Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Présidentielle 2016 au Congo : L’Opposition ne sait pas quoi décider

Au lendemain de l'annonce de la tenue de la présidentielle au premier trimestre 2016, l'opposition dit ne pas se sentir concernée par cette décision du président Denis Sassou Nguesso. Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole du Frocad-IDC, les deux principales coalitions anti-Sassou. Interview.



Près de deux mois après la promulgation de la nouvelle Constitution, les nouvelles institutions n’ont toujours pas suivi au Congo-Brazzaville. Lors de son message à la nation, le 22 décembre, au cours duquel il a annoncé que l’élection présidentielle de 2016, prévue initialement pour le mois de juillet, se tiendrait durant le premier trimestre, le président congolais a rappelé « la disposition de précaution » reprise dans l’article 244 de la nouvelle Loi fondamentale  :  « Les institutions issues de la Constitution du 20 janvier 2002 fonctionnent jusqu’à la mise en place des nouvelles institutions (…). » Pour le chef de l’État, le pays ne traverse donc pas de crise institutionnelle.

Ce que soutient pourtant l’opposition congolaise. Réagissant à l’annonce de la présidentielle par le chef de l’État, Guy-Romain Kinfoussia, porte-parole du Front républicain pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et de l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC), a affirmé à Jeune Afrique que les institutions actuelles, présidence de la République y compris, sont désormais « illégitimes ».

Jeune Afrique : Comment l’opposition congolaise a-t-elle accueilli la décision du président Denis Sassou Nguesso d’avancer la présidentielle, initialement prévue pour le mois de juillet 2016, au premier trimestre ?

Guy-Romain Kinfoussia : Pour nous, ce n’est pas la date de la présidentielle qui compte mais la reconnaissance du fait que les institutions issues de la Constitution du 20 janvier 2002 sont caduques. Cela implique que Denis Sassou Nguesso, président de la République, tombe avec elles.

Il est donc aujourd’hui dans une situation d’illégitimité. Et il le dit lui-même lorsqu’il déclare lors de son message à la nation [le 22 décembre] que « le bon sens commande que l’élection présidentielle soit, avec le vote de la nouvelle Constitution, le tout premier acte qui consacre l’entrée effective dans la nouvelle République ». Autrement dit, on n’y est pas encore ! Une question se pose donc : « Dans quelle République était Denis Sassou Nguesso lorsqu’il s’est adressé à la nation ? » Visiblement, ni dans l’ancienne ni dans la future. Il aurait dû démissionner.

Où se situe le Frocad et l’IDC ? Sont-ils partants pour entrer dans la nouvelle République annoncée dont le « premier acte » sera l’organisation de la présidentielle ?

Nous n’entrerons pas dans une République que nous ne reconnaissons pas.

Cela signifie-t-il que le Frocad et l’IDC ne participeront pas à la présidentielle ?

Ce n’est pas une vraie élection. La présidentielle annoncée est un artifice pour permettre à Denis Sassou Nguesso de passer de sa situation inconfortable d’aujourd’hui à une situation plus confortable. Un artifice pour basculer d’une Constitution à une autre.

Que comptez-vous faire ?

L’avenir va nous le dire. Pour l’instant, nous refusons de suivre Denis Sassou Nguesso dans cette démarche. D’autant que dans son propre discours, il a démontré que nous sommes dans un État de non droit avec des institutions illégitimes.

L’opposition congolaise continue-t-elle à exiger un dialogue politique ?

Il n’est plus question de dialoguer avec ce pouvoir. Nous allons prendre nos responsabilités autrement. Ce n’est pas le moment d’étaler les actions envisagées.

Que répondez-vous à ceux qui considèrent que l’opposition, divisée par la guerre des chefs, voudrait boycotter la présidentielle annoncée parce qu’elle n’est pas prête à aller aux élections ?

Il ne s’agit pas de ramener la crise politique à une affaire de boycott. Une situation grave vient de se produire au Congo-Brazzaville : un président élu sur la base d’une Constitution s’est entêté à la supprimer pour créer une autre Loi fondamentale rejetée par le peuple congolais, en témoigne le boycott de ce vote. Mais, lui affirme que le peuple l’a adoptée. Et dans la nouvelle Constitution, Denis Sassou Nguesso s’est arrangé pour inclure les éléments de sa survie.


Jeune Afrique.Com



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

56.Posté par didas lassa le 10/02/2016 13:30
L opposition aujourd'hui nous fait savoir son envie de participer a la course au pouvoir les candidats se multiplie surtout du coté des radicaux . comment cette présidentielle de mars prochain quel plan présenteront-ils au peuples de façon convainquant dont les grand programme de société soit un suivi dans la continuité et le progrès surtout tout faire d avantage le président Sassou Nguesso fait du congo un pays autre que hier cela n est que a félicité .Attendons mars prochain trés exactement le 20 .

55.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 28/12/2015 13:36
"Nous allons prendre nos responsabilités autrement. Ce n’est pas le moment d’étaler les actions envisagées." Que cachent bien les propos de Guy Romain KINFOUSSIA? Un bouillon de mauvais goût sans doute. Il leur reste peu de temps pour se préparer. Pour quoi un tel immobilisme? Les questions peuvent s’enchaîner, mais resteront peut-être des énigmes, puis qu'ils ne vont pas dévoiler leur plan. Est-ce par peur? Ou parce qu'ils envisagent un plan de mauvaise augure? Feront-ils recours aux anges de l'enfer?
J'ai comme l'impression qu'ils ne savent pas ce qu'ils veulent. Ils sont là à pleurer, à pleurnicher, à chialer sans raison. Leurs arguments: ont les a pris en dépourvu, on les met en demeure.
Le compte à rebours a pourtant commencé, ils sont attentistes et inactifs. Tant pis pour eux. Quand le moment sera venu, ce sera trop tard.
"CE N'EST PAS L'ACTION QUI M'INQUIETE. C'EST L'INACTION" W. CHURCHILL. Mémoires de guerre, livre 2.

54.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 28/12/2015 13:34
"Nous allons prendre nos responsabilités autrement. Ce n’est pas le moment d’étaler les actions envisagées." Que cachent bien les propos de Guy Romain KINFOUSSIA? Un bouillon de mauvais goût sans doute. Il leur reste peut de temps pour se préparer. Pour quoi un tel immobilisme? Les questions peuvent s’enchaîner, mais resteront peut-être des énigmes, puis qu'ils ne vont pas dévoiler leur plan.
J'ai comme l'impression qu'ils ne savent pas ce qu'ils veulent. Ils sont là à pleurer, à pleurnicher, à chialer sans raison. Leurs arguments: ont les a pris en dépourvu, on les met en demeure.
Le compte à rebours a pourtant commencé, ils sont attentistes et inactifs. Tant pis pour eux. Quand le moment sera venu, ce sera trop tard.
"CE N'EST PAS L'ACTION QUI M'INQUIETE. C'EST L'INACTION" W. CHURCHILL. Mémoires de guerre, livre 2.

53.Posté par peguy sita le 28/12/2015 10:16
Quand on est à la conquête du pouvoir, il faut s'attendre à toutes les éventualités. L'opposition congolaise par manque d'une politique adéquate, ne sait quoi plus faire pendant les échéances électorales qui se pointent à l'horizon. Le discours du président de la République vient rendre cette classe de plus en plus fébrile. N'étant pas sage et intelligent, l'opposition radicale reste toujours dans l'imbroglio, pendant ce temps les autres se préparent activement à conserver et à se maintenir au pouvoir.

52.Posté par sandrine obaka le 28/12/2015 09:08
Evidemment la suite numérique nous sommes dans un monde ou certaines personnes pensent à diviser pour mieux régner mais cela n'est pas un bon chemin, pour que cela change nous devons commencer à changer nos mentalités

51.Posté par Carine NTSITELE le 24/12/2015 16:09
L'heure n'est pas au discours effarés dans le camp de notre opposition il faut plutôt chercher à s'organiser en interne surtout pour la grande plateforme IDC-FROCAD, présenter un leader parmi eux tous(nous espérons que l'opposition le fera car dans un bateau il n'y a qu'un seul capitaine). Mais l'utile dans tout sa, les leaders de l'opposition radicale doivent se présenter aux présidentielles avec leur projet de société que la population congolaise attend impatiemment.

50.Posté par Dany Ebounabecka le 24/12/2015 16:01
je suis tout de même persuadé de l'attitude de l'opposition du jours au lendemain ils ne cessent de nous faire comprendre combien ils ne sont bon a rien si ce n'est pas defendre leurs intérêts personnel la gérance d'un pays ne se confie pas a n'importe qui.

49.Posté par Vinny NGOLELE le 24/12/2015 15:44
La décision de l'IDC-FROCOD via les mots du porte-parole de cette plateforme ne doivent pas laisser effarer la population congolaise car ce n'est que logique dans la simple mesure ou les opposants radicaux de notre pays ne reconnaissent pas et ne veulent pas parler de la nouvelle loi fondamentale comment se sentiront-ils concernés? Je pense que le vin est tiré, naturellement il faut le boire au lieu de jouer aux caprices féminines pour s'attendre d'un quelconque bercement. Et seuls, ceux-là qui veulent construire ce pays qui sont dans une "opposition constructive" iront pour présenter leur projet de société au peuple congolais mais enfin à nous(peuple) le choix et que le meilleur gagne.

48.Posté par Jean OKONY le 24/12/2015 15:35
Si réellement nos opposants congolais ne se sentent pas concernés par ce message du président de la république ceci me donne donc l'impression qu'ils ne seront pas candidats aux présidentielles de plus qu'ils ne reconnaissent pas l'actuelle constitution.

47.Posté par Palias lilas le 24/12/2015 15:13
Ces opposant sont tellement rempli de haine et de rancœur voila pour quoi ils sont en manque de projet ils ne Save pas quoi décidé, je croit que nombre d'entre eux font des chose que par la poussée des pulsion vindicatives, ce qui fait que pour la plus par leurs ambitions politique démunies de projet de société.

46.Posté par NGALOULA le 24/12/2015 15:06
L'opposition ne cesse de paniquer le pouvoir en place,raison pour laquelle le dictateur a anticipé les élections sachant que l'opposition se préparait à une candidature unique.Pris de peur il s'est adressé rapidement à ses griots afin de brusquer les élections.
AZA KO BANGA TOUT BOUGE

45.Posté par Queen Waters le 24/12/2015 15:00
Au Congo il n'existe pas d'opposant gouvernemental mai plutôt les opposant au règlement des compte alors comment pourrait 'ils décidé de quoi que ce soit leur unique décision ces d'y accédé au pouvoir pour bien foutre la merde tout en incitant le peuple a ce tué entre eux.

44.Posté par ékoti té le 24/12/2015 14:58
L'opposition est dans l'impasse vive la nouvelle république!

43.Posté par La fille au beaux yeux (Anaconda) le 24/12/2015 14:51
Ces opposant en eu a opter pour la violence mais nous étant peuple congolais nous votons pour la liberté, l'émergence et la paix pour le développement de notre nation nous ne voulions plus etre plonger dans le mensonge oppositionnel, Pour gagné une élection ils faut avoir un projet et une personnalité car ces deux aspect son jugé par le peuple lors des élection ce qui n'est le cas des opposant dits radicaux dans notre pays.

42.Posté par Gesse le 24/12/2015 14:45
Au fur et à mesure que le temps passe on comprend qu'au Congo il n'y a pas d'opposant digne de leur nom. En réfutant cette hypothèse qu'à prie le chef de l'état, je pense qu'ils sont les dupes de cette histoire, car en ce moment rien ne marche entre ses deux plates formes. Nous peuples congolais nous en réjouissons de cette nouvelle, très motivé dans la république.

41.Posté par SagesseNganga le 24/12/2015 14:42
Je crois que l'opposition n'a plus des mots à dire le président de la république a le droit de faire une élection anticipée dès le mois de mars.

40.Posté par Pepinette de lova le 24/12/2015 14:34
Le chois en politique n'est pas entre le bien et le mal, mai entre le préférable et le détestable ces opposant n'ont jamais su ce qu'il voulait vraiment par ce que entre eux il n'y a pas de cohérence et n'arriver pas a choisir un leader chip dans leur propre camp, depuis le début cette opposition n'ont pas eu a proposer un bon projet convainquant au peuple ils sont toujours dans le néant et ce crois abattre un bâtisseur infatigable.

39.Posté par cecilia oko le 24/12/2015 14:07
la politique , est un domaine des intérêts precisement de la défense des intérêts de la nation , je ne vois pas ou est le mal , le président dénis sassou nguesso ne fait que donné de l'espoir a la nation pour bâtir ensemble la république cela ne sert a rien d'être dans l'incertitude le message du président elle bien claire . être opposants ne signifie pas d'être a l'encontre des décision précisent par le chef d'état .

38.Posté par Goddess of the Sea le 24/12/2015 14:05
Effectivement ils ne peuvent que manqué quoi dire par ce qu'ils n'ont aucun objectif vis a vis de la population ils font pitié ces bond d'obsédé au trône.

37.Posté par D'avila le 24/12/2015 13:55
L'opposition est très versatile, ils sont entrain de nous emmener en bateaux avec de tel propos. Mr Guy-Romain Kinfoussia n'a pas pu repondre sur la question qu'a été posé sur la participation des élections.

1 2 3

Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces