Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Dialogue alternatif de l’opposition radicale : Une conspiration pour l’insurrection

L’opposition radicale a organisé un dialogue alternatif dans la capitale Brazzaville, du 26 au 29 juillet 2015. Le but était de marquer sa distance par rapport au dialogue national sans exclusive tenu quelques semaines auparavant à Sibiti, dans le département de la Lékoumou. Pour les opposants radicaux, le dialogue de Sibiti, auquel ont pris part toutes les forces vives de la nation, est un échec. Il n’a été qu’un simple monologue dans la mesure où une très large majorité des participants s’est prononcée pour le changement de la constitution. D’où le dialogue alternatif qui s’est penché sur les mêmes questions que Sibiti, à savoir la gouvernance électorale et le changement de la constitution en vigueur.



Dialogue alternatif de l’opposition radicale : Une conspiration pour l’insurrection

Ce dialogue dit alternatif, qui apparait comme une bombe à retardement, n’a été, à notre avis, qu’une occasion trouvée par cette opposition radicale de justifier leur absence de Sibiti etde conforter leur projet politique orienté vers la violence et l’insurrection populaire, afin d’accéder vite et rapidement au pouvoir.

Les participants à ce dialogue ne sont que des gens qui boudent délibérément la démarche démocratique concertée, engagée par le Président Denis Sassou N’Guesso. Ils appellent chaque jour à la violence et à l’insurrection, parce qu’ils ont peur de la décision du peuple souverain, qui approuve largement le processus enclenché par le Chef de l’Etat.

Il semble aberrant de dire que le dialogue de Sibiti est un échec, un monologue. C’est une preuve de mauvaise foi envers le pays et le peuple congolais qui a suivi les travaux de Sibiti avec beaucoup d’intérêt, car le consensus trouvé lui permet de décider souverainement de son avenir.

Loin de susciter l’adhésion du peuple, le dialogue alternatif de l’opposition radicale n’a fait qu’installer la psychose au sein de la population congolaise, qui a compris le jeu dangereux auquel se livre cette opposition. Ce qui justifie la réaction spontanée des jeunes de Moungali, qui ont dit clairement leur rejet de la violence. Ce dialogue est donc un feu vert pour la violence et le soulèvement. C’est ce qui ressort des conclusions dudit dialogue qui appellent le peupleà s’opposer au référendum qui, pourtant, demeure un moyen démocratique destiné au libre arbitrage du peuple.

Après ce dialogue alternatif, l’on comprend aisément que l’opposition radicale a fait le choix de la violence et de l’insurrection à l’instar du Burundi ou du Burkina Faso, dans le seul but d’accéder au pouvoir rapidement. Ce qui n’est pas du goût du peuple qui refuse de cautionner ce genre de comportement et s’oppose à toutes formes de violence. En effet, conscient des acquis actuels dont il ne veut absolument pas perdre à cause des hommes politiques irresponsables qui ne pensent qu’à leurs propres intérêts, le peuple congolais marque son adhésion aux valeurs de paix et réfute toute manipulation ou instrumentalisation ethnique ou régionaliste à des fins politiques. Il ne veut pas revenir en arrière. Tous les discours visant à ramener le pays en arrière ne trouveront jamais leur compte auprès du peuple

Le Congo est un et indivisible. Personne n’a le droit de monter les Congolais, les uns contre les autres, en s’appuyant sur l’ethnie ou la région, pour satisfaire son désir du pouvoir. L’année 2016 se pointe à l’horizon et tous ceux qui aspirent à la magistrature suprême doivent travailler à préparer leur projet politique, économique et social pour le Congo, au lieu de passer leur temps à appeler le peuple à la violence et à l’insurrection. Car, au bout du compte, c’est leur personnalité et leur projet pour ce pays qui feront que le peuple les choisisse comme président de la république et non le contraire. Dieu seul sait ce que tous ceux-là qui veulent le pouvoir aujourd’hui ont dans leurs têtes. 

Vouloir le pouvoir à tout prix sans avoir un projet politique, est une attitude fantaisiste que le peuple congolais ne saura tolérer. Car, c’est à lui seul, le peuple congolais, que revient la dernière décision, comme il est de coutume dans tous les pays démocratiques de la planète.


Max Goma (Cap2016.Club)



Commentaires articles

1.Posté par max goma le 07/08/2015 12:50
le dialogue alternatif est une simple rencontre entre les opposants au changement de la constitution du 20 janvier 2002. il s'agissait simplement pour eux de réunir pour conspirer contre l'état et orchestrer un soulèvement en s'inspirant des pays comme le Burkina Faso et le Burundi. ce qui est non sens car ces pays n'ont rien avoir avec le Congo. le peuple congolais n'empruntera jamais la voie de la violence.

2.Posté par samos packa le 07/08/2015 13:32
Ce dialogue alternatif qui a réuni les boukouteurs d'hier vient de montrer leur mauvaise foi envers le président de la république qui a fait d'eux ce qu'ils sont devenus aujourd'hui. Personne parmi eux ne parle des bienfaits du président Sassou qu'il ne cesse de stigmatiser partout . La nation a compris cet adage: " ON NE PEUT JETER LES PIERRES QUE SUR UN ARBRE QUI PORTE DES FRUIT".

3.Posté par junior olembo le 10/08/2015 14:45
le dialogue alternatif de l'opposition a montre la bassesse de l'opposition car en refusant de dialoguer aujourd'hui avec les autres ne prouve en rien qu'elle est une opposition responsable plutôt voue à une intention d'emmener le pays dans le chaos total car il ne faut pas avoir peur de négocier mais ne négocier jamais dans la peur Car quand t'arrivera le moment où tout le monde vous tournera le dos ne revenez plus dire que j'avais été dupé

4.Posté par Bernard Okombi le 18/08/2015 17:49
d'aucun qualifie le dialogue de Sibiti de monologue, du fait de leurs absences soulignons que cette absences est le fruits de leurs propres volontés de boycotter cette assise qui n'est venu que pour trouvé un compromis selon les normes de la démocratie consolidant ainsi la paix et l'unité nationale. ce faisant la présence d'imminent opposant très influant ces faites remarquées ce qui attenue donc tout le venin des mauvaise langues de l'opposition qui s'avère être des ennemis de cette nation. seul le peuple est en mesure de trancher en fonction de son vécu actuel la question sur le changement où non de la constitution car c'est lui le souverain. il n'y a donc pas de raison de s'opposer à un referendum sinon que pour servir ses intérêts personnel.

5.Posté par ITOBA NIANGUI PROSPER le 22/08/2015 15:26
Le Dialogue alternatif n'est pas un dialogue de paix, c'est une rencontre destiner à semer la violence pour déstabiliser le régime en place. Et la victime de cette violence c'est le peuple. Or l'opposition, en s'éloignant de la logique démocratique, perd le bon sens. Or la paix est la chose la mieux partagée au Congo.

6.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 12/12/2015 16:03
Malheureusement pour eux, le peuple n'a pas été séduit par leur projet inhumain.
Je qualifie les tenants de cet auditoire des pasteurs du diable.
S'ils s'étaient montrés convaincants, le Congo serait au jour d'hui l'enfer et Brazzaville le PANDEMONIUM.

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22303 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12633 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces