Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

CNDH : que ferra Gabriel Valère Eteka Yemet


Brazzaville, 11 janvier (CONGO-SITE) – Valère Eteka-Yemet a été élu, le 9 janvier dernier, président de Commission nationale des droits de l’homme (CNDH) à l'issue de la séance plénière élective organisée en présence du ministre de la Justice et des Droits humains, Aimé Wilfried Bininga.



CNDH : que ferra Gabriel Valère Eteka Yemet
Les membres de la CNDH ont été nommés par un décret du président de la République n°2018-480 du 26 décembre 2018. A la tête de cette institution se trouve un bureau de cinq (5) membres que va désormais diriger Gabriel Valère Eteka Yemet. Alexis Raoul Thierry Ngombet conserve son poste de premier vice-président. Saturnin Jean-Claude Ntari en est avec pour 2e vice-président ; Mme Yvette Yolande Ambendeat-Mbeto est trésorière ; Mme Nzaou Ngnia-Ngama née Moyen, quant à elle a été élue au poste de rapporteur.

Après son élection, Gabriel Valère Eteka Yemet, mesurant le poids de la responsabilité qui lui incombe désormais, a invité tous les membres de la commission à répondre aux exigences du standard international des institutions nationales des droits de l’homme.

 « Les droits de l’homme sont nos droits face à l’Etat. Les droits de l’homme sont donc opposables à l’Etat», a-t-il dit, avant de préciser que c’est au même Etat qu’incombe leur garantie. L’Etat à qui sont opposables les droits de l’homme a, en même temps, l’obligation de les promouvoir et de les protéger, a souligné M. Eteka Yemet. Et de s'interroger : « N’est-ce pas là un grand paradoxe ? »

Il a conclu  que la CNDH est du côté de l’Etat, qu'elle ne constitue ni une organisation internationale, ni une ONG de défense des droits de l’homme. Aussi a-t-il émis le souhait de la mise à disposition d’un aménagement de locaux et des moyens de travail pouvant faciliter son travail.

En effet depuis sa création, l’institution est sans siège. Le nouveau président an rendu hommage à ses prédécesseurs qui ont fait fonctionner cette prestigieuse institution sans abri et avec des moyens très limités. «Cela est un véritable exploit de pionnier. Je sollicite le gouvernement en vue d’obtenir l’aménagement des locaux devant héberger notre institution et les moyens convenables de travail. Car, nous brûlons du désir de nous mettre effectivement à l’œuvre et d’être efficients», a-t-il dit.

Le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des Peuples autochtones, Aimé Ange Wilfrid Bininga, a indiqué que par l’indépendance que le constitué et le législateur ont confié à la CNDH, il lui est reconnu le rôle d’interface entre les pouvoirs publics et la société civile. C’est sur ce rôle que se fonde l’ensemble de vos activités.

selon lui, «aider les pouvoirs publics à assurer au mieux la protection et la promotion des droits inhérents à la personne humaine, c’est également à vous de présenter le vrai visage de notre pays sans dissimulation en travaillant à transformer les points faibles en points forts».

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21011 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11927 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces