Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo : deux trafiquants de pointes d’ivoire arrêtés à Ouesso

Deux trafiquants d’ivoires ont été arrêtés le 15 février dernier à Ouesso, dans le département de la Sangha, en flagrant délit de détention et de commercialisation de 36 kg d’ivoire, soit trois paires de défenses d'éléphants dont celle d’un très jeune éléphant.



Ils ont été arrêtés grâce à une opération menée conjointement par des agents de la direction départementale de l’économie forestière de la Sangha ; des éléments de la police nationale grâce aux informations et la collaboration du Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la faune sauvage (PALF).

Bilombo Papy, Congolais de la RDC (République démocratique du Congo), âgé de 37 ans, et Rodolphe Mobonda de la République du Congo (58 ans), seraient à la tête d’un réseau des trafiquants d’ivoires connu dans la Sangha. Ces deux présumés seront présentés devant les juges pour répondre des actes qui leur sont reprochés. Ils encourent des peines allant jusqu’à cinq (5) ans d’emprisonnement ferme, conformément à la loi.

En rappel, plusieurs réseaux des trafiquants d’ivoires ont été démasqués ces derniers mois  dans la Sangha, département du Congo le plus touché par le braconnage. Le cas récent a été celui de Ebam Arly, Ekondza Ngolo Jean Armand et Okoumounguéké Dzanaboni Adoli, arrêtés le 16 janvier dernier en flagrant délit de détention, transit et commercialisation de deux pointes d’ivoire ; soit 12 kg des trophées d’éléphants, espèce animale intégralement protégées en République du Congo.

En dépit des efforts fournis par le gouvernement congolais et ses partenaires de la conservation, certaines personnes ne cessent d’exercer des pressions criminelles liées à l’espèce animale telle que l’éléphant.

A cause du braconnage pour ses pointes d’ivoire, l’éléphant est menacé d’extinction dans de nombreux endroits. Selon une récente étude scientifique, la tuerie brutale de ces espèces a atteint actuellement près de 100 éléphants par jour en Afrique centrale. La population des éléphants de forêt en Afrique centrale a baissé à plus de 60% durant ces dix dernières années.

Face à cette situation, l’implication de tous est nécessaire pour dire non au braconnage, non à la corruption, non au trafic d’influence et non à l’impunité. Ceci pour sauvegarder la vie et l’avenir des éléphants.

En effet, l’éléphant mérite une protection pour plusieurs raisons. Parmi lesquelles,  l’éco-tourisme, surtout en cette période où le Congo mise sur la diversification de son économie.

La détention des pointes d’ivoire traduit l’abattage de l’éléphant, animal intégralement protégé au Congo, conformément à l’arrêté n°6075/MDDEFE/CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées.

L’article 27  de la loi 37/2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule : «L’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration  des Eaux-et-Forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique». EnregistrerEnregistrer

Valère Lékoumou



Nouveau commentaire :

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces