Le Site Portail242.Info n'est ni affilié aux auteurs et aux commentateurs de cette page ni responsable de son contenu

Deux présumés trafiquants d’ivoire à la barre le 15 septembre à Dolisie


Les deux Congolais (28 ans et 40 ans) poursuivis pour détention, transit, circulation et tentative de commercialisation de 21 morceaux d’ivoire, soit huit pointes d’ivoires représentant cinq éléphants tués, passeront à la barre le 15 septembre prochain devant le Tribunal de Grande Instance de Dolisie, département du Niari.



Arrêtés en flagrant délit le 29 août dernier à Dolisie par les agents de la Direction Départementale des Eaux-et-Forêts et de la Gendarmerie nationale, grâce à l’appui du Projet PALF (Projet d’Appui à l’Application de la Loi sur la Faune Sauvage), ces deux présumés trafiquants d’ivoire ont été déférés à la maison d’arrêt de la ville le 1er septembre 2017.

Ils répondront de leurs actes devant la justice. Grands trafiquants d’ivoire dont la source d’approvisionnement de ces produits est le Gabon, ces deux hommes seraient l’un fournisseur et l’autre chauffeur assurant le transport des ivoires du district de Banda jusqu’à Dolisie.

Ils avaient reconnu les faits qui leur sont reprochés à savoir : détention, transit, circulation et tentative de commercialisation de 21 morceaux d’ivoire, le tout pesant environ 45 kg.

Des peines exemplaires devraient être prononcées à l’endroit de ces présumés trafiquants pour condamner sévèrement ces actes, pour dissuader tous ceux qui voudraient détruire l’emblème de la République du Congo, l’éléphant. Ils risquent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme.

L’éléphant fait partis des espèces bénéficiant d’une protection absolue en République du Congo selon l’arrêté n°32-82 du 18 novembre 1991. Et l’article 27 de la loi n°37-2008 du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées renchérie en ses termes : 

« L’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».

Vu l’ampleur de la pression qui pèse sur les éléphants, l’implication de tous pour dénoncer ce trafic auprès des autorités compétentes et faire une application stricte et  rigoureuse de la loi Congolaise dans cette matière deviennent des actions très importantes pour la lutte contre ce  fléau mondial qui dépouillent nos forêts de ses plus belles perles et menacent la survie même de l’humanité toute entière.

Gall Mombéti



Nouveau commentaire :

International | Politique | Economie | Culture | Ecologie | Sports | Science et Technologie | Santé




Message de VOEUX de nouvel'An 2017 par le président Denis Sassou Nguesso



Arrêt sur image

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle

Le nouveau viaduc de Brazzaville-Sud reliant le Centre-ville à la Case De Gaulle


Portail242.info en direct

Les PtitZ' Annonces