Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

La CIEHC-3 s’achève sur fond d’importantes promesses

Ouverte le 24 avril dernier à Brazzaville, la 3ème Conférence internationale et exposition sur les hydrocarbures au Congo (CIEHC-3) a pris fin le 26 avril. De ces assises, l’on retient quelques promesses faites. Parmi lesquelles, la construction d’un oléoduc de 1200km à court terme et la maximisation des performances de la Congolaise de raffinage (CORAF), pour rendre les produits pétroliers disponibles dans tout le pays.



L’annonce sur la construction de l’oléoduc a été donnée par le directeur Développement Aval pétrolier de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC), Norbert Mabiala.

«La SNPC projette de construire à court terme un oléoduc de 1200 km de long en trois ans avec le concours des partenaires au développement du Congo», a-t-il déclaré.

M. Mabiala a précisé que cet oléoduc sera construit entre Pointe-Noire et Ouesso, chef-lieu du département de la Sangha, et passera par Brazzaville. De par sa situation géographique, l’oléoduc renforcera la capacité de transit du Congo.

Le directeur de la CORAF, Yao Koffi, quant à lui, a plaidé pour l’expansion des activités de cette raffinerie, en vue de maximiser sa production, qui passera de  25% (actuellement) à plus de 80%.

Implantée au nord-est de Pointe-Noire, dans le quartier Mbota, la CORAF, une société anonyme de droit Congolais, traite le pétrole brut acheté à Total E&P Congo et à la SNPC. Elle le transforme en produits pétroliers finis pour les besoins du marché national. Une partie du fuel-oil est exportée vers le marché extérieur. Ces différents produits finis sont : le jet A1, le super, le gasoil lourd, le gasoil léger et le butane ou gaz de cuisine.
 
Au cours des travaux de la CIEHC-3, onze sous-thèmes ont été débattus, parmi lesquels : le nouveau Code pétrolier ; l’évolution de la technologie dans le domaine pétrolier et gazier ; les infrastructures et les opportunités ; le développement des hydrocarbures au Congo.

Les 350 participants (nationaux et étrangers) ont été édifiés sur les problématiques du secteur des hydrocarbures et les possibilités d’investissement dans ce secteur au Congo. On peut aussi retenir de cette conférence que la production du pétrole congolais pourrait dépasser 350.000 barils par jour en 2018. Cette annonce a été faite par le ministre des Hydrocarbures, Jean-Marc Thystère Thicaya, à l’ouverture des travaux.
 
Selon le ministre des Hydrocarbures, la production pétrolière du pays est sur une tendance haussière. De 232.000 barils par jour en 2016, elle est passée à 282.000 barils par jour en 2017. Les réserves de près de 1,7 milliards de barils par jour prouvées sur les 25 années à venir seront assurées. En 2018, le Congo atteindra le pic le plus haut qu’il n’a jamais atteint.
 
Les données de l'OPEP de l’année 2015 indiquent que le Congo-Brazzaville fait partie du club des six premiers producteurs du pétrole en Afrique, derrière le Nigéria qui occupe la première place, l'Angola, l'Algérie, l'Egypte et la Libye. Le nouvel objectif affiché pourrait permettre au pays de devenir le troisième producteur de pétrole du continent.

Gos-Gaspard Lenckonov


Top News | Sur le net | Sur les réseaux sociaux | Dépêches | Sur la blogosphère | Dans la Presse | Dans les kiosques | Tribunes et analyses | À l' International | Intox ou Vérité | Clips & Spots | Arrêt sur image | Tribune Libre | Message Usager




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces