Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Afrique : assurer l’intégration régionale pour assurer la prospérité économique


Brazzaville, 13 juin (CONGO-SITE) – Les travaux de la quarante-cinquième assemblée annuelle de la Banque africaine de développement (BAD) ont démarré hier 12 juin, à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale. L’engament de promouvoir la croissance à travers les échanges commerciaux pour assurer l’intégration régionale a été pris.



Ces travaux ont été ouvertes par le Président équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, en présence de son homologue de la République démocratique du Congo (RDC), Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, et des représentants de plusieurs chefs d’Etat africains.

En effet, à l’orée de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC), en juillet prochain, la BAD entend faire de l’intégration régionale un levier de développement économique du continent.

Monsieur Adesina Akinwumi, président de cette institution financière, a soutenu à l’ouverture des travaux que l’intégration régionale était essentielle pour l’accélération du développement de l’Afrique.  « Nous devons relier les pays enclavés à des ports. Nous devons permettre la libre circulation des personnes, car l’Afrique doit échanger avec elle-même. Fragmentée et divisée, l’Afrique restera faible. Ensemble et dans l’unité, rien ne pourra l’arrêter », a-t-il lancé.  

Il s’agit des grands défis à relever dans le cadre de la quatrième priorité des High 5 de la BAD, à savoir : « Intégrer l’Afrique ».

« En tant que banque, nous continuons d’agir pour obtenir plus de résultats, plus de développement et une meilleure qualité de vie pour la population africaine », a rassuré le patron de la BAD. Il a plaidé pour l’augmentation du capital de son institution et de la reconstitution des ressources du Fonds africain de développement.

Les perspectives économiques en Afrique, édition 2019 de la BAD, indiquent une amélioration de la performance économique globale. La croissance devrait atteindre 4% en 2019 et 4,1 en 2020. Un rythme jugé remarquable, comparativement aux taux de 3,1% enregistrés en 2016.

Ensuite, grâce à la reprise des cours des produits de base et à la stimulation de la croissance par la demande intérieure et les investissements dans l’infrastructure, 40% des pays africains devraient afficher un taux d’au moins 5% cette année.

Ainsi, le Président Teodoro Obiang Nguema, qui a exprimé l’engagement de son pays à l’intégration tant régionale que sous-régionale, a appelé à une prise de vraies décisions pour l’intérêt du développement de l’Afrique. Il a indiqué que les décisions qui paraissent impossibles devraient êtres rendues possibles.

Gall Moumbéti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 22909 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 12970 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Le DEBAT sur l'ACTUALITE
Les PtitZ' Annonces