Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

FESPAM 11ème édition : Le Congo sollicite l’implication des Etats membres

Brazzaville, Congo (CONGOSITE) – Le ministre en charge de la culture et des arts Léonidas Carrel Mottom Mamoni a échangé le 8 février 2017 à Brazzaville avec le corps diplomatique accrédité en République du Congo; l’organisation de de la 11ème édition du Festival Panafricain de Musique (FESPAM) était au cœur des échanges.



Le présidium
Le présidium
En sa qualité de président du Comité de direction du FESPAM, Léonidas Carrel Mottom Mamoni a expliqué qu’il est nécessaire que les Etats de l’organisation panafricaine se mobilisent pour appuyer la prochaine édition dudit festival.

La 11ème édition du FESPAM se tiendra du 8 au 15 juillet prochain, sous le thème : « Musique et environnement en Afrique et dans la diaspora ». Le choix des dates et du thème ressort de la 16ème session du comité de direction du FESPAM et de la publication d’une note verbale de la commission de l’Union Africaine informant tous les Etats membres sur la tenue de cet évènement.

« Il y a 22 ans, l’organisation de l’Unité Africaine (OUA), aujourd’hui Union Africaine (UA), décida de concrétiser le rêve des pères fondateurs de l’Afrique indépendante en créant une institution publique à caractère culturel et scientifique ayant pour mission la promotion de la musique africaine et de sa diaspora. Outil d’accompagnement de l’intégration africaine par le brassage des peuples et de leurs cultures à travers la musique, le FESPAM nous donne la possibilité d’assurer la prévention et la promotion de notre identité » a souligné  Léonidas Carrel Mottom Mamoni.

Il a précisé que, ce festival prend en compte l’ensemble de la chaine de valeur musicale qui met en exergue le triptyque création ; production ; diffusion et a ajouté que le a promotion de la musique africaine s’articule autour des axes de prestations musicales d’artistes africains et ceux de sa diaspora ; un symposium ; une exposition d’instruments traditionnels de musique ; un marché de la musique.

«Lieu de rencontre et d’échange intra-africains, les éditions du FESPAM contribuent à renforcer la paix, l’unité et la connaissance mutuelle entre les peuples, et à la promouvoir les industries culturelles de la filière musique qui sont des véritables facteurs de développement économique » a –t-il évoqué concernant l’impact du festival et a démontré que sans discontinuer, malgré les difficultés de tous ordres la République du Congo depuis 1996  à 2015 a organisé 10 éditions prenant en compte les 4 missions édictées par les par les pères fondateurs et que chacune d’elles a regroupé une moyenne de plus de 3.000 experts, 150 journalistes nationaux et 50 exposants.

C’est ce sens que les diplomates ont été informé de la publication des supports audiovisuels et livres de ses éditions notamment des DVD des prestations musicales et actes des symposiums et en novembre 2008, le Musée panafricain de la musique a ouvert ses portes au public, il compte à ce jours 250 instruments traditionnelles de musique collectés dans une quinzaine de pays de l’Afrique et de la diaspora, grâce au commissariat général du FESPAM.  

Pour Léonidas Carrel Mottom Mamoni, le FESPAM n’est pas une affaire essentiellement congolaise il pense qu’il pense faut que cet évènement s’ouvre à tous les Etats africains, qui lui permettra de diversifier ses ressources de revenus et d’atteindre ainsi un degré d’autofinancement élevé. D’où l’impérieuse nécessité d’impliquer tous les Etats membre afin qu’ils assument leurs responsabilités en participant et en investissant dans cette institution panafricaine.

Il a par la même occasion annoncé l’exposition d’instruments traditionnels de musique africaine  et a lancé un appel à tous les pays africains non encore représentés au sein du Musée panafricain de la musique à ce manifesté à faire don d’au moins un instrument comme les 15 pays déjà présent il s’agit de la RCA ; le Cameroun, la RDC ;le Togo ; l’Angola ;la Cote d’Ivoire , l’Algérie ; le Rwanda ; le Tchad ; la Guinée Equatoriale; le Burkina Faso ; Cuba, et bien sur le Congo. Il dit espérer voir des Etats faire comme l’UNESCO, qui a doté le Musée de 144 instruments.

La vice doyenne du corps diplomatique, ambassadrice du Tchad Mme Kalzevbe Neldikingar a félicité et a encouragé la façon dont le FESPAM se prépare et souhaite que les informations concernant l’évènement soient mises à profit pour les diplomates  et pense qu’il faut organiser des points focaux qui seront en relation permanente avec le comité du FESPAM et qui feront le relais d’informations.

L’ambassadrice du Sénégal Mme Batoura Kane Nianga salué le thème retenu pour cette édition, qui renvoie à l’environnement qui est un réel problème et s’est dit heureuse de l’importance accordé à la culture en général et au FESPAM en particulier.
 
 
 

Kury Kounga



Nouveau commentaire :

International | Politique | Économie | Culture | Écologie | Sports | Science et technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces