Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Journée de l’enfant africain : les médias appelés à promouvoir les droits des enfants

Congo-Brazzaville, 15 juin – (CONGO-SITE)- Prélude à la journée de l’enfant africain, célébrée le 16 juin de chaque année, le ministère des affaires sociales et de l’action humanitaire a organisé le 15 juin à Brazzaville, en partenariat avec l’UNICEF une session de mobilisation des Médias.



Des enfants vulnérables
Des enfants vulnérables
Le gouvernement de la République du Congo, en partenariat le Fonds des Nations Unis pour l’Enfance (UNICEF), célèbre ce samedi juin à l’auditorium du ministère des affaires étrangères, la 28ème journée de l’enfant africain sous le thème : « Aucun enfant laissé pour compte pour le développement de l’Afrique ». La cérémonie organisée à cet effet servira de cadre pour le lancement de la politique nationale d’action sociale (PNAS). Prélude à la journée, une session de mobilisation des médias a été organisée.

 Cette session de mobilisation a connu deux communications autour des thèmes suivants : « Défis et enjeux de la célébration de la journée de l’enfant africain. » et « Quelques idées pour promouvoir les droits des enfants dans les médias. »
 
Intervenant sur le premier thème, M. Marius Biyékélé, a axé sa communication autours des points suivants : Définition du concept enfant ; Pourquoi une journée de l’enfant africain (aperçu historique) ; Commémoration de la 28ème journée de l’enfant africain ;  Contribution des médias.
 
Dans son exposé, M. Biyékélé psychologue évoluant à l’UNICEF explique qu’un enfant est un être humain, en développement, âgé de moins de 18 ans, fragile et vulnérable. Ce qui se passe dans l’enfance détermine ce que sera l’adulte demain.
 
L’orateur a relevé quelques éléments qui constituent encore un obstacle au Congo dans la protection de l’enfant notamment les défis de développement inclusif durable pour les enfants ; les inégalités sociales, l’intégration des enfants autochtones et vivants avec handicap au système éducatif, la méconnaissance des droits des enfants et autres.

Photo d'archive des enfants à l'occasion de la cérémonie de la journée de l'enfant africain 2017
Photo d'archive des enfants à l'occasion de la cérémonie de la journée de l'enfant africain 2017
Pour sa part Madame Marie Laure Kibangou Moutoula, journaliste de formation évoluant à l’UNICEF a exposé sur le second thème, « Quelques idées pour promouvoir les droits des enfants dans les médias ». Elle fait savoir que les médias ont la responsabilité de protéger les enfants en s’abstenant de faire l’apologie ou servir de vitrine à la violences sous toutes ses formes, aux abus et à l’exposition des enfants, et en évitant de présenter des stéréotypes qui desservent la cause des enfants.
 
En, effet les médias ont un impact considérable sur notre façon de voir le monde et son par conséquent très bien placés pour influencer les attitudes et les actions à tous les niveaux, vis-à-vis des droits de l’enfant.
 
« Dans le cadre de votre travail, vous pouvez inciter les gouvernements, le public et la société civile à faire des changements positifs en faveur des enfants. Contribuer à créer un environnement favorable au développement et à la protection de l’enfant », a-t-elle expliqué.
 
Pour elle, les médias peuvent faire bouger les choses en faisant par exemple : Promouvoir leur image en tant que chaîne ou station à l’écoute des enfants et des familles ; Resserrer leurs liens avec les éducateurs, les parents et les responsables ; Favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de téléspectateurs ou auditeurs engagés ; Créer un environnement  programmatique ami des enfants et des jeunes.
 
La journée de l’enfant africain est organisée chaque année depuis le 16 juin 1991 par l'Organisation de l'unité africaine, en souvenir du massacre de centaines d’enfants lors d’une marche pour leurs droits à Soweto (Afrique du Sud) par le pouvoir de l’apartheid le 16 juin 1976.
 
Bien que le Congo est une loi sur la protection des enfants et une loi sur la protection des populations autochtones, la non publication des textes d’application de ces lois pose  problème.

Lionel Obargui


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 16172 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 9119 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces