Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : plus 4.000 de cas de Chikungunya signalés au Sud du pays


Brazzaville, 9avril – (CONGO-SITE) – Au moins 4 000 personnes vivant dans la quasi-totalité des régions sud du Congo sont touchées par une épidémie du chikungunya, qui risque de se propager sur l’ensemble du territoire national. Les autorités sanitaires invitent les populations à prendre des mesures préventives au nombre desquelles l’utilisation systématique de la moustiquaire, la maladie étant provoquée par des piqûres de moustiques.



Congo : plus 4.000 de cas de Chikungunya signalés au Sud du pays
Les premiers cas de cette épidémie ont été détectés en janvier dans la ville de Pointe-Noire par l’Institut national de recherches biomédicales de Kinshasa. Depuis lors, Brazzaville a pris le relais et suit l’évolution de la maladie qui touche majoritairement la couche féminine.

Selon le Dr Jean-Vivien Mombouli, directeur général du Laboratoire national de santé publique, les femmes sont les plus atteintes par le chikungunya, « par le fait que le moustique, vecteur en cause, ici, au Congo-Brazzaville, a une activité de piqûres tôt le matin et en fin de journée. Ce sont des moments où les femmes s’occupent des activités ménagères. Nous pensons que les femmes sont plus victimes pour ces raisons-là », a-t-il expliqué.

Provoqué par des piqûres de moustiques, le chikungunya présente les mêmes symptômes que le paludisme, il se manifeste également par des douleurs aiguës et les malades ont parfois des déformations.

L’épidémie de Chikungunya n’a pas encore de vaccin. Les seuls moyens de prévention consistent à se protéger contre les moustiques qui piquent principalement le jour et éliminer les gîtes larvaires. La contamination d’un homme sain est réalisée par la salive de moustiques qui ont été infectés quelques jours ou quelques semaines auparavant. Seuls les moustiques femelles piquent.

Pour apporter une riposte à cette épidémie, les autorités sanitaires ont engagé des campagnes de sensibilisation en direction des populations sur les risques en courus par cette épidémie et comment s’en prémunir.

Il est notamment conseillé de pulvériser les maisons à l’aide d’insecticides dans le but d’éliminer les moustiques, principaux vecteurs de ces deux maladies, à dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide.

Les autorités sanitaires conseillent également aux populations, jusque-là épargnées, de prendre des mesures jugées simples. « Essayer de se prémunir des piqûres de moustiques en utilisant par exemple de l’essence de citronnelle, essayer de faire la sieste sous moustiquaire et porter des habits à manches longues pour réduire la surface des piqûres », a conseillé le Dr Mombouli.

Le chikungunya est une maladie infectieuse tropicale, due à un arbovirus (noté CHIKV, pour chikungunya virus), un alphavirus de la famille des Togaviridae, transmise par des moustiques du genre Aedes. La maladie occasionne de très fortes douleurs articulaires associées à une raideur, ce qui donne aux patients infectés une attitude courbée très caractéristique. La transmission du virus d’un humain malade à un moustique se fait par le sang aspiré lors de la piqûre.

Le chikungunya est rarement mortel. La prise de l’aspirine est déconseillée. Rappelons que, le Congo n’en est pas à sa première épidémie de chikungunya.

Diane Ondélé



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21534 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12213 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces