Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Brazzaville, Pointe-Noire : Les vrais responsables de l'insalubrité dans les Capitales congolaises...

On ne pourra jamais éradiquer l’insalubrité à Brazzaville tant que la population, qui en est d’ailleurs la première victime, ne s’implique pas totalement dans la lutte, en pratiquant de bonnes habitudes et à respecter les règles d’hygiène.



Que peut faire une société chargée d’assurer l’assainissement dans une ville si les habitants de ladite ville s’illustrent par des habitudes antihygiéniques immorales? C’est la question qu’on peut poser en s’interrogeant sur le sort réservé à la société Averda, qui est en train de réaliser un travail appréciable positivement à Brazzaville. 

En tout cas, à Brazzaville, les populations ont acquis une mauvaise manière de vivre. On a l’impression que l’insalubrité fait désormais partie intégrante de leurs habitudes. Il n’est pas rare de voir les gens déverser, sans gène, les eaux usées et les ordures ménagères dans les collecteurs d’eau de pluie ou dans les rues

A cause de ces pratiques insalubres, les canalisations se bouchent, engendrant ainsi l’apparition de mares où prolifèrent les moustiques, dont les anophèles qui sont les responsables de la transmission du paludisme. 
De «Brazza la verte», la capitale du Congo est devenue «Brazza la poubelle». On a tendance à porter toute la responsabilité sur les pouvoirs publics, précisément sur le gouvernement et les autorités municipales. On oublie que ce sont les populations qui sont à l’origine de l’insalubrité de la ville. 

Prenons le cas du nouveau marché Total, situé à Bacongo, qu’on vient de construire. Inauguré le 18 février 2015 par le Président Denis Sassou N’Guesso, ce marché, le plus grand marché du Congo, devrait être un excellent pôle d’attraction. Il devrait faire la fierté des vendeurs et des acheteurs, qui étaient au départ confrontés aux problèmes d’agencement d’étalages, d’insalubrité, d’hygiène des denrées alimentaires, de sécurité alimentaire, des toilettes publiques, de collecte des déchets.

Mais, très vite, le marché Total a été transformé en un haut lieu d’insalubrité. Trois moins seulement après son inauguration, ce marché présentait déjà un spectacle des plus désolants. Les résidents situés entre l’avenue Matsoua, Mabiala Ma Nganga, rue Bayonne, la rue Jeanne d’Arc, etc., devenus très insalubres. Les ruelles environnantes qui entourent le marché sont devenues des places pour étaler des produits divers et des denrées incontrôlées. A la fin de la journée,  les vendeurs laissent les déchets sur place, plutôt que de les rassembler et  les jeter dans les poubelles publiques.  

Se forment quotidiennement des immondices, qui jonchent le sol et des caniveaux. Le caniveau qui borde l’avenue Matsoua est bouché par les immondices jetées n’importe comment. Les eaux de pluies se répandent sous les étalages, obligeant les gens à patauger dans la boue. Pire, les vendeurs font leurs besoins sous les tables au-dessous desquelles ils vendent les denrées alimentaires. 

Ces faits sont observables dans tous les marchés de Brazzaville. La lourde responsabilité incombe non seulement aux autorités municipales, aux comités des marchés, mais aussi et surtout aux vendeurs et usagers des marchés qui sont les premières victimes de l’insalubrité. 

Assurer la salubrité de Brazzaville un casse-tête chinois. C’est un défi que la société Averda entend relever. Pour ce faire, elle doit être soutenue par les pouvoirs publics et les populations. Les pouvoirs publics doivent investir dans les infrastructures matérielles et humaines.

C’est sur ce point qu’ils échouent souvent. Les commerçants et vendeurs rejettent toujours la responsabilité de l’état piteux des marchés sur les services municipaux qui prélèvent des taxes journalières destinées à assurer l’assainissement quotidien des marchés.

Mais, en réalité, les mauvaises habitudes des populations sont la principale cause de l’insalubrité dans les villes congolaises. A Brazzaville, Averda a placé des poubelles publiques. Mais, nous avons surpris des gens en train de jeter les ordures dans la rivière Madoukou, vers le pont de la Pointe Hollandaise, alors qu’un bac à ordures se trouvait à vingtaine de mètres. 

La salubrité est avant tout un problème de mentalité. Tous les efforts qu’on entreprend pour assainir la ville reçoivent des coups de massue du comportement digne du temps des cavernes qu’affichent les Brazzavillois. Comment peut-on comprendre que des citoyens laissent des bacs à ordures pour jeter leurs ordures dans les endroits non appropriés? Il faut une prise de conscience collective des populations pour réussir l’assainissement de ville.

Mais, au-delà de la de la prise de conscience nécessaire pour les populations, les autorités municipales qui ont déjà pris des mesures contraignantes pour intégrer les habitants de Brazzaville dans l’effort de la guerre contre l’insalubrité, devraient accentuer l’application stricte de ces différentes mesures.

Il s’agit d’obliger les occupants ou propriétaires des magasins ou boutiques, bars, restaurants, boîtes de nuit et autres propriétés, à assurer le nettoyage des alentours de leurs propriétés chaque jour après leurs activités. Toutes les ordures devront être jeter leurs ordures dans les poubelles publiques déposées par Averda.

Serge Destiné (Cap2016.Club)



Commentaires articles

1.Posté par Bryan le 23/11/2015 12:27
Le gouvernement en signant des accords avec des sociétés comme averda c'est pour un but, lutter contre l'insalubrité qui constitue un grand handicap à l'épanouissement de de nos villes. Cette lutte n'est pas le monopole du gouvernement, la population a aussi un grand rôle à jouer là dedans. Averda ne pourra pas aller de parcelle en parcelle ramasser nos ordures pour aller les jeter. Pour se faire, la société a quand même déposé sur la plupart des grandes artères de la ville des poubelles pour que nous y jetant des ordures, mais au lieu de ça nous citoyens de ces villes nous ignorons carrément l'existence de ces poubelles on se sert souvent des canalisations d'eau jeter tout ce qui est comme ordure et parfois on va plus loin que ça pour en déversant des eaux de nos toilettes. L'insalubrité dans nos villes est due au manque d'implication et de conscience de la part des populations qui sont eux-mêmes victimes de cela.

2.Posté par junior olembo le 23/11/2015 12:46
la salubrité devrait commencer devant la parcelle du congolais mais le constat est amer car ce sont les congolais qui cohabitent avec les immondices et quand l'Etat amorce une action sur la lutte contre l'insalubrité ,la population ne le facilite pas la tâche alors il faudra changer nos mentalités d'abord afin de respecter les biens de l'Etat

3.Posté par peguy sita le 23/11/2015 12:50
Certes, les responsabilités sont partagés, il convient au pouvoir public de passer au revue c'est à dire, sensibiliser et conscientiser la population à travers les médias, passant aussi par les moyens des séminaires liés à l'assainissement pour que le peuple pratique ses leçons dans leurs quartiers respectifs. Sinon ce serait, toujours aberrant de voir les immondices dans les grandes artères de Brazzaville ou les parcelles inhabitées continuerons de véritables dépotoir des poubelles sans qu'il y ait la politique de recyclage d'ordures ménagères comme on fait dans d'autres pays.

4.Posté par Aspedran le 23/11/2015 12:56
L'insalubrité à Brazzaville devrait intéressé toute la population, Averda est une société qui apporte un plus dans notre ville nous devrons tous apporte un plus, on fait plus appel au commençant ainsi au boite de nuit, je pense que les poubelles d'Averda sont belle et bien là.

5.Posté par paix congo le 23/11/2015 13:03
La société Averda, s'implique dans le processus d'assainissement. Cependant, cette politique doit être accompagnée par la population en vue de réussir et de rendre salubre Brazzaville qui était qualifiée de Brazza la poubelle. Ainsi, cet accompagnement devrait se passer à travers l'implication des pouvoirs publics, en organisant les séminaires sur les questions d'assainissement, c'est là va commencer le changement de mentalité et le cap vers l'émergence.

6.Posté par Jean Jules Boundzeki Mabika le 23/11/2015 13:29
La propreté est une culture, on aura beau nettoyer les rues et nos artères, mais le vrai problème se situe au niveau des mentalités. Apprenons d'abord à utiliser les poubelles publics, les Wc et ensuite le changement s'observera. Il ne suffit pas de porter des vestes pour dire que l'on respecte l'hygiène autour de soi

7.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 24/11/2015 10:46
Pour éradiquer ce fléau, la solution ne viendra pas de nul part.
Tous les grands changements au monde se sont opérés suite à une révolution.
Nos comportements, nos habitudes.... sont des phénomènes mentaux.
Il faut donc une révolution mentale au Congo, pour un environnement sain et salubre.
D'où le changement de mentalité.

8.Posté par Pepinette de lova le 24/11/2015 19:00
j'approuve cette initiative elle est très salvatrice? cette société a fait changé les ruelle de Brazzaville et pointe noir toute en conservant la propriété le peuple congolais ne sasserai pas de leur remercié.

9.Posté par Serge destiné le 25/11/2015 07:59
Il n’est pas rare de voir dans un quartier de Brazzaville, les habitants déversent sans se poser des questions leurs eaux usées, mais aussi leurs ordures ménagères dans le collecteur d’eau de pluie ou même dans la rue. Dans ce contexte, tous efforts qui sont fourni pour assainir l’environnement de la ville capitale se voit recevoir un coup de massue d’un comportement digne du temps des cavernes qu’affiche les brazzavillois.Cette attitude qui frise l’insouciance face à une problématique qui touche à l’image et la bonne santé des habitants d’une capitale, nécessite à une prise de conscience collective et du patriotique des brazzavillois afin de ne pas laisser mourir cette belle ville de Brazzaville.

10.Posté par Role le 25/11/2015 12:11
La charité bien ordonnée commence par soie moi, d'ou, nous peuple de ce pays nous devrons changer nos mentalité pour mieux vivre, car la saleté apporte que des maladies dans notre environnement.

Nouveau commentaire :

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21098 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11979 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces