Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo-Gabon : l'interconnexion effective à fibre optique retardée du côté gabonais

Grâce au projet Central Africa Backbone (CAB), le Congo et le Gabon pourront être interconnectés en 2018. Pour la partie congolaise, le 22 décembre dernier, le le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo, a procédé à la réception officielle du réseau à très haut débit en fibre optique. Reste sa connexion avec le réseau de la partie gabonaise, dont les travaux sont en encore en cours.



La cérémonie de réception officielle de ce réseau à très haut débit en fibre optique a eu lieu à Likoko, dans le district de Mbinda, à la frontière avec le Gabon. Elle a connu la participation des plusieurs personnalités des deux pays, des acteurs qui interviennent activement dans la réalisation des travaux de construction de ce réseau de Pointe Noire jusqu’à la frontière gabonaise.

Cette cérémonie a donc marqué la fin des travaux de la première phase du déploiement de la fibre optique pour la partie congolaise. Et l'interconnexion se fera effectivement quand la partie gabonaise aura fini l’exécution des travaux de même type de son côté. Dès, ’intégration sous-régionale sera une réalité.

L’inauguration de ce réseau, fruit de la coopération entre l’Etat congolais et la Banque mondiale, marque un tournant important pour le Congo pour le développement de son économie numérique.

Léon Juste Ibombo, a dit : « Les opérateurs de services (opérateurs télécom, de télévision et de radio), les prestataires de services (fournisseurs d’accès à internet, fournisseurs de SVA-services à valeur ajoutée, PME et entreprises des technologies de l’information et de la communication) et l’administration congolaise  (interconnexion du réseau de l’administration congolaise) sauront tirer parti de cette infrastructure à très haut débit».

Il a ajouté que «cette infrastructure qui vise, notamment l’extension du réseau de fibre optique et la réduction du cout des services de communication dans le cadre de l’intégration sous régionale contribuera fortement au développement économique du Congo ainsi qu’à l’inclusion numérique».

Après Matombi, dans le Kouilou, le Congo dispose, à travers cette infrastructure, d’un deuxième point de connexion à la fibre optique. Ce qui renforce ses capacités de disposer d'une large couverture nationale en fibre optique et un accès à Internet très haut début.

Pour le ministre Ibombo, la remise officielle de ce réseau en fibre optique à très haut débit « est l’expression du respect de la parole donnée dans le cadre du contrat de confiance entre le Chef de l’Etat et le peuple congolais, à savoir arrimer le Congo au développement de l’économie numérique, qui ne peut être réalisé sans les infrastructures de croissance ». 

Il a rappelé que l’initiative du projet CAB a été décidée en 2007 lors du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays de la Communauté économique et Monétaire d’Afrique Centrale (CEMAC), dans le cadre de l’intégration sous régionale à travers les infrastructures large bande à fibre optique, tenu à Ndjamena, au Tchad. 

La première phase de ce projet étant bouclée, place maintenant à la deuxième phase, qui sera consacrée à la construction de deux réseaux en fibre optique au Nord du Congo pour relier le pays au Cameroun et à la République Centrafrique (RCA), ainsi qu’à la construction d’un Data center (centre des données) indispensable à l’économie numérique.

La troisième phase quant à elle portera sur l’augmentation de la part de l’économie numérique dans le PIB congolais et la création d’emplois. Ainsi, par le biais du projet CAB, le Congo pourra s’arrimer au développement de l’économie numérique.

Le projet CAB a été lancé au Congo en 2011, mais les travaux de construction de cette interconnexion ont démarré en mai 2015. Ils ont été cofinancés par l’Etat congolais et la Banque mondiale, pour un montant total de 15 millions de dollars américains. Dans son volet infrastructures, le projet portait sur la construction d’une dorsale optique de 521km entre Pointe-Noire et Mbinda (département du Niari), vers la frontière du Gabon. C’est cette dorsale qui est reliée avec celle en cours de  construction  du côté  du Gabon, précisément entre Libreville et Lekoko, longue de 1075 km.

Du côté gabonais, le gouvernement prévoit, à compter de 2018, le déploiement progressif de la fibre optique au niveau national après l’interconnexion avec le Congo. L’étude en vue du développement de la fibre optique permettant un accès Internet très haut débit au niveau national devrait déjà démarrer.

Au Gabon, la première phase du projet Backbone a déjà permis une liaison sous-marine en fibre optique de la capitale économique Port-Gentil à Libreville, et une liaison terrestre entre Libreville et Franceville, en suivant la voie ferroviaire du Transgabonais. La prochaine phase consistera à déployer la fibre vers le Nord et vers le Sud du pays à travers les axes routiers existants.

Gall Mombeti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 13004 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 7383 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces