Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Gabon : l’aventure du lieutenant Kelly Ondo Obiang stoppée net


Brazzaville, 8 janvier (CONGO-SITE) – La tentative de coup d'Etat menée par une poignée de soldats, dirigée par le lieutenant Kelly Ondo Obiang de la Garde Républicaine (GR), a échoué. Le porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou, a assuré que la situation était redevenue normale, qualifiant l’action du groupe de Kelly Ondo Obiang « de feu de paille ».



Le 7 janvier 2019, dès 4 heures du matin, pour la première fois dans l'histoire du Gabon, un groupe de militaires a pris d’assaut la radio-télévision nationale, appelant à un soulèvement et annonçant la prochaine formation d'un « conseil national de restauration » de la démocratie. Le message a été lu par le lieutenant Kelly Ondo Obiang de la GR, se disant président d'un mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS).
 
«Le message du chef de la nation visant à clore le débat sur sa santé a plutôt renforcé les doutes sur sa capacité à assumer la fonction de Président de la République. Le Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité, soucieux de sauver la démocratie en péril a décidé ce jour de prendre ses responsabilités afin de mettre en déroute toutes les manœuvres en cours en vue de la confiscation du pouvoir. Dans quelques heures, nous mettrons en place un conseil national de la restauration après consultation de toutes les forces vives de la nation afin d’assurer la continuité de l’Etat et de garantir au peuple gabonais une transition démocratique », a-t-il déclaré.

Aussitôt, des blindés des forces de sécurité ont bloqué l'accès aux axes principaux de Libreville, pour tenter de rétablir l'ordre. Et, en moins de quatre heures, la tentative de coup d’Etat du Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité (MPJFDS) a été mise en échec par le GIGN.

Quelque instant après, le porte-parole du gouvernement, Guy-Bertrand Mapangou, a assuré que la situation était redevenue normale, indiquant que le chef de fil des putschistes a été arrêté. Deux de ses éléments ont été abattus, des otages libérés, indique un communiqué de la présidence de la République Gabonaise. « La situation est sous contrôle», les forces de sécurité ont été déployées, les frontières du pays restent ouvertes, ajoute le communiqué.

Guy-Bertrand Mapangou lisant la déclaration du gouvernement
Guy-Bertrand Mapangou lisant la déclaration du gouvernement
Des interrogations sur ce putsch manqué

Selon afrique.latribune.fr, « au moment où Guy-Bertrand Mapangou, porte-parole du gouvernement et ministre de la Communication, annonçait une «situation sous contrôle», Kelly Ondo Obiang, le «cerveau» présumé de la tentative de confiscation du pouvoir, était en fuite. Il ne sera arrêté sous un lit qu'après une fouille minutieuse des résidences qui jouxtent les abords immédiats du lieu où quelques heures plus tôt, il lisait le texte de son forfait ».

S’agit-il d’un vrai faux coup d'Etat pour faire taire toute velléité dans l'armée? L'appel au soulèvement du lieutenant Kelly Ondo Obiang serait-il un trompe-l'œil ? Deux questions, parmi tant d’autres, que se posent des Gabonais et la communauté internationale.

L’opposition gabonaise pense qu’il s’est agi d’un «faux coup d'Etat» orchestré par le pouvoir en place dans le but de prouver qu'une tentative de prise de pouvoir par la force n'aurait pas l'assentiment des casernes. Et que ce vrai faux coup d'Etat servirait à Ali Bongo de jouer sur le moral des hommes en treillis, « afin de dissuader toute velléité de prise du pouvoir par les armes». Ce qui pourrait se justifier par la facilité avec laquelle le petit groupe dirigé par lieutenant Kelly Ondo Obiang a pu investir et contrôler la RTG.

«L'impréparation des co-putschistes du lieutenant Kelly Ondo Obiang n'explique pas tout. Un homme de son galon de membre de la Garde républicaine, qui s'imagine calife à la place du calife, se verrait plutôt, comme dans les putschs qui ont abouti ailleurs, prendre un siège du pouvoir plutôt que l'enceinte sans grande valeur symbolique du siège de la RTG. Ondo Obiang était-il le pion d'essai de comploteurs tapis dans l'ombre qui l'aurait lâché au moment où son éphémère coup d'éclat empruntait la voie de l'échec ? Etait-il une marionnette, comme le pensent d'autres, du pouvoir destiné à prouver qu'à Libreville, le pouvoir n'est pas accroché au bout d'un canon ? Autant de questions que l'enquête devra déterminer», s’interroge afrique.latribune.fr.

Gos-Gaspard Lenckonov & Lionel Obargui



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 19205 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 10909 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces