Brazzaville.

En rappel, aux Etats-Unis, premier actionnaire du FMI, une quinzaine d’élus avait écrit à Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, pour qu’il exerce son influence afin d’empêcher des programmes avec les pays trop endettés avec la Chine.
 
«Pour les Etats-Unis, il est hors de question que le FMI vienne à la rescousse des pays endettés avec Pékin », expliquait l’une des sources. Le FMI a établi un rapport de force dans une logique de créancier, pour  s’assurer de la soutenabilité de dette.

Il a fallu attendre la réunion du Fonds, en avril dernier, pour que la Chine, qui jusque-là ne dialoguait qu’en bilatéral avec le Congo, prenne part aux discussions sur le programme avec Brazzaville.

Valère Lékoumou



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21525 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12207 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces