Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Les investisseurs français choisissent de plus en plus l'Afrique

Fini le « parent pauvre », le « grand oublié » de l’économie mondialisée… L’image de l’Afrique est désormais celle d’un continent qui avance à grande vitesse. Dans les dix prochaines années, les investissements français devraient y croître de 75 %, selon l’étude « Une Afrique des Afriques » publiée en décembre par le cabinet de conseil BearingPoint. D’ici 2020, les sociétés qui n’auront pas fait leur transition africaine « seront en retard », assure le cabinet.



Pour les entreprises  françaises, commence par souligner  l’enquête , la richesse du pays d’implantation n’est pas un critère décisif. A côté d’économies africaines solides telles que l’Algérie , le Nigeria et l’Afrique du Sud , des puissances plus émergentes comme la Côte d’Ivoire, le Sénégal  ou encore le Kenya  ont le vent en poupe.

Parmi les onze pays où les Français sont le plus présents, deux se situent même en dessous du PIB africain moyen par habitant, qui a dépassé en 2013 la barre des 1 000 dollars : le 
Niger  et la République démocratique du Congo. A l’inverse, certains Etats économiquement robustes comme l’Angola  et l’Egypte  attisent peu les convoitises des Français. Ces derniers semblent semble d’avantage guidé par la proximité linguistique, sept des onze pays figurant dans le classement étant francophones.

« Traditionnellement, les entreprises allaient en Afrique pour les ressources naturelles  […]. L’Observatoire du développement international  2015 fait ressortir  une tendance changeante, puisque l’exploitation des ressources n’est citée que par moins de 10 % des entreprises », note BearingPoint. A l’exploitation des richesses des sols africains, les Français privilégient en effet désormais les investissements dans la distribution.
 

Une préférence guidée par l’augmentation de la consommation  des Africains, dont le pouvoir  d’achat se consolide. Une classe moyenne émerge sur le continent. Si sa taille divise les experts  (qui évoquent 143 à 300 millions de personnes), elle représente un nouveau marché à conquérir.
 

  • Le poids du mobile
  •  

Le marché des télécommunications a accompagné cette montée en puissance des classes moyennes. Sur les cinq dernières années, c’est en Afrique que leur croissance a été la plus rapide. Avec, en pôle position, les smartphones. Dans les dix prochaines années, leur nombre devrait être  multiplié par 5, passant de 70 millions en 2015 à près de 360 millions en 2025.

Le secteur bancaire est l’un des plus gros viviers d’innovation, près de 80 % de la population  africaine n’étant pas bancarisée. Ces dernières années, plusieurs solutions se sont ainsi développées sur mobile, surtout à l’ouest du continent. Au point que l’Afrique subsaharienne est aujourd’hui la région du monde  où les transferts  d’argent par téléphone sont les plus nombreux.

Le commerce en ligne ne doit pas non plus être négligé, selon Jérémy Hodara, co-directeur d’Africa Internet Group (AIG), leader de l’
e-commerce  en Afrique : « le continent a concentré 2,2 % des ventes mondiales de e-commerce en valeur en 2013, une augmentation de 31 % depuis 2011. En outre, l’Afrique devrait doubler  son chiffre d’affaires dans le domaine du e-commerce B2C (business to consumer) d’ici à 2017 ». Filiale du groupe allemand Rocket Internet, Africa Internet Group ne gagne toutefois pas encore d’argent sur ses  activités africaines.
 

  • Savoir compter sur les locaux 
  •  

La moitié des entreprises françaises interrogées ont opté pour une stratégie phasée de l’investissement. Une politique  des petits pas permettant de tester  le marché, notamment à travers une alliance locale, avant une implantation durable et l’apparition d’une filiale intégrée, une fois que le marché a été mis à l’épreuve.
 

Engager des salariés africains permet aux entreprises françaises d’avoir une connaissance approfondie du terrain, facteur clé d’une implantation durable. Mais le recours à la main-d’œuvre locale est aussi un moyen pour les investisseurs d’être plus rentables. Bénéficiant de contrats locaux, les employés africains coûtent nettement moins cher que les expatriés.
 

Rares, néanmoins, sont ceux qui travaillent directement aux sièges des sociétés. « Il s’agit d’un axe d’amélioration des politiques de gestion des compétences qui mérite d’être étudié par les entreprises française », préconise le cabinet de conseil.
 

  • La montée en puissance du « Made  in Africa »
  •  

Que ce soit dans la mode, les technologies, la distribution ou même l’industrie, les sociétés françaises sont surtout en compétition  avec des compagnies africaines. Elles « ne sont plus attendues comme avant et ne sont pas spécialement celles qui auront le plus d’opportunités à l’avenir si rien ne change », soutient BearingPoint.

Alors que les Françaises misent sur la qualité, les Africaines privilégient le faible coût de leurs produits. Une stratégie qui colle davantage aux réalités économiques locales : sur le continent, près de 60 % de la population est encore en situation de précarité.



LeMonde.Fr



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

24.Posté par maitre djakpata le 10/03/2017 17:45


Marabout-voyant, compétent, discrétion assurée et résultats rapides.

Grand féticheur SORCIER dit PAPA DJAKPATA Voyant féticheur VODOUNON donneur de portefeuille Magique d'argent peut intervenir dans les domaines suivants :Jeune étudiants diplômé homme d'affaire femme vous qui avez BESOIN D'ARGENT pour réaliser des projet et réaliser vos rêve plus de soucis pour avoir de l'argent contactez votre Marabout sorcier féticheur PAPA VODOUN pour vos portefeuille Magique valise d'argent .



Portefeuille Magique pour vos affaire qui donne 20.000€ par semaine .

Portefeuille mystique magique qui donne 50.000 € $ par jour et mois pendant 1 ans

Portefeuille Magique qui vomis de l'or et de l'argent par jour 10.000€$ par jours 2 ans

VALISE MYSTIQUE MULTIPLICATEUR DE BILLET DE BANQUE QUI DONNE 200.000€ PAR JOURS PAR MOIS

VALISE MAGIQUE MYSTIQUE QUI DONNE 500.000€ PAR MOIS PAR JOURS POUR HOMME D'AFFAIRE POLITIQUE

VALISE MAGIQUE DE BANQUE MULTIPLICATEUR DE BILLET DE BANQUE DES EUROS € DOLLARS PAR JOURS

STATUETTE QUI VOMIS DE L'OR ET DE L'ARGENT



Rapide du retour de lêtre aimer

poblême de justice

poblême d'impôts

Rituel pour reprendre avec son ex

Rituel pour en finir avec l'infidélité

Rituel pour éloigner les rivales (ou rivaux)

Rituel pour stopper la malchance

Rituel pour attirer l'argent

Rituel pour réussir son avenir amoureux

Vous avez un problème de mariage ?

Vous avez des problèmes a concevoir un enfant ?

Vous avez des problèmes dans votre familles ?

Vous avez des problèmes financiers



Si vous, voulez vous faire aimer ou si votre ami vous a quitté

je peux le ou la faire revenir dans 3 jours. Il, elle va courir derrière vous comme un chien derrière son maître. Amour durable. chance aux jeux, dés envoûtement, fidélité, Impuissance, maladie inconnue, même cas désespérés. , travail Efficace et rapide. 100% de réussite garanti. Ne restez pas dans l'angoisse,pas de Problème sans solution. je suis réputé pour trouver une solution à tous vos problèmes qui vous embête Votre satisfaction demeura toujours ma première ambitions

Email: maitredjakpata@gmail.com

site web :www.maitredjakpata.wixsite.com/monsite


23.Posté par Faustine le 29/12/2015 14:55
La venue des investisseur Français sur le continent africain est une bonne nouvelle pour partager avec eux leur expériences dans diffèrent domaine.

22.Posté par Queen Waters le 29/12/2015 09:47
Aujourd’hui vue la situation actuel que l’Afrique traverse ils est nécessaire d'avoir des partenaire gagnant et bénéfique comme la France pour le développement de la nation.

21.Posté par Nefertiti le 29/12/2015 09:40
Si la France choisi de plus en plus des investissement en africaine ces par ce qu'il savent ce que l’Afrique représente,

20.Posté par Jack Iber Monris le 25/12/2015 21:14
La France ce sont des alliées au Continent Africain par ce'que cela était un d'une autre part aussi parfait pour permettre à l'africain d'en savoir comment exploité la plupart de vos richesses et mais de si est juste par ce'que les même français on vouluent être trop abusivent

19.Posté par missamou makosso le 24/12/2015 16:04
Ces investisseurs en Français apporterons la pierre à l'édifice, pour la reconstruction d'une nouvelle Afrique, déjà, aussi permettre, que plusieurs infrastructures soient construites.

18.Posté par zanou le 24/12/2015 15:21
De gigantesques investissements dans les infrastructures sont annoncés, à hauteur de 72 milliard de dollard d’investissements par an, qu’elles soient ferroviaires (tronçon ferroviaire entre Dakar, N’Djamena et Djibouti, aménagement de la voie ferrée Abidjan-Ouaga de 1 300 km), routières (projet de combinaison des autoroutes transafricaines entre Dakar et N’Djamena et entre N’Djamena et Djibouti représentant une distance totale de 8 715 km), portuaires (projet de construction par une filiale du groupe Maersk d’un méga-port au Nigéria, à une cinquantaine de km de Lagos, pour absorber la croissance du trafic des conteneurs, prévu de passer à 10 millions d’EVP d’ici 30 ans contre 1,5 million en 2011), dans le domaine de l’énergie.

17.Posté par Ange Mabela le 24/12/2015 15:03
Et pourtant la France était le premier partenaire privilégié et stratégique de l'Afrique, c'est elle qui avait le monopole des marchés sur le continent, elle a perdu son statut faute de son arrogance, de sa mauvaise politique pour Afrique et de son impérialisme. Aujourd'hui, reconquérir le marche africain, elle fera face à une concurrence accrue, et doit se conformer a la donne sur le terrain, tout se synthétise actuellement sur le principe EGAL A EGAL ou encore donna - donna.

16.Posté par guy Blanchard le 24/12/2015 14:58
Pour la plupart des Français, l’Afrique est le continent des laissés-pour-compte, de la misère
et de la pauvreté; Cette Afrique existe. Mais elle masque une autre Afrique, plus nombreuse, plus puissante, l’Afrique qui construit l’avenir et qui est déjà une réalité pour des centaines de millions d’Africains et de Français qui y vivent et y travaillent.

15.Posté par Caméroune le 24/12/2015 14:43
Fort du potentiel de développement, des sous-sol gorgés de matières premières, de la démographie exponentielle, de l'émergence des classes moyennes et des énormes besoins en infrastructure et énergie, le continent attire de plus en plus d'investissements étrangers. L'attractivité de l'Afrique n'est plus à prouver sur le front économique.

14.Posté par Koffi le 24/12/2015 14:41
Que ce soit dans la mode, les technologies, la distribution ou même l’industrie, les sociétés françaises sont surtout en compétition avec des compagnies africaines. Elles « ne sont plus attendues comme avant et ne sont pas spécialement celles qui auront le plus d’opportunités à l’avenir si rien ne change », soutient BearingPoint.

13.Posté par Azize le 24/12/2015 14:30
L'Afrique est un continent qui veut un changement, les investisseurs sont les bienvenus dans son beau continent qui est en voie de développement un marché pas presque exploité. Plein de concurrent cherche à s'installer pour nous faire bénéficier de leur expérience.

12.Posté par mignon ZOLA le 24/12/2015 14:25
L’Afrique a besoin d’industries agroalimentaires. Il faut stimuler la croissance dans les secteurs et zones dans lesquels les populations pauvres vivent et travaillent. L’agriculture emploie encore 60 à 70% de la population active mais ne représente que 20% de la valeur ajoutée totale. La productivité du secteur agricole reste largement insuffisante malgré l’engagement résolu des pays africains à changer la donne. Il est donc essentiel de soutenir les petits exploitants en leur donnant accès à des technologies modernes, des services financiers adaptés et un meilleur accès aux marchés. Le secteur de l’agriculture et de l’agroalimentaire devrait représenter près de 1000 milliards de dollars d’ici 2030, un fait que le continent doit exploiter. Le Kenya est désormais le troisième exportateur mondial de fleurs coupées et cette activité emploie plus de 500 000 personnes. Selon le Bureau national des statistiques du Kenya, la filière floricole a exporté 135 601 tonnes en 2014 et représente 1,3 point de PIB national. Toutefois, plus d’un demi-million de Kenyans entrent chaque année sur le marché du travail, ce qui nécessite des créations d’emplois massives.

11.Posté par Edouard DZON le 24/12/2015 14:21
Si l’Afrique est perçue comme la destination phare des investisseurs, elle devra cependant s’atteler à réduire son déficit en infrastructures : une tâche gigantesque ! Pour combler ce déficit, le continent devra débourser 93 milliards de dollars par an au cours de la prochaine décennie, selon les estimations. Sans routes, sans accès pour tous à l’électricité et aux technologies de l’information et de la communication, le continent ne pourra pas concurrencer les autres régions du monde. L’Afrique subsaharienne pâtit de son manque d’intégration au commerce mondial, ses camions de marchandises n’avançant parfois pas plus vite qu’un attelage tiré par des chevaux, et ses grands ports étant constamment embouteillés.

10.Posté par quesnel brice Diatodia le 24/12/2015 14:18
impliquera non seulement de réduire les coûts de transport et de distribution d’énergie mais aussi d’éliminer les barrières commerciales formelles et informelles ; de rendre le marché du travail plus souple et de faire marcher la concurrence.

9.Posté par quesnel brice Diatodia le 24/12/2015 14:18
impliquera non seulement de réduire les coûts de transport et de distribution d’énergie mais aussi d’éliminer les barrières commerciales formelles et informelles ; de rendre le marché du travail plus souple et de faire marcher la concurrence.

8.Posté par Nicole le 24/12/2015 14:16
L’Afrique a besoin d’une main-d’œuvre qualifiée. Dans les vingt prochaines années, l’Afrique subsaharienne comptera plus de main-d’œuvre que l’ensemble du reste du monde. Comment peut-elle tirer parti de ce dividende démographique ? Cette nouvelle population en âge de travailler devra pouvoir accéder à des emplois bien rémunérés. Il faudra pour cela investir davantage dans l’éducation afin d’offrir aux jeunes une formation adaptée aux attentes du marché.

7.Posté par jean Mankassa le 24/12/2015 14:06
Pourquoi cet engouement ? La raison est simple : le monde entier a le regard tourné vers l’Afrique, son milliard d’habitants et sa classe moyenne émergeante. Bonne nouvelle : les investisseurs s’intéressent à d’autres secteurs que celui des matières premières, les services financiers, la construction et l’industrie manufacturière représentant par exemple aujourd’hui 50% des IDE en provenance de la Chine. Et les industriels prennent conscience que l’Afrique a le potentiel de devenir « l’usine du monde ».

6.Posté par Hugue kibiadi le 24/12/2015 14:03
Aujourd’hui, l’Afrique est le continent qui attire le plus d’investisseurs après l’Amérique du Nord, ces derniers s’intéressant à d’autres marchés que le trio habituel constitué par l’Afrique du Sud, du Nigeria et du Kenya. Or, la hausse des investissements et une plus forte industrialisation sont autant de facteurs qui permettront au continent de créer des emplois et faire reculer la pauvreté. Nous sommes tellement émus grâce aux progrès qui s'annonce dans notre continent.

5.Posté par Christine NGOMA le 24/12/2015 14:01
En dépit de facteurs externes défavorables, les pays africains entendent en effet bien prouver qu’ils sont capables de s’adapter à la chute des cours des matières premières et de générer une croissance économique pérenne et inclusive en diversifiant leur économie, en stimulant la productivité et en adoptant des politiques en faveur des pauvres. Tel était le but du Forum investir au Congo le 18 novembre 2015.

1 2

Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager



Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces