Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Les ministres de la CEEAC et la CEA plaident pour le financement urgent du Fonds bleu

Une conférence des ministres de l’Environnement et des Finances des pays membres de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CEA) s’est ouverte le 5 octobre dernier à Brazzaville sous la houlette du Premier ministre congolais, Clément Mouamba. Les participants ont plaidé pour le financement, dans les brefs délais, du Fonds bleu et de la Commission climat du Bassin du Congo.



Photo de famille
Photo de famille
La réunion de Brazzaville avait pour objectif, entre autres, d’adopter la position commune des Etats de l’Afrique centrale. Cette position qui sera présentée à Bonn (Allemagne) lors de la COP23, qui se tiendra du 6 au 17 novembre prochain, a été perçue adoptée par tous les pays participants, ainsi que les organismes internationaux.
 
La secrétaire générale adjointe de la CEEAC, Chantal Mfoula, a exprimé l’engament de l’organisation sous régionale d’accompagner l’accélération de l’opérationnalisation du Fonds bleu pour le Bassin du Congo et de soutenir ses Etats membres dans le processus de diversification de leurs économies ; mais aussi sa disponibilité par rapport aux résultats de la rencontre.
 
Chantal Mfoula a expliqué que les assises de Brazzaville devraient permettre de structurer et valoriser le Fonds bleu pour en faire un outil pour l’amélioration des conditions de vie des populations.
 
Le secrétaire général de développement du Royaume du Maroc a souligné qu’à travers le C4 Maroc, il a été développé une note de cadrage avec une vision stratégique pour le Bassin du Congo.

La Banque mondiale, quant à elle, a rappelé qu’elle est aussi active au niveau national que régional. «Nous accompagnons notamment de puis plusieurs année la COMIFAC dans la promotion de la REED+ », a précisé Benoit Bosquet, le directeur du département environnement de la Banque Mondiale.
 
Il a ajouté que l’institution s’emploie à développer un projet  d’appui à la commission internationale du Bassin du Congo-Oubangui-Sangha (CICOS). Elle envisage également de lancer une réflexion stratégique sur des approches économiques à la crise de braconnage à laquelle fait face la Sous-Région et a exhorté les pays d’Afrique centrale à saisir l’opportunité que leur offre la nature pour développer des activités génératrices de revenus à partir de l’exploitation à bon escient des potentialités naturelles.
 
De son côté, la Banque de développement des Etats de l’Afrique centrale (BDEAC), à travers son vice-président, a précisé que son institution est préoccupée pour la défense globale de l’environnement et la promotion de l’économie verte. Il a précisé que la BDEAC a inscrit dans son plan d’actions 2017-2018, le financement des activités liées à l’économie verte dans la sous-région d’Afrique centrale.

Une vue de la salle
Une vue de la salle
Les Nations unies de leurs côtés se sont engagées à appuyer la mise en œuvre des conclusions de ces assises. Le représentant du PNUD au Congo, Anthony Kwaku Ohemeng Boamah,  a indiqué que toutes les initiatives visant à protéger l’environnement et à développer l’économie verte intègrent la vision des Nations unies, exposée dans les Objectifs de développement durable (ODD).
 
Le ministre d’Etat gabonais de la forêt et de la mer et de l’environnement a profité de l’occasion pour citer quelques axes de travail de son pays, notamment l’opérationnalisation des initiatives ; l’établissement d’une stratégie de financement. Il a ajouté que l’Afrique était engagée à jamais à relever le défi en matière d’environnement. 
 
Le ministre congolais en charge de l’environnement, Arlette Soudan Nonault, a tenu à rappeler l’importance de cette réunion à un mois du grand événement. Selon, cette réunion  permettra d’aller à la COP23 avec des propos décisifs et une même vision commune des choses.
 
Elle a été soutenue par Clément Mouamba qui a indiqué que  la rencontre de Brazzaville définissait les grandes lignes du plaidoyer que les pays membres de la CEEAC devront mener lors de la COP23.

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces