Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Edith Lucie Bongo Ondimba : Gabonais et Congolais s’en souviendront toujours !


Edith Lucie Bongo Ondimba, la défunte première Dame du Gabon, feue fille aînée du Président Denis Sassou N’Guesso, était une femme de cœur, une femme engagée pour les bonnes œuvres. Le Congo et le Gabon, ses pays ; l’Afrique, son continent ; et le monde entier ne cesseront jamais de la pleurer.



Il y a huit ans (14 mars 2009 - 14 mars 2017), disparaissait Edith Lucie Bongo Ondimba  à l’âge de 45 ans. Née  le 10 mars 1964 à Brazzaville, elle était titulaire d’un Doctorat en médecine, obtenu en 1989 à Brazzaville.

Elle devient l’épouse de feu Président gabonais El Hadj Omar Bongo Ondimba en août 1990. Mère de deux enfants, Yasmine et Omar Denis, Edith Lucie Bongo Ondimba  était vouée à la cause des enfants en difficulté.

Au Gabon, elle a laissé la Fondation Horizons Nouveaux, une institution destinée à aider les enfants en détresse et les handicapés. Dotée d’infrastructures et s’étendant sur 5800 m2, cette Fondation est la matérialisation d’une devise qui a été chère à Edith Bongo Ondimba : «Un enfant, un être, un avenir qui a besoin de vous».
 
L’ex-première Dame du Gabon a laissé aussi la polyclinique El Rapha, un établissement médical bien connu au Gabon et dont elle était présidente du conseil d’administration. Edith Bongo Ondimba était également la fondatrice du complexe scolaire ultramoderne Michel Dirat, ayant pour vocation de contribuer à la formation de l’élite de demain.
 
Les Gabonais honnêtes affirment qu’Edith Bongo Ondimba «a rempli avec succès sa mission en qualité de première Présidente de l’Organisation des premières dames d’Afrique contre le SIDA (OPDAS) de 2002 à 2004», mais également sa mission en qualité de dirigeante de  l’antenne gabonaise de cette organisation dont les principales missions consistent à mobiliser des fonds en faveur des femmes et des enfants victimes du VIH/Sida. 

Ils soutiennent aussi en substance que ses plaidoyers pour la prise en charge des personnes atteintes du VIH/Sida ont permis de créer des Centres de traitement ambulatoires (CTA) au Gabon. Lesquels centres ont contribué efficacement à la baisse des coûts des antirétroviraux et aidé bien de malades démunis.

Membre de l’Association Médecins du Monde, une organisation non gouvernementale pour laquelle elle présidait l’antenne du Gabon, Edith Bongo Ondimba était également présidente d’honneur de la Société Gabonaise de Pédiatrie et de la Société Française de Médecine.

Très courageuse et toujours proche de son époux, elle avait été élue présidente d’honneur de l’Union des femmes du Parti démocratique gabonais (UFPDG), en juillet 2003. Le legs d’Edith-Lucie Bongo Ondimba à ses compatriotes gabonais n’est pas exhaustif.

Femme dotée d’un charisme hors du commun, elle a été une vraie conseillère spéciale de son père Denis Sassou N’Guesso. Edith-Lucie Bongo Ondimba a beaucoup contribué à la réconciliation des Congolais après les guerres du 5 juin 1997 et de 1998-1999.  
Médaille de Reconnaissance des laboratoires Mérieux (mai 1996), elle était également titulaire de la Légion d’honneur (France).

Alors qu’elle était encore en train de réaliser ses projets, est tombe malade. Hospitalisée d’abord en France, elle a été ensuite transférée au Maroc où elle a passé plus de deux ans. Elle quitte cette terre le samedi 14 mars 2009 à 16h20 GMT à Rabat.

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces