Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Contribution de MTN Congo à la campagne de lutte contre le cancer


Brazzaville, 10 janvier - PUBLI-REPORTAGE- La société de téléphonie mobile MTN Congo a contribué à la campagne de lutte contre le cancer, à l’occasion de la 1ère édition d’«Octobre rose ».



Le 30 octobre 2018, à la mairie de Brazzaville, la ministre de la Santé et de la Population, Mme Jacqueline Lydia Mikolo, a procédé à la clôture de la campagne dénommée « Octobre rose 2018», lancé le 9 octobre. Cette campagne était dédiée à la sensibilisation des communautés au dépistage du cancer du sein. Une problématique de santé publique au Congo-Brazzaville, qui n’a pas laissé indifférente la société leader de la téléphonie mobile, MTN Congo.

A travers son bras social, la Fondation MTN Congo, elle s’est impliquée aux côtés du gouvernement, des ONGs et d’autres associations, des professionnels de la santé, dans cette campagne de lutte contre cette grave pathologie.

« Aucune famille ne peut se prétendre d’être épargnée», a fait remarquer la ministre Mikolo, appelant les professionnels de santé, les organisations non gouvernementales et les associations à se mobiliser pour «une réponse efficace et efficiente contre ces maladies…».

Le cancer du sein continue de faire beaucoup de victimes à travers le monde. «Chaque année, dans le monde, ce sont près de 1,38 million de nouveaux cas et 458.000 décès dus au cancer du sein », a indiqué, à cette même occasion, le représentant par intérim au Congo de l’OMS, M. Ray Mankélé, selon qui le cancer du sein est de loin le premier cancer chez la femme, à la fois dans les pays développés et en développement.

Les femmes appelées à se faire dépister

Tout au long du mois d’«Octobre rose 2018», de multiples actions ont pu être menées pour une large sensibilisation des femmes sur la nécessité de se faire dépister du cancer du sein. Ainsi, le mercredi 10 octobre 2018, les responsables des ONG, les femmes et les professionnels de santé ont pris part dans la salle de réunion de l’hôtel Radisson de Brazzaville, à une conférence débat sur « La prise en charge de la douleur en chirurgie du cancer du sein », « L’intérêt de la recherche clinique », et sur « Le dépistage du cancer du sein et du col de l’utérus ».

Les participants ont eu l’opportunité de suivre le témoignage émouvant de Mme Pascaline Kongo qui, pendant plusieurs années, a souffert du cancer du sein. Dépistée à temps, elle a été guérie et se porte à merveille. «La prise en charge est importante. C’est une maladie qui coûte chère ; ce n’est pas facile, il y en a qui désistent, faute de moyens », a-t-elle reconnu, avant de scander «avec le cancer, la vie continue».  «Si vous constatez que votre sein présente un nodule, allez vite à l’hôpital vous faire dépister », a-t-elle conseillé.

Et dans le cadre de l’activité «Groupe de parole», un espace permettant aux patients d’exprimer leurs angoisses, leurs sentiments, leurs craintes, mais aussi leurs espoirs et d’échanger avec leurs pairs pour trouver du soutien, les participants ont pu suivre une communication sur la prise en charge psychologique du malade cancéreux reposant sur le triptyque «s’accepter, s’accrocher et vaincre ». L’objectif étant la prise en charge du patient, de susciter une solidarité agissante autour de lui et de ses proches qui souffrent tout autant.

Les femmes plus touchées par le cancer du sein

Dans notre pays, il ressort du registre du cancer de Brazzaville que de 2014 à 2015, quelque 1447 Congolais, hommes et femmes confondus, souffraient du cancer. En 2016, ce sont 612 patients cancéreux qui ont été enregistrés. Chez les femmes, 48 % de cancers étaient les cancers du sein et 33 % du col utérin.

Le jeudi 11 octobre dernier, les unités de dépistage du cancer du CHU, de l’hôpital de Talangaï et de Makélékélé, ont reçu la visite de la ministre Mikolo.

Au passage de la délégation, le responsable de l’unité de dépistage de Talangaï a voulu insister sur le fait que « le dépistage s’adresse surtout aux femmes qui n’ont pas de signes. Il faut passer au dépistage de façon régulière ».

La journée du dimanche 14 octobre a quant à elle été marquée par une marche de sensibilisation. Les marcheurs, en majorité des femmes, sont partis du rond-point de Moungali jusqu’à la Préfecture de Brazzaville. Soit une distance de près de trois kilomètres qui a permis aux uns et aux autres de perdre quelques grammes en trop.

Au « Village octobre rose » créé dans le jardin situé en face de la Préfecture, le vendredi 19 octobre, le public, hommes et femmes, ont répondu présent aux stands d’information sur cette pathologie. A travers des dépliants et autres supports, les animateurs des associations de lutte contre le cancer ont sensibilisé les visiteurs sur les cancers du sein et du col utérin.

Plus de 400 femmes examinées

Selon la cancérologue, le Pr Judith Malanda Nsondé, au cours de cette campagne, plus de 400 femmes ont été examinées et 15 d’entre elles présentant des anomalies ont été référées au CHU. « A partir de maintenant, nous n’arrêterons plus à sensibiliser les femmes dans les entreprises, les ministères, les institutions », a-t-elle déclaré.

Clôturant la campagne, la ministre Mikolo est revenue sur la gravité de cette pathologie qui devient un problème de santé publique.

Vers la gratuité du traitement

 L’un des volets le plus significatif de ce projet, a-t-elle insisté, porte sur l’accès à moindre coût des traitements innovants de meilleure qualité. Ainsi, les patients devront bénéficier gracieusement des traitements et certains examens essentiels pour le diagnostique.

Selon Mme Claudia DOSSOU représentant la Fondation MTN Congo, « face à une problématique aussi grave que celle du cancer du sein qui affecte nos communautés, nous ne pouvions rester indifférents ; c’est pourquoi nous nous sommes associés à cette campagne de sensibilisation».

De cette première édition d’« Octobre rose », les femmes ont retenu qu’elles devaient se faire dépister régulièrement. Le cancer du sein, tout comme celui du col utérin, est une maladie grave, qui peut être guérie s’il est découvert et traité tôt. C’est autour d’un gala organisé au Pefaco Hotel que les activités du mois d’octobre rose ont été cloturées.
MTN, everywhere yougo !
 

Valère Lékoumou



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 19153 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 10884 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces