Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

La faim dans le monde, enjeu oublié de la COP21 ?

Rien ne dit encore si la question de la sécurité alimentaire sera explicitement mentionnée dans l’accord qui sera signé à l’issue de la conférence mondiale sur le climat (COP21) qui se tient à Paris-Le Bourget. Et pourtant, faim et changement climatique sont étroitement liés, vient rappeler avec force la carte interactive « Insécurité alimentaire et vulnérabilité au changement climatique », lancée mardi 1er décembre, par le Programme alimentaire mondial (PAM) et le Centre Hadley pour la recherche et la prévision climatique du Met Office britannique.



Cet outil de recherche en ligne montre au fil du temps comment le changement climatique impacte les niveaux de la faim dans le monde. Mais il permet aussi de mesurer la portée des actions qui pourraient être entreprises pour prévenir et empêcher les pires conséquences de ces dérèglements climatiques.

Les utilisateurs de cette carte interactive peuvent ainsi choisir une période – aujourd’hui, les années 2050 et les années 2080 – et voir la vulnérabilité à la faim des pays, induite par le climat, selon les efforts d’adaptation et les niveaux d’émissions de gaz à effet de serre.

« Selon le résultat des négociations de Paris, les générations futures hériteront d’un monde moins vulnérable, ou au contraire beaucoup plus vulnérable à la faim », ont insisté, en marge des discussions, Julia Slingo, responsable scientifique du Centre Hadley, et Ertharin Cousin, directrice du PAM, en présentant la carte.

Aider les pays vulnérables à s’adapter

Le deuxième des Objectifs de développement durable (ODD) adoptés le 25 septembre dernier par la communauté internationale vise l’éradication de la faim sous toutes ses formes dans le monde d’ici à 2030. Mais les impacts du réchauffement de la planète mettent à mal les efforts déployés dans cette lutte. Aujourd’hui, 795 millions de personnes sont encore en proie à la faim dans le monde. Selon le programme des Nations unies pour le développement (PNUD), d’ici à 2080, ce sont 600 millions de personnes supplémentaires qui pourraient souffrir d’insécurité alimentaire sous l’effet du changement climatique.

« Cependant, la mise en œuvre de politiques d’adaptation, notamment agricoles, permet d’atténuer la vulnérabilité face au changement climatique », relève Ertharin Cousin, directrice du programme alimentaire mondial (PAM). Et d’insister : « Réduire les émissions de CO2 ne suffit pas. Il faut aussi aider les pays vulnérables à s’adapter et cela exige des financements sûrs et suffisants. »

Anticiper les catastrophes

Le PAM a également annoncé, mercredi 2 décembre, en partenariat avec la Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge, le lancement mondial d’un nouveau dispositif humanitaire. Baptisé Foodsecure, ce dispositif repose sur une approche anticipatrice : déclencher des fonds et des actions en fonction des prévisions météorologiques, avant qu’une catastrophe n’arrive.

Récemment, il a ainsi été expérimenté en Ouganda, pour prévenir et atténuer les répercutions dramatiques d’un épisode El Niño qui était annoncé : des inondations étant prévisibles, des comprimés de purification d’eau et des articles de protection ont été distribués aux familles vulnérables. Au Guatemala et au Zimbabwe, Foodsecure a été activé dans les zones menacées de sécheresse : les agriculteurs ont été formés à l’utilisation de nouvelles semences résistantes à la sécheresse et à de nouvelles pratiques agricoles permettant de préserver le sol et l’eau.

« Une réponse anticipée protège non seulement des vies, mais elle permet aussi d’économiser de l’argent, souligne Ertharin Cousin. Les systèmes humanitaires sont aujourd’hui dans une situation financière et opérationnelle tendue. D’autant que la multiplication des désastres climatiques exige d’intervenir dans de plus en plus d’endroits et sur un temps de plus en plus long.

Nous avons besoin de développer de nouvelles approches permettant d’agir avant qu’une catastrophe ne se produise. C’est la seule façon de sortir de façon durable les personnes vulnérables de la faim chronique et de la pauvreté. » Le déploiement de Foodsecure à l’échelle mondiale exigera, selon le PAM, la mobilisation de 400 millions de dollars (376 millions d’euros).

LeMonde.fr



Commentaires articles
Du plus récent au plus ancien | Du plus ancien au plus récent

171.Posté par Marabout vaudou retour affectif rapide le 10/06/2016 14:53
Bonjour Mme/Mlle & Mr

Je viens respectivement par ce message vous proposé mes services.

- Vous avez un problème de mariage ?
- Votre mari ou votre femme vous a quitté?
- Vous avez des problèmes à concevoir un enfant ?
- Vous avez des problèmes dans votre famille ?
- Vos amis vous détestent ?
- Vous n'arrivez pas être aimé par un homme ou par une femme
- Vous voulez être riche par la poudre magique, avoir une porte-monnaie magique

Je suis Sa Majesté Marabout TOSSA, marabout sorcier vaudou, je vie et travaille en AFRIQUE .
Je suis reconnu pour avoir apporté du changement dans la vie de milliers de gens déjà à travers le monde.
Je combine les plus puissants sorts vaudou avec une utilisation EFFICACE mais SANS DANGER de la Magie Noire

pour résoudre rapidement et durablement tous vos problèmes. Mes pouvoirs occultes captivent celui ou celle que

vous voulez et vous serez la maîtresse ou le maître de cette personne dépendante de vous ! Contactez moi

directement pour une intervention rapide à tous vos problèmes.
Site Web: www.maraboutvaudoutossa.wix.com/occulte
E-mail : maraboutvaudou02@gmail.com
Tel : +229 97638657

170.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 04/01/2016 13:29
Je ne suis pas pessimiste sur cette question. Pas non plus sceptique. Le monde dispose des ressources en eau et en terre. Pourquoi alors parler de faim.
Il suffit seulement d'augmenter les productions industrielles et agricoles dans tous les pays pour combattre le problème de la faim.

169.Posté par maître le 16/12/2015 15:34 (depuis mobile)
qu''il fassent tout leur possible pour trouver des solutions à ces problèmes comme à su dit mon cher paola que la population croît chaque année de 100milliin de personne donc de bouche supplémentaire il faut aussi croître de l''autre côté la productivité pour ne pas qu''on arrive à l''état stationnaire

168.Posté par paola jaon le 15/12/2015 13:37
chaque année il y a au moins 100 millions de bouche supplémentaire a nourrir, cela s'explique par un taux élevés de la fécondité, avec le danger climatique l'homme doit faire de son nécessaire de trouver des solutions pour y remédier.

167.Posté par Jack Iber Monris le 11/12/2015 17:34
le fait d'être patriote n'est point une grâce de s'enrichir derrière le dos du chef de l'Etat Denis Sassou N'Guesso , aujourd'hui l'esprit patriotique d'un peuple est bien nécessaire pour l'évolution démocratique d'une nation.

166.Posté par Sa Majeste DSN lll le 06/12/2015 19:39 (depuis mobile)
@ Wilfrid Goma
Ne Te cache pas Mon Frere, Tu veut que je Parle en mboshi? Enleve le patronyme sudiste "Goma". Toi c''est Wilfried Nguesso. Au Congo grace au president On EST tous riche. Tu est le bel exemple WillY!!!

165.Posté par WILFRID GOMA le 06/12/2015 19:06
Bien que les enjeux de la cop 21 soient multiples celui spécifique a la lutte contre la famine est le combat de la F.A.O l'une des institutions spécialisées de l'ONU qui a pour rôle de lutter contre la pauvreté et la faim en encourageant le développement de l'agriculture ; en améliorant la nutrition et en renforçant la sécurité alimentaire ceci pour contribuer au bien être des populations du monde

164.Posté par Sa Majeste DSN lll le 05/12/2015 12:11 (depuis mobile)
@ reponse a tout intervenant ci-haut
Secheresse, faim, chomage, climat,catastrophes, guerre, egoimes ce sont des mals qui n''existe pas au Congo et cela grace au president.Donc s''ll devient roi ou president du monde, alors plus de probleme.

163.Posté par NAPOLEON BONAPARTE BOLEZ le 05/12/2015 12:03
La faim reste un problème à traiter et à combattre. Plusieurs des pays du tiers monde en sont victimes. Les populations meurent de faim, en particulier les enfants. La Cop 21 ne mentionne pas la question de la famine dans le monde dans son programme. Et pourtant, le réchauffement climatique a pour conséquence logique la sècheresse. Si on considère la tolérance climatique des plantes, toutes ou presque dépondent des conditions hygrologiques adaptées. La sècheresse entrainera à son tour des dégâts majeurs sur les végétaux. En terme clair et nuancé, la sècheresse est la condition létale de toute plante.
Pas de nourriture pour les végétaux, pas de nourritures pour les animaux et donc pas de nourriture pour les humains. Une voie logique pour l'extinction des espèces.
Si les conclusions de la Cop 21 parviennent à porter les espoirs attendus, c'est à dire stabiliser la température du globe au dessous de 2°C, les questions relatives à la faim seront réglées avec facilité.
Il suffirait d'augmenter la production agricole dans les pays du tiers monde pour résoudre le problème de la faim. Les méthodes diverses et variées permettrons d'atteindre ce but. L'introduction des nouvelles variétés à hauts rendements, les organismes génétiquement modifiés, la révolution verte et d'autres politiques agraires doivent faire l'actualité en la matière. C'est vrai tout ceci nécessite d'importants investissements. L'humanité se trouve donc dans "l'obligation de faire".

162.Posté par arnold le 05/12/2015 11:54
La plupart des pays qui ont réalisé les objectifs de réduction de la faim ont bénéficié de conditions
politiques stables et d’une bonne croissance économique, et ils ont mis en place en parallèle
des politiques rationnelles de protection sociale ciblant les groupes vulnérables de la population.
Dans ces pays, la volonté de lutter contre la faim a porté ses fruits malgré les difficultés liées à la
croissance démographique accélérée, à l’instabilité des prix des produits de base, aux prix élevés des aliments et de l’énergie, à la hausse du chômage et aux récessions économiques à la fin des années 90 puis à nouveau en 2008.

161.Posté par NASTY BAYARD le 05/12/2015 11:53
Dans plusieurs des pays qui n’ont pas réussi à atteindre les objectifs internationaux de réduction
de la faim, des catastrophes naturelles ou causées par l’homme ou encore l’instabilité politique ont
fait naître une situation de crise prolongée, ce qui a fait obstacle à la protection des groupes
vulnérables de la population et à la concrétisation de sources de revenu pour tous. Dans d’autres
pays, les bienfaits de la croissance économique n’ont pas profité aux plus pauvres faute de
politiques efficaces de protection sociale et de redistribution des revenus.

160.Posté par julio le 05/12/2015 11:52
Au total, sur les 129 pays en développement faisant l’objet du suivi, 72 ont atteint la cible OMD
1c de réduction de la faim. Parmi eux, 29 pays ont également atteint l’objectif plus ambitieux du
SMA, et 12 autres pays maintiennent depuis 1990- 1992 la prévalence de la sous-alimentation à un
niveau inférieur à cinq pour cent ou très proche de ce seuil.

159.Posté par SAGE LER le 05/12/2015 11:47
De grands écarts persistent entre les régions. Certaines ont enregistré des progrès rapides en
matière de réduction de la faim: l’Amérique latine ainsi que l’Asie de l’Est et du Sud-Est ont atteint à la
fois la cible 1c des OMD et celle plus ambitieuse du SMA. L’Asie centrale, le Caucase, ainsi que l’Afrique
du Nord et de l’Ouest ont atteint la cible 1c des OMD. L’Asie du Sud, les Caraïbes, l’Océanie, ainsi que
l’Afrique australe et l’Afrique de l’Est ont aussi enregistré des progrès, mais à un rythme trop lent
pour pouvoir atteindre la cible 1c. Enfin, l’Afrique centrale et l’Asie de l’Ouest s’éloignent des objectifs
de réduction de la faim, ces régions enregistrant aujourd’hui au sein de leur population une plus
grande proportion de personnes sous-alimentées par rapport à 1990-1992.

158.Posté par SAGE LER le 05/12/2015 11:46
L’année 2015 marque la fin de la période du suivi des progrès accomplis en matière de réalisation des
objectifs de réduction de la faim énoncés dans le cadre des OMD et du SMA. Les dernières estimations
suggèrent que les régions en développement ont presque atteint la cible OMD 1c de réduction de la
faim. D’un point de vue strictement statistique, la cible a été manquée de peu, mais du point de vue du
développement, l’engagement pris au titre de la cible 1c a été essentiellement concrétisé, au moins à
l’échelle mondiale. En revanche, l’objectif du SMA n’a pas été réalisé, loin s’en faut. Selon les estimations, le nombre de personnes sous-alimentées inclut 285 millions de personnes de plus que l’objectif fixé pour 2015.

157.Posté par stephane pongo le 05/12/2015 11:45
Environ 780 millions de ces personnes, soit la grande majorité des personnes sous-alimentées, vivent dans
les régions en développement. Dans ces régions, la prévalence de la sous-alimentation a reculé de
44,4 pour cent depuis 1990-1992, et la proportion de personnes sous-alimentées par rapport à la
population totale est désormais de 12,9 pour cent.

156.Posté par Mbonda ebeti le 05/12/2015 11:43
Sur la base des dernières données, on estime que 795 millions de personnes sont sous-alimentées à
l’échelon mondial, soit 167 millions de personnes de moins au cours des dix dernières années, et
216 millions de moins qu’en 1990-1992. Cela veut dire qu’actuellement, dans le monde, un peu plus
d’une personne sur neuf n’est pas en mesure de se nourrir suffisamment pour pouvoir mener une vie
saine et active.

155.Posté par Mbonda ebeti le 05/12/2015 11:39
On a aussi utilisé ce modèle pour calculer les projections pour 2014 lorsque EST n’avait pas de données ou que ces données n’étaient pas fiables. Le modèle Holt-Winters recourt à un processus appelé lissage exponentiel, qui attribue une pondération plus élevée aux données plus récentes et une pondération progressivement moins importante aux observations plus anciennes. À chaque période, la pondération est réduite d’un chiffre constant, qui se trouve sur une courbe exponentielle.

154.Posté par ET QUOI? le 05/12/2015 11:05
Les données disponibles les plus récentes provenant des bilans alimentaires datent de 2013 pour la plupart des pays72; elles ne vont que jusqu’en 2011 pour les autres pays. Il a donc fallu obtenir des sources supplémentaires pour estimer l’apport énergétique alimentaire moyen pour les années suivantes. Pour 2012, 2013 et 2014, la principale source de données venant compléter les
données manquantes se trouve dans les estimations de la consommation alimentaire indiquées dans les perspectives à court terme relatives aux marchés établies par la Division du commerce et des marchés (EST) de la FAO. La Division calcule la disponibilité par personne de certains produits essentiels – céréales, viandes, oléagineux et sucre – pour la plupart des pays du monde.

153.Posté par Tambani bruno le 05/12/2015 11:04
Ce choix est motivé par la nécessité d’assurer la cohérence avec les évaluations précédentes
sur la sous-alimentation – qui s’appuyaient sur les moyennes triennales depuis 1990-1992 – et le suivi des Objectifs du Millénaire pour le développement et l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation, qui vise 2015. La dernière période doit être une moyenne triennale centrée sur 2015, c’est-à-dire la période 2014-2016. Par conséquent, il faut que l’apport énergétique alimentaire moyen par habitant soit calculé et projeté jusqu’à l’année 2016

152.Posté par emilienne le 05/12/2015 11:03
Lors de la révision effectuée pour L’État de l’insécurité alimentaire dans le monde 2012, on a introduit un paramètre rendant compte des pertes de produits alimentaires lors de la vente au détail, en vue d’obtenir des valeurs plus exactes de la consommation par habitant. On a estimé la valeur énergétique des
pertes par région à partir des données fournies par une récente étude de la FAO; ces pertes vont de 2 pour cent des volumes distribués, pour les céréales sèches, à 10 pour cent, pour les produits périssables tels que les fruits et légumes frais. La dernière période pour laquelle le PoU est estimé est la moyenne triennale 2014-2016.

1 2 3 4 5 » ... 9

Les Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces