Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

France : Valls appelle les électeurs de Gauche à voter pour la Droite, Sarkozy lui n'en veut pas

Manuel Valls a appelé lundi soir sur TF1 à voter pour les listes de droite face au FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie où le PS s'est retiré, ainsi qu'en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, où le candidat socialiste se maintient contre le mot d'ordre de son parti.



Pour sa première intervention publique depuis les résultats du premier tour dimanche soir, le Premier ministre a également affiché son soutien aux 10 candidats socialistes et radicaux en lice dans les autres régions métropolitaines, et critiqué la position "ni retrait, ni fusion" adoptée par Nicolas Sarkozy et Les Républicains en vue du second tour.

NouvelObs.Com



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

127.Posté par stirn melinx leader le 14/12/2015 09:19
Dans un climat sécuritaire pesant après les attentats du 13 novembre, le Front national est arrivé en tête dans six des 13 régions que compte la nouvelle carte territoriale. Une estimation nationale de l’institut Ipsos crédite le FN de 27,2% des suffrages, suivi de près par LR (27%) puis du PS à 24%. Selon ce même institut, EE-LV totaliserait 6,6% des voix et le Front de gauche 4%.
Le Parti socialiste, arrivé en 3e position derrière le FN et le parti les Républicains en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Paca et dans le Grand Est a décidé de se retirer. Mais dans cette dernière région, la tête de liste socialiste, Jean-Pierre Masseret, refuse de le faire.

126.Posté par xavier zulu le 10/12/2015 14:39
cette crise qui s'explique par des avances politiques est un manquement de la bonne marche et du fonctionnement des socialistes, un désastre qui s'explique à une absence de maturité.

125.Posté par Kanga Zoto le 10/12/2015 14:27
"Il dénigre, fustige, insulte ceux qui ne pensent pas comme lui; il n'y a qu'un mot pour le décrire, il est sectaire", a lancé aussi Valérie Pécresse lors d'un meeting mercredi soir à Issy-les-Moulineaux. Autour d'elle sur la scène, tous les représentants de tous les courants de la droite, y compris les plus proches de la Manif pour tous. Aux côtés du centriste Jean-Christophe Lagarde, on retrouvait notamment Rachida Dati, Patrick Balkany ou Christine Boutin. Celle qui avait déjà affirmé avant le premier tour que son programme est "clairement de droite" remet en avant dès qu'elle le peut ses propositions le plus à même de séduire l'électorat frontiste. Il en va ainsi de son "un bouclier de sécurité". Celui-ci passe par la vidéosurveillance dans les transports en commun, l'achat d'armes aux policiers municipaux ou le financement de rénovation de casernes de gendarmerie.

124.Posté par Kanga Zoto le 10/12/2015 14:27
Et pour ramener à elle son électorat, la députée des Yvelines et ses a un discours bien rôdé également. Dans son viseur, c'est "le système Bartolone". La candidate du parti Les Républicains ne manquent jamais une occasion de rappeler que son rival est élu de Seine-Saint-Denis, un département qu'il a dirigé plusieurs années. L'une de ses affiches de campagne propose même le slogan suivant. "Nous ne voulons pas devenir la Seine-Saint-Denis de Bartolone. Voter Saint Just = Voter Bartolone".

123.Posté par Kanga Zoto le 10/12/2015 14:27
En développant cet argumentaire, Claude Bartolone sait parfaitement ce qu'il fait. Il cherche à mobiliser l'électorat de gauche sur des thématiques rassembleuses. Le report des voix écologistes et du Front de gauche sont en effet cruciales si le PS veut garder la région capitale. A l'inverse, Valérie Pécresse a peu de réserves de voix. Et les siennes sont surtout à chercher du côté de la droite, voire à l'extrême-droite.

122.Posté par Kanga Zoto le 10/12/2015 14:26
Exemple avec des propos tenus par Claude Bartolone dans L'Obs. Le député de Seine-Saint-Denis accuse sa rivale de "tenir les mêmes propos que le FN". "Elle utilise une image subliminale pour faire peur. Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux", dénonce le candidat socialiste. Quelques mots qui ont provoqué un tollé à droite. "Ces déclarations qui m'accusent de racisme provoquent un haut-le-cœur en chaîne. C'est abject et j'ai honte pour la politique", a répondu Valérie Pécresse sur LCI quand son porte-parole Geoffroy Didier estime auprès du Figaro que Claude Bartolone "n'est plus digne de rester président de l'Assemblée". "Et en Île-de-France, il veut faire croire que Valérie Pécresse est l'enfant naturel de Mussolini et d'Eva Braun? Je lui demande de s'excuser et de retirer ce qu'il vient de dire", exhorte sur Europe 1 le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde. Même demande d'excuses pour François Fillon.

121.Posté par takata le 10/12/2015 14:26
Mais avant même ces premières réactions, Claude Bartolone a remis un couche lors de son grand meeting d'entre-deux-tours. A Créteil où il était accompagné d'Emmanuelle Cosse (EELV) et Pierre Laurent (Front de gauche) avec qui il a fusionné ses listes, le candidat socialiste s'est à nouveau demandé "ce qu'il reste de républicain quand ils font cette insupportable danse du ventre aux électeurs FN à grand coup de race blanche". Il a ensuite enchaîné a dit ce que deviendrait une Ile-de-France dirigée par Valérie Pécresse. "Notre région, ils veulent la mettre en rang, en uniforme, un serre-tête dans les cheveux. Mais ce n'est pas ça l'Ile-de-France, elle a les cheveux lâchés, elle est libre, elle est progressistes, elle est blanche, elle est black, elle est jaune, elle est beure, c'est ça l'Ile-de-France", a-t-il lancé.

120.Posté par Kanga Zoto le 10/12/2015 14:25
Exemple avec des propos tenus par Claude Bartolone dans L'Obs. Le député de Seine-Saint-Denis accuse sa rivale de "tenir les mêmes propos que le FN". "Elle utilise une image subliminale pour faire peur. Avec un discours comme celui-là, c'est Versailles, Neuilly et la race blanche qu'elle défend en creux", dénonce le candidat socialiste.

Quelques mots qui ont provoqué un tollé à droite. "Ces déclarations qui m'accusent de racisme provoquent un haut-le-cœur en chaîne. C'est abject et j'ai honte pour la politique", a répondu Valérie Pécresse sur LCI quand son porte-parole Geoffroy Didier estime auprès du Figaro que Claude Bartolone "n'est plus digne de rester président de l'Assemblée". "Et en Île-de-France, il veut faire croire que Valérie Pécresse est l'enfant naturel de Mussolini et d'Eva Braun? Je lui demande de s'excuser et de retirer ce qu'il vient de dire", exhorte sur Europe 1 le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde. Même demande d'excuses pour François Fillon.

119.Posté par jean paul ngo le 10/12/2015 14:24
Il y a bien trois candidats en lice mais les deux favoris font comme s'ils étaient en duel. Claude Bartolone et Valérie Pécresse ont franchi un cap dans les invectives alors que deux sondages réalisés depuis le premier tour les donnent à touche-touche. Que ce soit en débat, par meeting interposé ou dans des interviews, le président socialiste de l'Assemblée nationale et l'ancienne ministre du Budget de Nicolas Sarkozy s'échangent coup pour coup. Avec des arguments qui sont parfois à la limite mais qui font partie d'une véritable stratégie de campagne.

118.Posté par jean paul ngo le 10/12/2015 14:23
Elections régionales en Ile-de-France: La campagne d'entre-deux tours s'envenime sérieusement.

117.Posté par panghoud moise le 10/12/2015 14:21
Odoxa pour BFMTV et Le Parisien, le Front national dispose une fois encore d'une légère avance sur ses principaux concurrents. Le parti frontiste est cette fois crédité de 30 % des suffrages contre 29 % pour les listes de droite et du centre et 22 % pour le PS, très nettement distancé. Les listes du Front de gauche arrivent cette fois en troisième position à 7 % devant EELV à 4,5 %. Ce bloc atteindrait donc 11,5 % dans le rapport de force national. Les listes DLR de Nicolas Dupont-Aignan sont créditées de 2,5 % des voix, celles des l'extrême gauche de 2 %, devant l'UPR à 1 %.

116.Posté par Brice bakana le 10/12/2015 14:21
le sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions et Radio France, le FN reste en tête des intentions de vote ce vendredi, dernier jour de publication de sondages, la campagne se terminant officiellement à minuit. Le parti de marine Le Pen est crédité de 29,5 % des suffrages, devant les listes LR-UDI-MoDem à 28,5 % et les listes PS-PRG à 23 % au premier tour de scrutin. Les listes EELV sont créditées de 7 % des voix, le Front de Gauche de 4 % et Debout la France de 3,5 %. Les autres listes (Lutte Ouvrière, UPR, régionalistes, divers droite..) recueilleraient moins de 1 %.

115.Posté par panghoud moise le 10/12/2015 14:20
Selon un ultime sondage Harris pour 20 Minutes dont les résultats ont été diffusés dans les dernières heures de la campagne ce vendredi 4 décembre 2015, le Front national est donné vainqueur d'une courte tête de ce premier tour des élections régionales avec 28 % des intentions de votes à l'échelle nationale. Le rapport de force national donne les listes LR-UDI en seconde positions à 27 % et les listes PS-PRG à 24 %. Les listes EELV, seules ou avec le Front de gauche, sont créditées de 6 % des voix, le Front de gauche et le PC seuls de 5 % et Debout la France de 4 %. Les autres listes sont sous les 3 %.

114.Posté par ken mwana mboka le 10/12/2015 14:20
Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria pour France Télévisions, publié dimanche, plus de la moitié des sondés (51 %) se dit opposée à une fusion des listes de gauche et de droite pour faire barrage au FN. Si à gauche, les personnes interrogées sont plus ouvertes sur cette question (82 % des électeurs du PS, 76 % d'EELV), ce n'est pas du tout le cas à droite (56 % favorables) ni au Front de gauche (53 %). Le retrait semble beaucoup plus acceptable dans l'esprit des électeurs. Dans les régions où la gauche est en troisième position et où le FN est en mesure de l'emporter, 56 % des personnes interrogées se disent pour un retrait de la gauche (dont 62 % de ses propres électeurs). Ce retrait n'est pas envisagé en revanche à droite, 57 % des électeurs LR-UDI-MoDem se disant contre le désistement de leur parti.

113.Posté par TMC le 10/12/2015 14:19
Le sondage Harris Interactive pour M6 réalisé dimanche, au soir même du premier tour, la droite devrait gagner les élections régionales 2015. Les résultats des régionales, anticipés sous la forme d'intentions de vote par l'institut et se basant sur l'hypothèse d'une triangulaire, donnent les listes LR-UDI à 35 % devant les listes de gauche à 34 % et les listes du FN, en troisième position à 31 %. Le sondage indique que les électeurs du Front de gauche seraient 97 % à se reporter sur une liste d'union de la gauche au second tour et que les électeurs d'EELV seraient 81 % à faire de même. Ces derniers sont en revanche 17 % à voter au contraire pour une liste de droite. Selon Harris enfin, 44 % des électeurs pronostiquent une victoire de la droite et du centre à l'issue du second tour. Ils ne sont en revanche que 35 % à la souhaiter contre 37 % pour la gauche. 27 % des personnes interrogées souhaitent une victoire du Front National au second tour. 59 % des sondés se disent favorable au front républicain et au retrait des listes de gauche arrivées en 3e position.

112.Posté par ken mwana mboka le 10/12/2015 14:18
Selon un sondage Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui publié le 8 décembre, la droite obtient 59 % des intentions de votes là où elle est opposée en duel au Front national. Mais le nombre d'indécis est particulièrement élevé puisque 36 % des sondés n'ont pas exprimé d'intentions de vote. Dans la cas d'une triangulaire, les électeurs se porteraient également en majorité vers une liste LR-UDI-MoDem (35 %), un petit point seulement au dessus des listes de gauche (34%). s'il semble pouvoir s'imposer dans quelques régions, le FN est distancé dans ce sondage puisqu'il est crédité de 31 % des intentions de votes. cette fois, 21 % des personnes interrogées n'ont pas exprimé d'intentions de vote. 54 % des sondés enfin estiment que la gauche doit se retirer ou fusionner ses listes là où elle a peu de chances de l'emporter.

111.Posté par ken mwana mboka le 10/12/2015 14:18
La liste des autres candidats FN : dans les autres régions, les têtes de listes frontistes sont connues depuis le 17 avril et ont été validées lors d'un bureau politique du parti. Toutes ont été qualifiées au 2e tour. Sophie Montel est candidate en Bourgogne, Franche-Comté, Pascal Gannat en région Pays-de-la-Loire et Gilles Pennelle en Bretagne. Christophe Boudot est candidat en Auvergne-Rhône-Alpes, Philippe Loiseau dans le Centre, Jacques Colombier en Aquitaine, Limousin, Poitou-Charentes, Christophe Canioni en Corse.

110.Posté par TMC le 10/12/2015 14:17
Dans le Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Marine Le Pen, présidente du FN, est tête de liste du parti et espère bien l'emporter. Dans la région PACA, Marion Maréchal-Le Pen est la tête de liste officielle du Front national. Elle a été concurrencée à l'extrême droite par une liste de Jacques Bompard qui n'a pas su rivaliser (1,12 %) eu 1er tour. Florian Philippot est quant à lui candidat en Alsace-Lorraine, Champagne-Ardennes. Louis Alliot mène la liste FN en Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées. Nicolas Bay est candidat en Normandie, Wallerand de Saint-Just en Ile-de-France;

109.Posté par Edouard Dzon le 10/12/2015 14:17
Au Front national, après des départementales prometteuses, on compte sur cette élection régionale pour franchir une nouvelle étape vers l’émergence d’un véritable parti de gouvernement en 2017. Le cas Jean-Marie Le Pen semblant presque soldé, et le premier tour des régionales ayant offert un score historique au FN, la prise d’une voire de plusieurs régions est désormais la priorité. Trois à quatre semblent visées en priorité : le Nord-Pas-de-Calais, Picardie bien sûr, avec Marine Le Pen, mais aussi la région PACA avec sa nièce Marion Maréchal-Le Pen, et pourquoi pas l’Alsace, Champagne-Ardennes, Lorraine avec Florian Philippot ou le Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées avec Louis Alliot.

108.Posté par TMC le 10/12/2015 14:17
La liste des autres candidats de droite et du centre. Toutes les autres têtes de listes des élections régionales 2015 pour la droite et le centre : dans la région Aquitaine, Poitou-Charentes, Limousin, Virginie Calmels, première-adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, s'engage de nouveau dans la bataille des régionales pour ce 2e tour. En Corse, le député Camille de Rocca Serra et l'ancien ministre José Rossi ne sont pas parvenus à trouver un accord dès le 1er tour. Ils devraient fusionner leurs listes au second. Dans les Pays-de-la-Loire, une des régions à n’avoir pas bougé après la réforme, c’est Bruno Retailleau qui porte le flambeau de LR, tandis qu'en Bretagne, région également inchangée, LR est représenté par Marc Le Fur.

1 2 3 4 5 » ... 7

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21098 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11979 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces