Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Donald Trump - Denis Sassou-Nguesso, une rencontre à huis-clos à Miami ?

En rencontrant le dictateur congolais, le président élu américain donne le ton de sa politique africaine.



Dans les jours suivants l'élection de Donald Trump à la présidence américaine, plusieurs autocrates africains avaient applaudi à deux mains le succès du candidat républicain. La raison? Ils espéraient, du président égyptien al-Sissi au chef d'Etat du Burundi, Pierre Nkurunziza, que la nouvelle administration américaine soit moins regardante que la précédente sur les droits de l'homme et la démocratie, comme nous le racontions ici

«Cette victoire de Trump ressemble plus à ce qui s’est passé au Burundi. Contrairement à ce que les faiseurs d’opinion, médias et certains spécialistes, essayent souvent de faire croire, le peuple a toujours le dernier mot. Trump prendra la bonne décision lorsque la vérité sur la situation réelle au Burundi va éclater», avait par exemple déclaré Willy Nyamitwe, conseiller principal en communication de la présidence burundaise, à Jeune Afrique.


Trump et les hommes forts

Et Donald Trump ne lui donne pas forcément tort. Le futur locataire de la Maison-Blanche, qui entrera en fonction le 20 janvier, a rencontré le président de la République du Congo, Denis Sassou-Nguesso, mardi 27 décembre. Le site d'information Africa is a country rappelait  dans un éditorial en mars 2016 que Denis Sassou-Nguesso a gouverné, au total, le pays pendant 32 ans, et qu'il s'est récemment maintenu au pouvoir en modifiant la Constitution à l'issue d'un référendum marqué par de nombreuses irrégularités. 

Pour le site d'information américain Quartz«Nguesso ne représente pas l'Afrique progressiste. Il est un leader africain classique et autoritaire. Peut-être que c'est quelque chose qui attire Trump. Des centaines d'analyses publiées ces trois derniers mois pointaient les tendances "autoritaires" de Trump, dont le héros est l'homme fort et président russe Vladimir Poutine»

La rencontre entre Sassou-Nguesso et Trump s'est déroulée à huis clos. 

LIRE L'ARTICLE SOURCE SUR SLATEAFRIQUE.COM
 



Dans un tweet, le porte-parole du gouvernement congolais, Thierry Moungalla, a annoncé que les discussions entre les deux hommes devaient notamment traiter de la crise libyenne. 

SlateAfrique.Com



Commentaires articles

1.Posté par Le Dégoûté ! le 28/12/2016 00:17
Vous savez pourquoi Miami et pas Washington ? Eh bien, parce que à Washington, le centre névralgique de l'administration américaine, c'est OBAMA qui continue de diriger l'Amérique....jusqu'à l'investiture de TRUMP. Donc, le huis-clos de Miami entre SASSOU et TRUMP est un non évènement. A tous les coups, ils n'ont parlé que de Coca-cola, d'hamburgers et de chewing-gum pour terminer par une photo que SASSOU ira exhiber au Congo...pour tromper les congolais. Un voyage qu'il faut jeter dans la poubelle de l'INUTILE !!!

2.Posté par Kokoriko le 28/12/2016 05:08
Le dictateur n'intéresse persone d'autres en dehors de ses courtisans, les 8% des congolais qui ont perdu toute dignité comme leur chef, a la peau écaillée, qui mentent comme ils respirent.

3.Posté par Denarbone le 28/12/2016 06:26
TRUMP n'a PAS RENCONTRE LE PRESIDENT SASSOU

It might have been the outrage that greeted news that Donald Trump was set to meet long-time strongman president Denis Sassou Nguesso on Tuesday, but it now appears that the US president-elect will not meet the Congo Brazzaville leader after all. Trump’s spokeswoman Hope Hicks told Reuters that no meeting had been scheduled and that no meeting would take place before Trump takes office on Jan. 20.
News of the meeting had spread after a tweet by Nguesso’s spokesman that included an image of an


official looking document announcing the meeting for Dec. 27. The meeting was supposedly scheduled because Nguesso is the chair of the African Union’s Libya committee. The collapse of the Libyan state has created a global security crisis stemming from ISIL’s operations in Libya as well as rampant illegal migration to Europe.
It now appears that the meeting had never been agreed. Trump has shown next to no interest in African affairs, other than a few disparaging remarks about Somali refugees in Minnesota. Trump has had private meetings and phone calls with world leaders in the run-up to taking office. The only African leader he’s spoken with has been Egypt’s president Abdel Fattah al-Sisi.

4.Posté par Kokoriko le 28/12/2016 07:43
Le dictateur se croit plus importants qu'il ne l'est.

5.Posté par c triste pour le congo brazzaville la honte est totale.sassou a 76 ans et demain ce sera 77 ans.reposes toi. le 28/12/2016 22:22
tu es quand meme a miami brazzanews a dit que tu es a yaounde et que ton avion a ete saisit.

6.Posté par Kokoriko le 29/12/2016 03:41
Le dictateur , épervier menteur est né avant la honte, son mensonge ne passe plus auprès des vrais congolais.

7.Posté par Kokoriko le 29/12/2016 09:57
Lire ci-apres ce qu'avait decalre Donal Trump parlant des dicateurs Africains. C'est dire que le Dictateur infatigable Congolais attendra toute sa vie sans pouvoir rencontrer .

African Presidents Are Greedy And Inhumane-- Donald Trump

"African Presidents Are Greedy And Inhumane, Africa Should Be recolonized’ – Donald Trump
Speaking yesterday in Nebraska, Trump said that Africans are slaves living like slaves in their own land yet they claim they are independent.
Trump was responding to a question by a South African journalist on whether he thinks African leaders were right to seek mass withdrawal from the Hague based International Criminal Court.
“It is shameful for African leaders to seek exit from ICC. In my view, these leaders want to have all the freedom to oppress their poor people without anyone asking them a question. I think there is no shortcut to maturity and in my view, Africa should be recolonized because Africans are still under slavery. Look at how those African leaders change constitutions in their favour so that they can be life presidents. They are all greedy and do not care about the common people” Said Trump
“When I saw them gang up against ICC yet they can’t even find an amicable solution for the ongoing quandary in Burundi, I thought to myself these people lack discipline and humane heart. They can’t lead by example. The only thing they are interested in is accumulating wealth from poor tax payers. Before they think of exiting from ICC, they should first restore peace in Burundi and other war-torn countries rather than gathering like hyenas with the aim of finishing the poor people” Added Trump."

8.Posté par Le Dégoûté ! le 29/12/2016 14:15
ALORS, ON DIT QUOI DU COTE DU CONGO ? ON AVALE LA COULEUVRE SANS REAGIR ?

VOILA CE QUI ARRIVE QUAND ON PREND LES CHOSES A LA LEGERE :
LES "AUTORITES" CONGOLAISES SONT K.O. DEBOUT. POURQUOI ????

9.Posté par MOI, CONGOLAIS le 29/12/2016 15:02
Alors que les dépêches de Mpila (édition du 27/12/2016) et AYESSA Firmin (un chef terroriste) annonçaient presque simultanément en grande pompe la rencontre TRUMP- SASSOU NGUESSO, le dictateur- usurpateur de Brazzaville qui a fait un long déplacement jusqu'aux États-Unis, a reçu une douche glaciale (trempé jusqu'aux os). Humilié, le dictateur et chef du groupe terroriste OYO- OLLOMBO- OBOUYA serait reparti la queue le long de ses jambes dans son retranchement à Oyo. Depuis, ni les dépêches de Mpila, ni le perroquet Asie Dominique d'OBOUYA et même pas Thierry Zinzin Sassou ne disent mot sur cette "Trumperie". Kiè kiè kiè

Merci Madame ou Mademoiselle HOPE (ESPOIR) de nous avoir trempé ce psychopathe! Le peuple Congolais est terrassé par la joie de cette bonne nouvelle en cette fin d'année. Champagne please!!!

10.Posté par Okemba le 30/12/2016 02:42
Les journalistes de ce site me fait rire vraiment. Il y a eu pas de rencontre entre Mr 8% et TRUMP, le gouvernement congolais devrait avoir honte de mentir. Ce pays est dirigé par des bandits .

11.Posté par Le Dégoûté ! le 31/12/2016 12:20
COMMENT VOULEZ-VOUS QUE QUELQU'UN QUI :
- A CHANGE LA CONSTITUTION POUR BRIGUER UN 3 EME MANDAT,
- A ORGANISE ENSUITE DES ELECTIONS QU'IL A PERDU (8%),
- S'EST MALGRE CELA MAINTENU AU POUVOIR
- ET QUI EN CE MOMENT DIRIGE DEPUIS SON PALAIS, UN NETTOYAGE ETHNIQUE DANS LE POOL POUR LE "PUNIR" DE NE L'AVOIR PAS ELU...PUISSE ETRE RECU PAR UN PRESIDENT DES ETATS-UNIS, FÛT-IL REPUBLICAIN ?

Mr NKOU de "Congo site" a raté l'occasion de la fermer car il n y a rien à se mettre sous la dent avec son article vide se sens : "Congo : Denis Sassou-Nguesso a regagné Brazzaville après un rendez-vous non abouti avec Donald Trump". Jamais lu une explication aussi BIDON !

12.Posté par MOI, CONGOLAIS le 03/01/2017 02:00
URGENT: instruction du procès des bien mal acquis des dictateurs OBIANG- BONGO et du chef terroriste SASSOU NGUESSO.

http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/biens-mal-acquis-le-proces-d-une-incroyable-fortune_1997943.html



http://www.francetvinfo.fr/societe/justice/biens-mal-acquis-le-congo-et-le-gabon-egalement-vises_1997947.html

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé



Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso




Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces