Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Le FMI a du mal à reconnaître la Chine comme première économie mondiale

La Chine représente 17,3% de l'économie mondiale contre 15,8% pour les États-Unis, selon les chiffres établis par le FMI lui-même. Mais ce dernier continue dans ses analyses de présenter les États-Unis comme la première économie mondiale. Explication d'une contradiction de gros calibre.



Shanghai, crédits photo Johannes Eisele/AFP
Shanghai, crédits photo Johannes Eisele/AFP

Chaque pays calcule le Produit intérieur brut (PIB) dans sa propre monnaie nationale, ce qui va de soi, mais ce qui pose évidemment un problème pour comparer les PIB nationaux entre eux. Car il est indispensable de disposer d'une unité monétaire commune. Or c'est là que les choses se compliquent quelque peu. 

Deux solutions sont alors possibles. La première, la plus simple en apparence, consiste à prendre le taux de change tel que l'indique le marché des monnaies. Mais ce taux fluctue chaque jour, et surtout il n'exprime pas parfaitement les réalités concrètes. Les touristes peuvent ainsi constater qu'on achète beaucoup plus de choses avec un euro converti en yuans à Pékin qu'à Paris avec un euro. Exemple entre mille, une coupe de cheveux coûte moins cher en Chine qu'en France. Ce constat est banal en soi mais il soulève un énorme problème pour les économistes: les PIB convertis aux taux des marchés des monnaies expriment mal les rapports réels entre les économies nationales. Pourquoi le travail du coiffeur chinois serait-il moins valorisé que son confrère de Paris ou de New York? C'est pourquoi il est devenu habituel de comparer les PIB en «parité de pouvoir d'achat» (PPA): les économistes calculent pour chaque pays un taux de change qui fait que le prix de la coupe de cheveux sera pratiquement le même à Pékin qu'à Paris. Et ce n'est que justice pour le coiffeur chinois dont le travail est ainsi reconnu à sa juste valeur. C'est ainsi que procède le Fonds monétaire international (FMI) dans toutes ses analyses. 

La Chine, 17,3% du PIB mondial

Selon ses propres données qui figurent dans le World Economic Outlook d'octobre 2016 (Perspectives mondiales) publié hier, on peut lire que le poids du PIB de la Chine (en «parité de pouvoir d'achat») représente 17,3% du PIB mondial, contre 15,8% pour celui des États-Unis, la zone euro pesant 12%, le Japon 4,2%, l'Allemagne 3,4%, la France 2,3% etc. Ces pondérations sont à juste titre fondamentales aux yeux des économistes du FMI car elles servent à établir la croissance de l'économie mondiale, qu'ils estiment à 3,1% en 2016 et 3,4% en 2017 .

Il y a bien sûr une autre façon de calculer la croissance mondiale, en partant cette fois des PIB nationaux convertis dans une même monnaie, le dollar et au taux de change des marchés. Les États-Unis avaient ainsi un PIB «nominal» de 17947 milliards de dollars en 2015 et celui de la Chine était de 10 983 milliards de dollars. Dans la mesure où la Chine a d'année en année une croissance plus rapide (6,6% prévus en 2016 contre 1,6% pour les États-Unis), la croissance mondiale apparaît évidemment plus forte quand on retient la pondération des PIB en «parité de pouvoir d'achat» (PPA) que lorsqu'on part des PIB nominaux. C'est d'ailleurs ainsi que l'Organisation mondiale du commerce procède, et selon cette seconde méthode la croissance mondiale ne sera que de 2,2% cette année, selon l'OMC.

Il faut évidemment avoir à l'esprit ces différences de méthodes et de chiffrages quand on examine la croissance mondiale. Chacune des deux approches a ses avantages et ses inconvénients. Celle du FMI exprime mieux les réalités concrètes des économies telles que les vivent les habitants de chaque pays. Celle de l'OMC est plus financière et commerciale, car le commerce international se fait en monnaies courantes et pas en «parités de pouvoirs d'achats»!

Les États-Unis, puissance dominatrice

Ce qui étonne en revanche est que le FMI n'applique pas ses propres chiffres lorsqu'il désigne les pays . Ainsi lors de sa conférence de presse de mardi dernier et dans ses textes imprimés, Maurice Obstfeld a qualifié à plusieurs reprises les États-Unis de «première économie mondiale» et la Chine de deuxième. Voilà une contradiction de gros calibre, car ce n'est pas la réalité économique telle que les experts du FMI la conçoivent et l'analysent eux-mêmes. En même temps on comprend assez bien qu'ils «refoulent» , au sens freudien du terme, la réalité de la Chine «première économie mondiale» en retenant comme mesure le PIB en «parité de pouvoir d'achat», le choix délibéré du FMI par ailleurs! 

Dans toute l'organisation du FMI, qui remonte à sa création en 1944, les États Unis apparaissent comme la puissance dominante. Ils sont le premier actionnaire de l'organisation internationale, avec une «quote-part» du capital de 17,47%, et un droit de vote de 16,54%, ce qui leur donne du fait des textes fondateurs un droit de veto. De son côté la Chine détient 6,42% du capital et 6,09% des droits de vote au FMI. 

De façon institutionnelle il est donc politiquement impossible pour les experts du Fonds de présenter la Chine comme la première économie mondiale par l'importance de son PIB (en «PPA»), même si c'est la réalité des choses dans les toutes leurs analyses économiques.

Analyse de Jean-Pierre Robin


LeFigaro.Fr



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces