Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

L'Afrique intensifie la lutte contre le commerce illicite des espèces sauvages

Brazzaville, Congo (CONGOSITE) – Un atelier de formation sur l’exploitation illégale et le commerce illicite des espèces sauvages en Afrique se tient du 5 au 10 février à Brazzaville. Cet atelier vise à appuyer les efforts des Etats dans la lutte contre les réseaux de commerce illicite des ressources fauniques et floristiques, en apportant plus de compétences et de connaissances aux enquêteurs, et en leur donnant la capacité d’avoir les techniques qui leur permettront de contrer les mécanismes sophistiqués des réseaux criminels.



Le directeur exécutif de l’Equipe spéciale l’Accord de Lusaka, Bonaventure Bayi, a souligné la nécessité d’une lutte accrue contre la bande et l’exploitation illicite des ressources fauniques, floristiques, des forêts et des animaux.
 
«Le niveau de la criminalité au Congo a révélé que les populations d’éléphants dans la zone du bassin du Congo ont baissé considérablement au cours des dix dernières années », a-t-il indiqué.
 
Il a ajouté que le Congo qui regorgeait près de 1.500.000 éléphants, ne dispose actuellement que quelque centaine. « Si on ne prend pas des mesures efficaces, il serait possible que d’ici une dizaine d’années l’espèce éléphant disparaîtra de nos forêts, une espèce combien importante pour la survie des écosystèmes forestiers », a-t-il averti.  
 
Le bassin du Congo constitue une zone de prédilection pour tous les criminels de flores et de faunes sauvages. Ce bassin reconnu au niveau mondial nécessite la mise en œuvre des mécanismes de protection des écosystèmes forestiers, a signifié Bonaventure Bayi, qui a martelé que les dispositions spécifiques doivent être prises pour préserver les écosystèmes forestiers du bassin du Congo afin d’éviter le déséquilibre écologique du monde. 
 
La ministre de l’Economie forestière, Rosalie Matondo, a affirmé que le trafic des espèces de la faune et de flore sauvages est devenu la quatrième menace universelle après le terrorisme, le trafic des stupéfiants et des êtres humains. Ce trafic menace dangereusement la paix, la sécurité et l’intégrité des Etats.

Diane Ondélé


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 12970 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 7360 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces