Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Denis Sassou N’Guesso à Paris pour les 100 ans de la fin de la 1ère guerre mondiale


Brazzaville, 10 novembre (CONGO-SITE) - Le Chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso est depuis hier 9 à Paris (France), où il pendra part, demain 11 novembre, aux commémorations du centenaire de l’armistice des cents ans de la première guerre mondiale.



Le Président congolais répond à l’invitation de son homologue français, Emmanuel Macron, qui se trouve, au moment où nous mettons sous presse, avec Angela Merkel, à Rethondes, dans la clairière où fut signé l'armistice en 1918.
 
Le Président français a eu raison d'inviter des chefs d’Etat africains à cette douloureuse commémoration. Car, l'Afrique a payé un lourd tribut à cette guerre  de 1914 à 1918. Et, un siècle après la fin de cette guerre mondiale, on ne connait toujours pas, précisément, le nombre des soldats africains morts ou disparus à Verdun, au Chemin des Dames, aux Dardanelles... On suppose qu’ils étaient environ 45.000, soit un peu plus de  3% des morts français de la grande guerre.
 
Jusque-là, on connaît pas aussi exactement les noms de ces soldats africains. Il semblerait qu’ils s’appelaient Ouédraogo, Traore, Ouattara, Belkacem, Harbi. Cependant, aucun monument aux morts ne recense ces noms. L’on retient seulement, avec certitude, que l'Afrique a payé un lourd tribut dans ce conflit sur le sol européen.
 
Les soldats africains avaient été recrutés au cours de la première guerre mondiale pour compenser les lourdes pertes de l'armée française. Au total, l’Afrique a perdu près de 45.000 hommes, ce qui représente un peu plus de 3% des morts français de la Grande guerre.
 
L’Afrique a fourni à la France : 165.000 soldats venus de l’Afrique ­Occidentale française (AOF) ; 18.000 de l’Afrique Equatoriale française (AEF) ; plus de 172.000 Algériens musulmans ; près de 100.000 Tunisiens et Marocains ; 40.000 Malgaches. Ils ont été engagés à la fois sur le front de France, aux Dardanelles et sur le front d’Orient (les Balkans).
 
Ces soldats avaient été incorporés dans les bataillons dits de «tirailleurs sénégalais». Au moins 30.000 d’entre eux ne sont pas rentrés et 36.000 ont été blessés. Mais, la France a longtemps occulté la mobilisation de ces hommes.
 
Pour honorer tous les soldats tombés à l’occasion de conflit, les commémorations de la fin de cette guerre vont rassembler plus de cent dirigeants du monde à Paris, précisément à l’Arc de triomphe.
 
Outre ces commémorations, le Chef de l’Etat congolais sera aux côté des ses pairs du monde pour participer au premier forum sur la paix, destiné à formuler des propositions concrètes sur la paix et la gouvernance mondiales, sous tous leurs aspects. Ce sommet durera jusqu'au 13 novembre prochain. Au regard de son attachement à la paix et à la stabilité dans le monde, Denis Sassou N’Guesso apportera sa contribution au débat.
 
Ces rencontres permettront aux présidents français et congolais de resserrer liens de coopération qui existent entre leurs deux pays, dont l’histoire s’est confondue, à un certain moment de leur vie.

Gos-Gaspard Lenckonov



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 15962 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 8994 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces