Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

2016 : des élections qui inquiètent Bongo, Sassou, Issoufou et Kabila

Avec trois révisions constitutionnelles destinées à lever la limitation des mandats et trois présidentielles controversées, 2015 n’aura pas été très favorable à la consolidation de la démocratie en Afrique. Et 2016 s’annonce pleine d’incertitudes électorales.



C’est un fait : l’année 2015 n’aura pas été un grand cru pour la démocratisation en Afrique. Pas moins de trois révisions constitutionnelles ont été organisées l’an dernier pour sauter le verrou de la limitation des mandats présidentiels au Burundi, au Congo-Brazzaville et au Rwanda. Ce choix n’est pas un simple effet de mode mais une vraie remise en cause de ce que le politologue Mamoudou Gazibo de l’université de Montréal appelle « un acquis du constitutionnalisme africain des années 1990 ».

«Les thuriféraires des pouvoirs, accrochés à leurs privilèges, prétendent que l’avenir de leur pays dépend d’un homme, soutient le politologue Gazibo dans le hors-série n° 42 de Jeune Afrique. Or de nombreuses raisons justifient la limitation de mandats présidentiels en Afrique. (…). Le pouvoir à vie corrompt à vie : il transforme le système économique en capitalisme de bandits car les contrats sont rarement respectés, les entreprises sont accaparées par les dirigeants et leurs familles, et la richesse des uns est amassée sur le vol et l’exploitation des faibles ».

La descente aux enfers du Burundi depuis le passage en force opéré en juillet 2015 par Pierre Nkurinziza pour se maintenir au pouvoir et la gouvernance patrimoniale au Congo-Brazzaville apportent la preuve que la révision constitutionnelle sert plus les intérêts d’un homme et de son clan mais jamais la pratique démocratique.

L’année écoulée aura également consacré le recul de la démocratisation en Afrique avec la présidentielle controversée d’avril 2015 au Togo où le président sortant Faure Gnassingbé a été réélu pour un nouveau mandat de cinq ans, sur fond d’accusation de fraudes massives portées par son principal rival Jean-Pierre Fabre. On peut en dire autant des présidentielles d’octobre en Guinée et en Côte d’Ivoire qui ont permis la réélection des présidents sortants Alpha Condé avec 57,8% et Alassane Ouattara avec 83,6%.

« Dans les deux cas, affirme le politologue béninois Gilles Yabi, fondateur du Think tank WATHI, il faut bien reconnaître que les victoires par « coup KO » dès le premier tour ont découragé toute contestation sérieuse susceptible de dégénérer en violences ou en crise politique longue, mais ces deux victoires n’ont pas renforcé de manière significative la crédibilité des institutions électorales et des systèmes politiques ».

En Afrique de l’Ouest l’année électorale a, toutefois, été sauvée par la réussite de la présidentielle de février 2015 au Nigeria et le succès de la transition au Burkina Faso marquée par un double scrutin législatif et présidentiel exemplaire organisé le 29 novembre.

Risques élevés en 2016

L’année 2016 sera exceptionnelle pour l’Afrique par le nombre de présidentielles qu’elle enregistrera. Pas moins d’une dizaine de scrutins seront en effet organisés sur le continent notamment au Bénin, au Niger, au Congo-Brazzaville, au Ghana, au Cap-Vert, en République démocratique du Congo (RDC), au Gabon, en Guinée-Equatoriale, au Tchad, à Sao-Tomé et Principe. C’est le Niger qui ouvrira la marche de la longue procession électorale de l’année avec la présidentielle prévue le 21 février et à laquelle se présente le président sortant Mahamadou Issoufou.

Depuis quelques semaines, le pays connaît une poussée de tensions illustrées par la détention d’un des principaux candidats au scrutin l’ancien Premier ministre Hama Amadou, président du Mouvement démocratique nigérien pour une fédération africaine (MODEN/Luma FA) et la controverse autour du fichier électoral biométrique (FEB) dont l’audit en cours devrait être rendu public le 08 janvier 2016. Le climat socio-politique pré-électoral s’est même alourdi avec l’annonce le 17 décembre 2015 de la découverte d’une tentative de coup d’Etat présumée dont l’un des cerveaux serait le général d’aviation Salou Souleymane, ancien chef d’état-major de l’armée.

Dans une atmosphère bien plus sereine qu’au Niger, le Bénin organisera le 28 février son élection présidentielle pour désigner un successeur au sortant Thomas Boni Yayi. Dans les rangs de la majorité présidentielle, le choix du président Boni Yayi d’imposer le Premier ministre Lionel Zinsou comme dauphin suscite la fronde et pourrait affaiblir la coalition Force cauri pour un Bénin émergent (FCBE). La tension pourrait même monter d’un cran dans le pays si le chef de l’Etat décidait de barrer la route du Palais de la Marina (palais présidentiel à Cotonou) à son ex-allié et désormais principal rival l’homme d’affaires Patrice Talon.

Poudrière électorale en Afrique centrale

C’est surtout en Afrique centrale que l’année électorale 2016 promet d’être très agitée. Il y a d’abord le cas problématique de la RD Congo où le pouvoir entretient le flou artistique : le calendrier électoral n’est pas encore connu alors que le mandat du président sortant Joseph Kabila, qui ne peut plus se représenter en vertu de la constitution actuelle, arrive à terme en novembre 2016. On n’en sait pas davantage sur le financement des prochaines élections alors que la Commission électorale nationale indépendante (CENI) est affaiblie par le départ de son président l’Abbé Malulu. Autres inconnues du processus électoral dans ce pays de près de 80 millions d’habitants : la stratégie de l’opposition et l’avenir du dialogue politique inclusif prôné par le président Kabila.

« Il y a des inquiétudes légitimes à avoir sur le processus électoral en RD Congo. Les risques de glissement du calendrier évoqués par l’opposition me paraissent tout à fait réels, au regard des éléments encore incertains pour l’organisation des différents scrutins alors que le mandat du président Kabila se termine en fin d’année, explique le politologue Alfred Shango. En même temps, on note que l’opposition congolaise est, elle aussi, en panne de stratégie ».

En face de Kinshasa, au Congo-Brazzaville, le président Denis Sassou Nguesso a annoncé la tenue d’une présidentielle anticipée le 20 mars 2016 après avoir réussi à imposer le référendum constitutionnel du 25 octobre 2015 qui légalise sa candidature à un troisième mandat et saute le verrou de l’âge limite pour être candidat fixé à 70 ans. Reste désormais à savoir comment réagira l’opposition au président congolais qui n’a pas pu mettre à exécution son projet d’empêcher la tenue du référendum constitutionnel. Une de ses figures, Charles Bowao, ancien ministre de la Défense, est rentrée en novembre 2015 à Brazzaville avec pour objectif de fédérer les différents courants de l’opposition au président Sassou.

Au Gabon voisin aussi, la présidentielle dont la date exacte n’a pas encore été arrêtée promet de très fortes tensions entre le président sortant Ali Bongo Ondimba et ses opposants qui entendent remettre au centre des débats la question de l’authenticité de son acte de naissance. Si elle a réussi à mettre en place un Front uni pour l’alternance, l’opposition gabonaise ne semble pas prête à franchir le pas de proposer une candidature unique face au président Bongo lors de la présidentielle devenue à un seul tour depuis la modification constitutionnelle de 2003.

En revanche, au Cap Vert et au Ghana les présidentielles devraient se passer sans encombre respectivement en août et en décembre, les deux pays ayant depuis un moment assis une culture d’alternance démocratique. Le scrutin président pourrait, par contre, se passer avec moins de sérénité au Tchad en avril et en Gambie en novembre où règne l’inamovible Yahya Jammeh depuis 1994.

Silence embarrassé de Paris

La réaction de la France aux différents scrutins prévus cette année en Afrique sera scrutée à l’aune de l’engagement du président François Hollande de démanteler « la Françafrique » et de sa déclaration de juillet 2015 à Cotonou par laquelle il s’est fermement opposé aux révisions constitutionnelles pour permettre aux présidents sortants de se maintenir au pouvoir. La position française a paru illisible lors du référendum constitutionnel du 25 octobre 2015 au Congo avec une première déclaration du président Hollande le 21 octobre rappelant « le droit du président Sassou de consulter son peuple » suivie deux jours plus tard d’un communiqué de l’Elysée affirmant le contraire. Paris a également manifesté un silence gêné lors de la présidentielle d’octobre 2015 en Guinée, suscitant de vives critiques des opposants guinéens qui y ont vu le feu orange de l’Elysée à « l’ami Alpha Condé pour organiser sa fraude ».

La France n’a pas non plus pipé mot lors de la présidentielle en Côte d’Ivoire remportée par Alassane Ouattara alors que des opposants de poids tels que Charles Konan Banny et Mamadou Coulibaly s’étaient retirés du scrutin en estimant que les conditions de sa transparence n’étaient pas réunies. Au Niger aussi, les opposants expriment leur étonnement devant l’absence de réaction de la France sur les tensions pré-électorales et sur les rapports tendus entre le président Issoufou et une partie de la classe politique. Comme en 2009, il n’est pas sûr que Paris, qui a de gros intérêts au Gabon, trouve à redire en cas de victoire, même controversée, du Gabonais Ali Bongo Ondimba ou du Tchadien Idriss Déby allié de la France dans la guerre au Mali puis dans la lutte contre le terrorisme au Sahel à travers l’opération Barkhane dont le quartier général se trouve précisément à Ndjamena, la capitale tchadienne.

« Ce qui s’est passé au Burkina Faso en octobre 2014 et en septembre 2015 doit convaincre les Africains du fait que le changement politique est le résultat du rapport des forces qui se construit à l’intérieur du pays, notamment avec une société civile dynamique. Une fois qu’on l’a compris, on cesse de penser que le changement viendra de l’ancienne puissance coloniale », soutient un ancien ministre malien.

Quoi qu’il en soit, 2016 sera une année cruciale pour la démocratisation en Afrique. Elle va en permettre la consolidation ou le recul.



MondAfrique.Com



Commentaires articles

1.Posté par segar ngala le 10/01/2016 21:27
Au Congo Brazzaville par rapport aux élections présidentielles de 2016 qui se préparent, les congolais de toute catégorie sont beaucoup plus mêlés dans cette détermination de la paix, tout congolais ne fait que montrer se désir de voir l'air de la paix au sein du pays, la au Congo est un facteur qui ne peut pas être emputer car chaque congolais ne cesse pas de parler et de la distribuer à l'égard de tout congolais, je pense pas qu'il y ait des inquiétudes à la période électorale dans le pays, ni même avant ou après. Le Congo ne sera pas victime de quoi que ce soit qui puisse avoir des liens avec la violence

2.Posté par leopold le 10/01/2016 21:39
malgré ce que les gens sont, malgré tout ce qu'ils font pour chercher à détruire, malgré les stratégies qui naissent tout temps pour chercher à détruire tout un peuple, rien ne marchera car le Congo est indivisible et il le sera à jamais. ce n'est pas pour le plaisir que les congolais ont accepté changer la constitution, c'est pour un but très capital :faire du Congo un pays très remarquable sur tous les domaines et tout congolais à confiance car cela sera ainsi, la période de 2016 n'inquiète aucun congolais car c'est l'année comme les autres ,le Congo Brazzaville connaît que la paix

3.Posté par senghor le 10/01/2016 21:50
Pour le Congo Brazzaville l'année de 2016 est une bonne année sur toute chose, c'est l'année de la consolidation des institutions ,c'est l'année de l'amélioration sur le pays et aussi sur l'homme, le Congo Brazzaville ne connaît pas que veut dire : avoir des inquiétudes mais ne connaît que les quitudes, la paix et autres qui ressemblent , la période électorale au Congo Brazzaville s'annonce bien déjà, car tout congolais est impatient pour le nouveau président, le Congo Brazzaville ne connaît ni le recul ni s'inquiéter ni la violence, ce qui démontre que tout se passera bien au sein du pays.

4.Posté par cosinus le 10/01/2016 21:57
On vous connaît, vous qui cherchez à tout prix les moyens de subdiviser le Congo pendant qu'il juit de sa paix, cela ne peut plus marcher car on n'a compris la stratégie des hommes mauvais, les élections au Congo Brazzaville ont déjà un bon départ et les congolais attendent d'un nouveau de façon docile. vos paroles qui cherchent à diviser sont retournées vers vous

5.Posté par Célestin Dzobi le 12/01/2016 12:28
Malgré tout ce qui se raconte froidement de l'Afrique, le continent africain est particulier et il évolue bien que mal, tout en renforçant sa démocratie. Ces politologues africains qui attisent le feu et alourdi l'environnement socio politique africain, se refugiant en occident, ont ils appris aussi la genèse de l'histoire démocratique de ces pays qu'ils habitent? N'ont ils pas connu des difficultés pour faire asseoir leurs démocratie? Et bien, de ce qui concerne le Congo Brazza, le peuple est déjà vacciné de toute éventuelle incitation à la haine, à la division et de tout complot émanant de n'importe horizon. La politique au Congo est l'apanage des congolais et c'est la majorité qui l'emporte sur la minorité, la loi de la démocratie.

6.Posté par vianey rotsam le 13/01/2016 08:29
bien au contraire l'année 2016 est une période d’épreuve démocratique pour l’Afrique donc que nous peuple d’Afrique en générale particulièrement celle du Congo devant prouve au monde notre maturité en démocratie comme on a toujours sus expérimente et ouvrir la voie autres notre constitution est la preuve

7.Posté par roger bikania le 13/01/2016 18:34
effectivement que 2016 sera exceptionnelle pour l’Afrique par le nombre de présidentielles qu’elle enregistrera mais c'est l'occasion pour que le monde entier reconnaisse la grandeur et la maturité démocratique de l'Afrique en générale de du Congo en particulier car comme les deux élections 2002 et 2009 le tous dans la transparence et la paix

8.Posté par belle ngolina le 13/01/2016 18:44
en 2016 c'est l'Afrique face au monde effectivement c'est le moment de vérité entre ce que les autre disent de notre continent et l'image que nous lui donnons donc il va de tous les pays qui vont organisé les élections de savoir que le monde jugera l'Afrique par sa pratique démocratique en 2016 conte au Congo notre pays qui a toujours jouer sa partition en maitre et grand conciliateur.

9.Posté par karim goma le 14/01/2016 18:21
C'est vrai que l'Afrique fera la une des journaux avec les élections présidentielles qui se pointe à l'horizon. Tout ce que nous souhaitons est que cette phase se déroule dans la tranquillité afin nos pays puissent continuer à se développer avec les candidats qui sortirons vainqueurs.

10.Posté par pichou le 14/01/2016 18:24
2016 une année très exceptionnelle pour le continent africain, la plus part des pays sera un peu perturbé. Mais le souhait de tout peuple est que cette phase ,les pays concernés soient dans l'apaisement.

11.Posté par Princia MAWATA MOUTSARA le 21/01/2016 15:56
Les contextes politiques ne sont pas les mêmes, ni les cultures, ni les motivations, ni les attentes
Pour cela, il n'y a aucune raison de comparer telle situation à une telle autre, ni tel pays à tel autre.

12.Posté par chloé foutou le 23/01/2016 11:03
Laissé les congolais juire de leurs paix qui au aucun cas sera déstabilisé.

13.Posté par KOSSALOBA Philémon le 23/01/2016 15:00
Au Congo en particulier, il n'y a aucune inquiétude. La conséquence logique du dialogue de Sibiti est la dernière constitution démocratiquement reconnue.
Aucune inquiétude. Aucun problème. Zéro souci.

14.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 23/01/2016 15:05
J'ignore ce qui se passe ailleurs, mais au Congo, tout est normal: le climat, le tempérament et même la confiance. DSN n'a ni peur, ni souci à se faire.

15.Posté par Pierre Macaire MOULONGO MAKITA le 23/01/2016 15:06
Non, aucune inquiétude pour la personne de Denis SASSOU NGUESSO. Il est confiant, imperturbable et serein.

16.Posté par Clémence Eugénie LIKOTO BOKOTO le 23/01/2016 15:08
Sous d'autre cieux, ils ont raison de s'inquiéter. Ce n'est pas le cas de Brazzaville. Pour être claire, DSN a l'esprit tranquille.

17.Posté par Idryss Sley le 25/01/2016 11:29
Ces élections ne pourrons pas être inquiétants pour d'autres nation telle que le notre qui est le Congo , par ce que la majorité des congolais veulent voir le président Sassou aux affaires afin de mieux encore développé la nation congolaise , aujourd'hui si nous congolais le niant lors qui allons nous encore votée donc l'on ne peut se permettre à remettre se pays aux mains de ses radicaux qui pour eux ne pense qu' à la désobéissance civile.

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Gos-Gaspard Lenckonov | 21098 vues
00000  (0 vote) | 0 Commentaire
Valère Lékoumou | 11979 vues
00000  (0 vote)

Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces