Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Ethiopie : Les questions de sécurité dominent le 26ème sommet de l’UA

La 26ème Conférence des Chefs d’Etats et de gouvernement de l’Union africaine (UA) se tient les 30 et 31 janvier 2016 à Addis-Abeba, en Ethiopie. Bien qu’il soit placé sous le thème «2016, Année africaine des droits de l’homme, en accordant une primauté aux droits de la femme», ce sommet reste dominé par les questions de paix et de sécurité.



Prélude à la rencontre des Chefs d’Etat et de gouvernement, le Conseil exécutif de l’UA s’est réuni du  27 au 29 janvier dernier. Quatre questions brûlantes étaient au menu de cette rencontre : la crise au Burundi, la montée du terrorisme, l’impasse au Soudan du Sud, le problème des droits de l’homme et des constitutions bafouées.
 
Les travaux ont pris fin sur une note de satisfaction pour le Congo, l’Algérie et le Burundi, qui ont été élus au Conseil de paix et de sécurité, l’une des institutions clés de l’UA.

La délégation congolaise, qui est conduite par le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Jean-Claude Gakosso, a pris part à différentes réunions. Parmi lesquelles, la réunion du Comité des Dix (C10) de l’UA sur la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU.

L’Afrique fait pression pour obtenir deux sièges au Conseil de sécurité de l’ONU. Les Chefs d’Etats et de gouvernement qui ont été mandatés par leurs pairs présenteront les conclusions du sommet tenu les 14 et 15 janvier dernier à Windhoek, en Namibie.

Déjà, tous les intervenants à la rencontre du Conseil exécutif sur cette question ont appelé les pays africains à s’unir et à élever leurs voix contre ce qu’ils appellent par «Cour injustement créé pour les Africains». Ils ont plaidé pour la mise en place effective, de la Cour africaine des droits de l’homme, qui aura pour mission de juger les crimes africains.

Jean-Claude Gakosso a également conféré avec la présidente de la commission de l’UA, Mme Dlamini Kozasana Zuma, et avec le représentant spécial du secrétaire général de l’ONU pour l’Afrique centrale Abdoulaye Bathily.

Avec ces deux personnalités, le chef de la diplomatie congolaise a abordé la tenue de la présidentielle anticipée dont le premier tour aura lieu le 20 mars prochain. A ce sujet, Abdoulaye Bathily a déclaré qu’il comptait sur la sagesse du Président Denis Sassou N’Guesso pour que le scrutin se déroule dans l’apaisement. Par ailleurs, il a promis effectuer une mission à Brazzaville dans les prochains jours.

Gos-Gaspard Lenckonov



Commentaires articles

1.Posté par Valèe Lékoumou le 30/01/2016 06:44
Les Africains attendent des bonnes résolutions. Les chefs d'Etat et de gouvernement doivent prendre leurs responsabilités, afin que l'Afrique sorte de joug occidental.

2.Posté par sylvie ngunga le 30/01/2016 08:07
L Afrique en croisé de chemin ,l Afrique perdure dans son élan au développement et l insécurité y réside dans certains pays ,des résolutions doivent systématiquement se faire afin d atteindre des résultats positif .le sommet de l union africaine est la marche ou tous les chefs d état pourront par leurs sagesse y mettre fin aux défis lié a l insécurité sur le continent. Et bien sur d autres enjeux doivent être aussi traité les présidentielles en cette année 2016 sera le cas de plusieurs pays .

3.Posté par gouhala ondon le 30/01/2016 08:13
le danger de l'Afrique c'est Le salafisme djihadiste, Il n’est pas qu’une pratique religieuse, mais la construction d’une identité politico-religieuse totalitaire qui se concrétise dans sa prétention à représenter l’ensemble des musulmans de la planète La stratégie de ghettoïsation qu’il souhaite imposer à la Afrique toute entière musulmane s’exprime à travers des revendications clivantes sans cesse renouvelées (alimentaires, vestimentaires, comportementales, scolaires…) voila comment se 26e conférence doit aborder ces question de sécurités

4.Posté par leslie obomadoki le 30/01/2016 08:53
Actuellement en Afrique, la paix et la sécurité deviennent le socle des dirigeants africains à vouloir instaurer définitivement dans nos Etats. Ce que l'Afrique est entrain de vivre est atroce. Depuis quelques temps plusieurs événements apocalyptiques sévissent le commun des mortels. De part et là nous remarquons la montée en force de certaines milices africaines à l'instar de Boko Haram qui fait couler le sang des innocents africains. Personnellement le 26eme sommet de l'Union Africaine devrait aussi porté certaines mesures primordiales pour savoir comment faire éradiquer ces fléaux. L'Afrique qui est autre que le berceau de l'humanité devient elle un champ de bataille? L'union Africaine a t'elle la capacité de faire face à ces différents maux qui veulent engloutir l'Afrique dans une zone d'ombre ou les pleures et le sang feront le quotidien des africains?. sachez le l'Afrique n'est pas un champ de bataille. Nous africains avisés nous nous battrons toujours âme et corps pour sauver notre belle "Afrique".
L'Afrique de Nelson Mandela .........................

5.Posté par boudouin mouyaya le 30/01/2016 08:59
Il serait important pour nous africain surtout lors des rencontres comme ça de réellement s' engagé dans la lutte planétaire, globale contre l’Occident, d'abord car ce sont eux qui soutiennent ces salafisme djihadiste ensuite s'occuper des autres pratiques de l’islam. Cette vision totalitaire cherche à imposer ses règles, à rejeter les formes républicaines et à légitimer au moins intellectuellement l’usage de la violence, qu’elle présente comme vengeresse.

6.Posté par zacle le 30/01/2016 09:47
Depuis un certain moment l'Afrique est en permanente insécurité avec l'avènement des groupes islamistes boko haram.Ces groupes terroristes frappent n'importe quand et surtout là où il ya les intérêts occidentaux .Hormis cela, l'insécurité se créée aussi du fait de ne pas vouloir assurer l'alternance dans certains états, le respect des lois fondamentales pose problèmes.

7.Posté par FABIOLA la fifille au grand (stade) le 30/01/2016 10:04
La population attende des bonne résultat venant des chef d'état et de ces gouvernement qui doivent prendre des mesure de sécurité afin qu'il y'ait la stabilité en Afrique.

8.Posté par David Makoungou le 30/01/2016 11:17
Nous en sommes surs et certains qu'ils trouveront et dégageront des bonnes décisions pour la pacification des pays ou zones en conflits comme c'est le cas au Burundi et Sud Soudan; le continent Africain a besoin de la stabilité pour émerger sinon nous n'avancerons jamais.

La sécurité ne pouvait que dominée ce sommet car l'Afrique notre continent connait les crises et conflits armés les plus sanglants de son histoire.

9.Posté par James Massoumba le 30/01/2016 11:17

Que la maturité, sagesse et bon sens animent tous ceux qui prennent part à ce 26ième sommet de l'UA à Addis-Abeba car les Africains comptent sur eux et sur cette grande retrouvaille.

La paix est indispensable pour l'émergence et développement de nos états et du continent Africain.

10.Posté par Karl Massingui le 30/01/2016 11:22
Que les pays africains prennent les choses en mains afin que la problématique de la sécurité trouve enfin une solution durable, depuis un certain temps les gouvernants africains ne parviennent toujours pas à trouver des solutions contraignantes visant à mettre fin aux conflits armés que les Burundais et Sud Soudanais vivent. Je pense qu'ils n'y sont pas allés pour la bonne forme ou faire juste un acte de présence, nous voulons et souhaitons que les vraies solutions soient trouvées pour sortir l'Afrique de cette impasse sécuritaire.

11.Posté par Junior olembo le 01/02/2016 11:00
La paix et la sécurité restent les seuls éléments indispensables pour la consolidation de l'unité de l'Afrique et à travers ce thème sur le respect de droits de l'homme et sur la primauté des droits de la femme,empecheront la montée de la dictature qui aujourd'hui est devenue le propre des africains

12.Posté par Paul MASSAMBA le 02/02/2016 09:51
La question sur la sécurité et le respect de droit de l'homme sont des majeurs et imposrtants que soulèvent les plénipotentiaires africains à Addis-Abeba. Le sujet du contre-terrorisme et les droits de l'homme a suscité un intérêt considérable depuis la création du Comité contre le terrorisme en 2001. Dans sa résolution 1456 (2003) et dans des résolutions ultérieures, le Conseil de sécurité a souligné que les États doivent veiller à ce que les mesures qu'ils prennent pour lutter contre le terrorisme soient conformes à toutes leurs obligations internationales et respectent les normes du droit international, en particulier les instruments relatifs aux droits de l'homme, au droit des réfugiés et au droit humanitaire.

Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 20102 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11429 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces