Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Brazzaville abritera l’exposition et le vernissage «Expo Béret»

Brazzaville, Congo (CONGOSITE) – L’Institut français du Congo (IFC) servira de cadre, du 28 mai au 16 juin prochain, pour abriter l’exposition «Expo Béret», puis la séance de vernissage le 27 mai.



Une vue du tableau
Une vue du tableau
Ces activités seront respectivement placées sous le thème : "Béret, le douanier congolais''. De son vrai nom Abangwa Babucwe, Béret est un artiste de la République Démocratique du Congo (RDC), originaire d’un village du Sud-Kivu. Artiste autodidacte, c’est sur ces cahiers d’écolier qu’il a commencé à dessiner la forêt d’Afrique centrale.

La connaissance des feuillages, des ramures, des plumages est étonnante. C’est la forêt qui domine comme source d’inspiration, souvenir de son enfance. Béret offre une vision d’une Afrique des Grands Lacs, il rappelle à l’impératif des choses de la nature. Enfin, bien sûr, la peinture «naïve » d’Henri Rousseau est un élément capital de l’inspiration de Béret.

Né en 1968 dans un village du Sud-Kivu, il s’est imprégné de l’univers sauvage et coloré de la jungle alors qu’il la parcourait avec son père pour couper des lianes destinées à construire des maisons, des pirogues et des chaises. Installé depuis 1997 dans la capitale congolaise, Béret est nostalgique de sa région natale et de la relation harmonieuse qu’il a pu avoir avec la forêt et ses animaux.

Le surnom Béret, selon lui, vient de la déformation d’un nom biblique difficile à prononcer pour les Bembe, son ethnie. Il est le seul garçon dans une fratrie de neuf filles, né d’une famille d’artisans voire d’artistes.

Son statut de seul héritier mâle du clan lui vaut pas mal de liberté et d’attentions. Son grand-père, dont il se souvient un peu, est sculpteur de masques et de fétiches, instruments rituels fort importants chez les Bembe. Il peint à ses heures, notamment la façade de maisons, avec les couleurs naturelles que la terre et la végétation offrent sur place, mais il n’aura jamais l’occasion d’enseigner cet art à son petit-fils.
 
 
 
 
 
 
 

 
 


Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22981 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 13011 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces