Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Justice : l’ancien maire de Ouesso demain devant la cour criminelle

Incarcéré depuis deux ans à la Maison d’arrêt de Ouesso, pour actes d’assassinat perpétrés dans les forêts périphériques du chef-lieu du département entre 2012 et 2013, l’ancien maire de Ouesso, Siméon Mobondé, comparaît à partir du 4 août devant la Cour d’appel de la localité avec les autres coaccusés.



L’affaire a été inscrite avec sept autres à l’ordre du jour de la session criminelle ordinaire de la Cour d’appel de Ouesso ouverte le 1er août par le premier président de cette juridiction, Christophe Bienvenu Babela. En effet, Siméon Mobondé, maire de la ville de Ouesso pendant les faits, a été cité par les présumés auteurs de ces actes ignobles comme étant le cerveau  de cette affaire dite de Kata-kata  ayant occasionné la mort d’une dizaine de femmes. Le présumé instigateur sera assisté par deux avocats venus de Brazzaville, notamment Mes Bongoto et Georges Alain Tsaty.

Pendant huit jours, c’est-à-dire jusqu’au 8 août, les magistrats de la Cour d’appel seront assistés de dix jurés dont six titulaires et quatre suppléants qui ont récemment prêté serment. Dans son réquisitoire préliminaire, le procureur général près la Cour d’appel de Ouesso, Rufin Bouka, a promis un débat clair et loyal pour la manifestation de la vérité. Il a également justifié les deux ans d’attente qui sont, selon lui, le délai légal pour l’instruction d’une affaire criminelle.

Rappelons que le 1er août dernier, la cour a condamné à 5 ans de réclusion criminelle assortie d’un sursis et au paiement d’une amende de 1,5 million FCFA l’accusé Dindo Jean Christophe alias Tonton Ahoudou.

En effet, cet homme de 42 ans, célibataire sans enfants, a été poursuivi pour crime d’atteinte à la pudeur sans violence (viol sans pénétration) sur deux fillettes âgées de six et trois ans.


Parfait Wilfried Douniama (Adiac.com)



Commentaires articles

1.Posté par Valère Lékoumou le 05/08/2015 09:08
La justice doit bien faire son travail, mais bien faire son travail: lire et dire le droit. La crédibilité du pays en dépend.

2.Posté par tossangana mbomoko le 07/08/2015 15:41
Que justice soit faite et que la loi soit appliquer dans la mesure du possibles au cas ou les reconnaissent réellement les faits qui seront leurs reprochés, car pour que ce pays soit vraiment émergent les impunités doivent prendre fin... il faut maintenant commencer à punir tout le monde.

3.Posté par fabrice keyoua le 07/08/2015 17:14
cet homme, cet ancien maire de Ouesso renie toutes ses implications dans ces effroyables meurtres. pourvu que le sort lui soit des plus équitable.

4.Posté par junior olembo le 12/08/2015 15:12
que justice soit faite, ôter la vie de quelqu'un sans motif et pour assouvir ses désirs maléfiques doit être sanctionné sévèrement et ne lire que droit rien que le droit afin de décourager les auteurs de ces forfaits

5.Posté par julieboungou le 12/08/2015 16:15
La mise en examen de l'ancien maire de Ouesso sur une affaire dites des " kata kata" a soulevée plusieurs étonnements au sein des habitants de Ouesso et des environs durant son interrogation il a catégoriquement nié les faits qui lui sont reprochés tout en protestant son innocence et son non implication dans cette affaire. L'affaire a déjà été au parquet d'où la décision du juge d'instruction sur cette affaire qui inquiète les congolais. La justice congolaise on sa capacité de trancher les litiges ou les contentieux sera attendue sur cette affaire Tout cela montre combien au Congo la justice agit en vers tout ce qui ne respecte pas la loi d'où certaines sanctions affligées a ce qui pensent qu'ils sont au dessus de la loi. Il est temps d'arrêter ce genre d'actes perpétrés par certains jeunes congolais. Ce. pays a besoin de paix et de stabilité pour son émergence

6.Posté par tolinga ekolo le 13/08/2015 14:39
notre justice qui est réputé de justice des faible par le fait que il y ya les homme intouchable mais voir un maire arrêter juger ne peut que nous rassuré et nous permettre de leur refaire confiance

7.Posté par okombi le 14/08/2015 12:17
L ES Administrateur sont aussi poursuivi par la justice il est très bien au congo d entendre ce type de situation

8.Posté par roland milandou le 19/08/2015 16:44
on tout qu'a c'est très bien pour la justice congolaise de frappé même les chefs, par cette exemple beaucoup doit prendre conscience de leurs conduites et pour tout ceux qui doute encore de la justice congolaise en voici la preuve l'ancien maire de Ouesso devant la cour criminelle.

9.Posté par ITOBA NIANGUI PROSPER le 22/08/2015 17:21
Ceci prouve que au Congo, la loi frappe les faibles et les forts: justice est faite.

10.Posté par Olivier Nkounkou le 24/09/2015 18:17
C'est une preuve que nul est au dessus de la loi

11.Posté par Paul Djembo le 24/09/2015 18:19
Tout à fait julie boungou je pense que la loi reste la loi peu importe le rang sociale que l'on peut occuper

12.Posté par Jean-Dominique Atsé Oko le 24/09/2015 18:19
Que justice soit faite dans cette affaire

13.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 12/12/2015 12:14
La loi n'a rien à avoir avec le droit. Il suffit de séduire le jury.
Mais pour le cas ci, c'est compliqué. Ce sera le droit. Ce sera la loi. Lui et ses avocats n'ont séduit personne.
Le droit était rendu et la loi était appliqué.

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso