Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Congo-Brazzaville : le CNR de Ntumi reprend ses activités


Brazzaville, 30 avril – (CONGO-SITE) – Suspendu suite aux affrontements déclenchés en avril 2016 dans le département du Pool, le Conseil national des républicains (CNR) de l’ex-rebelle Frédéric Bintsamou, alias Pasteur Ntumi, vient d’être autorisé à reprendre ses activités sur le territoire congolais.



Le pasteur Ntumi (photo RFI)
Le pasteur Ntumi (photo RFI)
La décision de lever cette suspension a été notifiée à Ntumi dans une correspondance qui lui a été adressée par le ministre de l’Intérieur et de la décentralisation, Raymond Zephyrin Mboulou, rapporte la Commission chargée de l’application des accords de paix signés en décembre 2017 entre le gouvernement et le pasteur Ntumi.

« C’est une décision de nature à renforcer la paix dans le Pool, une paix acquise grâce aux accords signés entre le gouvernement et le pasteur Ntumi en décembre 2017 », a expliqué un responsable de cette Commission.

« Nous avons bien accueilli la nouvelle. Elle est bonne, certes. Mais, le souhait serait, comme l’exige le droit, de lever la suspension par un arrêté ministériel et non par une simple correspondance», a indiqué un proche de Ntumi qui a requis l’anonymat, à RFI.

De telles réserves n’ont pas été émises lors de la levée du mandat d'arrêt contre le pasteur Ntumi. En effet, le 27 juillet 2018, Seraphin Ondele, le directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, avait annoncé officiellement la fin des poursuites contre Ntumi, précisant que ce dernier était désormais libre de ses mouvements.

« Je viens de retrouver ma liberté de mouvement dans mes actions, mes entreprises privées et tous mes droits, à travers l’arrêt rendu le 27 juillet par la cour d’appel de Brazzaville », s’était réjoui le pasteur Ntumi dans un message lu devant la presse par Philippe Ané Bibi, son représentant.

«Dans cette perspective, je marque ma disponibilité à œuvrer pour la paix jusqu’au parachèvement de son processus (dans le cadre) des engagements pris découlant de l’accord du 23 décembre 2017 », avait-il rassuré dans son message.

En rappel, le mandat d’arrêt contre Ntumi et deux de ses lieutenants avait été émis « pour assassinat, détention illégale d’armes et de munitions de guerre, vol et destruction d’édifices publics ».

Le pasteur Ntumi et ses miliciens avaient entamé une rébellion dans le Pool. La guerre a provoqué le déplacement de 138.000 personnes. Le département du Pool avait déjà été le théâtre d’affrontements entre l’armée et la rébellion Ntumi, soutenu par Bernard Kolélas, entre 1998 et 2003.

L’ex-chef rebelle a accepté le principe du désarmement. «Si nous sommes détenteurs d’une arme et que nous avons décidé de faire la paix, cette arme ne sert plus à rien et nous devons la déposer. On peut remettre une arme, mais la situation qui a fait que chacun prenne une arme doit être réglée», avait-il déclaré.

Gall Moumbéti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21002 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11919 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces