Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

France-Congo : Comment l’Opposition congolaise s’ingénie à instrumentaliser Emmanuel Macron contre Denis Sassou N’Guesso

Après avoir, dans un premier temps, soutenu la candidate du Front national, Marine Le Pen à l’élection présidentielle de mai 2017 en France, dans l’espoir que celle-ci, si elle accédait au Palais de l’Elysée, favoriserait leur prise du pouvoir au Congo Brazzaville, les membres de l’opposition congolaise en France et à l’étranger s’emploient à présent à instrumentaliser l’administration Macron pour la monter contre le régime de Denis Sassou N’Guesso, au moyen de rapports et des montages ouvertement mensongers.



Réunis sous la bannière d’un mouvement dénommé « Assises Nationales du Congo », des opposants congolais au régime de Denis Sassou N’Guesso en France font tout ce qu’ils peuvent pour tenter d’influencer le nouveau locataire de l’Elysée, Emmanuel Macron, à qui ils demandent pêle-mêle, de réviser les « accords de coopération » entre la France et les pays africains, de mettre fin « aux réseaux de connivence franco-africains » qui constituent la « Françafrique », de revoir les conditionnalités de l’aide financière de la France, du FMI et de la Banque mondiale au profit Congo, de demander l’envoi d’une force militaire de maintien de la paix en République du Congo, et de diligenter une enquête internationale pour crime contre l’humanité dans le département du Pool, etc.

Cette demande qui a été faite dans une lettre adressée au candidat Macron le 1er mai 2017, dont près de 98% des signataires sont ressortissants de la région Sud du Congo, montrant le caractère tribal de cette conspiration, a eu pour finalité une rencontre entre Aurélien Lechevalier, Conseiller aux affaires internationales du nouveau président français, et une délégation de ressortissants congolais qui n’ont « étonnamment passé le temps qu’à critiquer le chef de l’Etat de leur pays, et RIEN de plus ! ».

C’est à l’issue de cette entrevue qui s’est donc révélée infructueuse, que le nommé Ferdinand Justice Moukala, Secrétaire permanent des Assises Nationales du Congo, ancien activiste du CERDEC du Feu Moungounga Nguila, et frère jumeau du pasteur brazzavillois Edouard Moukala, a multiplié des démarches pour organiser, avec l’aide d’autres militants tels que Marc Mapingou et Michel Ondongo Mpandi, une « grande » marche ce 20 mai à Amiens, ville natale d’Emmanuel Macron. A savoir qu’une autre marche avait été organisée dans le même esprit il y a une semaine environ, devant l’ambassade du Congo à Paris et n’avait pas connu de succès.
 
Il y a quelques jours, une délégation proche du Lobby protestant est partie de Brazzaville, avec des visas Schengen délivrés par le consulat suédois au Congo, pour tenter de rencontrer Emmanuel Macron à l’Elysée, dans le but de lui remettre un « rapport », semble t-il « accablant » sur le département du Pool et les injustices sociales au Congo Brazzaville. Le pasteur Edouard Moukala, président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC), qui a récemment implanté une paroisse à Oyo où il se rend de fait fréquemment, en saurait paraît-il beaucoup, sur le régime de Brazzaville.


Rédaction


International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé


Les dernières Infos !

Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces