Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Bonne gouvernance : on attend un étrange exploit du gouvernement


Brazzaville, 22 décembre – (CONGO-SITE) – L’Assemblée nationale a adopté, le 20 décembre dernier, à Brazzaville, le budget de l’Etat exercice 2019. Qualifié d’austérité, ce budget destiné à cinq axes prioritaires vise à soutenir une reprise progressive de la croissance économique du pays.



Le budget de l’Etat exercice 2019 a été arrêté en recettes à 2067 milliards 663 millions francs CFA, et en dépenses à 1468 milliards 752 millions francs CFA.

Parmi les axes prioritaires retenus par le gouvernement, figurent la réduction du déficit primaire hors pétrole, pour contribuer à l’amélioration de la position du gouvernement vis-à-vis du système bancaire intérieur à travers la restitution des dépôts de trésorerie à la banque centrale et au renforcement des réserves de la zone monétaire ; la réduction du stock de la dette publique pour ramener à moyen terme sa valeur actuelle nette à 30% du produit intérieur brut national (PIB).

Il y a aussi la maîtrise des dépenses publiques pour leur plus grande efficacité ; la viabilité de la dette publique à travers une stratégie fondée sur des options de financement appropriées, ainsi que sur la mise en œuvre de certains projets inscrits dans le nouveau Plan national de développement.

C'est une cure de rigueur qui attend les Congolais en 2019. Afin de ramener le déficit public à 30% du PIB, le gouvernement projette une politique budgétaire spécifique fondée sur le renforcement des mesures d’élaboration et de sécurisation des ressources publiques.

L’économie congolaise devrait connaître une croissance de 3,1% en 2019, contre 2% en 2018. Le gouvernement a justifié ses estimations par une hausse des cours du pétrole sur le marché mondial, des experts prédisant un baril à 70 dollars.

Les secteurs hors pétrole, qui représentent 37% des recettes budgétaires devraient aussi permettre à la fiscalité de connaître une progression de 11%. L’inflation devrait « être contenue en-deçà de 2,3%, seuil régional.

Mais, les incertitudes planent toujours dans les esprits de nombreux Congolais, pour qui la croissance économique du pays aujourd'hui relève encore du mirage, tant les choix politiques ignorent souvent les besoins fondamentaux des populations.

L’atteinte à l’Initiative des pays pauvres très endettés (PPTE), qui a fait baisser la dette du Congo, n’a servi à rien car le pays s’est encore endetté. La dette publique a atteint 51,6%, alors qu'elle avait été ramenée à 34% en 2012 grâce au PPTE.

Si avec le budget de 2019 le gouvernement parvient à réaliser ce qu’il n’a pas pu réaliser avec les  4 132,920 milliards  francs CFA du budget de 2014, ce serait alors le plus grand exploit de bonne gouvernance qu’il aura réalisé.

A signaler que selon le FMI, la bonne gouvernance consiste essentiellement à libéraliser les systèmes de change, de commerce et de prix ; limiter les prises de décision ad hoc et les traitements préférentiels d’individus et d’organisations ; éliminer les allocations directes de crédits par l’État.

Sauf que cette stratégie imposée depuis le début des années 1980 à la plupart des pays du Sud a apporté (dans tous les domaines et sur tous les continents) la preuve de son échec.
 

Gall Moumbéti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21534 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12213 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces